Paroisse d'Alnwick

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Alnwick (Nouveau-Brunswick))
Aller à : navigation, rechercher
Paroisse d'Alnwick
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Région Miramichi, Péninsule acadienne
Subdivision régionale Northumberland
Statut municipal District de services locaux
Constitution 1966
Démographie
Population 1 744 hab. (2011 en augmentation)
Densité 4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 17′ 09″ nord, 65° 08′ 36″ ouest
Superficie 43 148 ha = 431,48 km2
Divers
Langue(s) Français, minorité anglaise
Fuseau horaire UTC-4
Indicatif +1-506
Code géographique 1309036
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Paroisse d'Alnwick

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Paroisse d'Alnwick
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alnwick (homonymie).

La paroisse d'Alnwick est à la fois une paroisse civile[note 1] et un district de services locaux (DSL) canadien du Comté de Northumberland, au nord-est du Nouveau-Brunswick.

Le DSL comprend l'autorité taxatrice de Barryville-New Jersey.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.

La paroisse est probablement nommée d'après la ville d'Alnwick, au Royaume-Uni[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire d'Alnwick représente une partie seulement de la paroisse civile d'Alnwick. Le territoire est majoritairement sauvage.

La paroisse d'Alnwick est généralement considérée comme faisant partie de l'Acadie[2].

Géologie[modifier | modifier le code]

Le sous-sol d'Alnwick est composé principalement de roches sédimentaires du groupe de Pictou datant du Pennsylvanien (entre 300 et 311 millions d'années)[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat de la Péninsule acadienne.

Villages et hameaux[modifier | modifier le code]

La paroisse d'Alnwick comprend les hameaux de Allainville, Lagacéville, Lavilette, Saint-Wilfred, Village-Drisdelle (Drisdelle Settlement) et Village-Saint-Laurent.

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse d'Alnwick est située dans le territoire historique des Micmacs, plus précisément dans le district de Sigenigteoag, qui comprend l'actuel côte Est du Nouveau-Brunswick, jusqu'à la baie de Fundy[4].

En 1825, le territoire est touché par les Grands feux de la Miramichi, qui dévastent entre 10 000 km2 et 20 000 km2 dans le centre et le nord-est de la province et tuent en tout plus de 280 personnes[5],[6].

La paroisse Saint-Augustin de Lagacéville est érigée en 1907[7]. Le premier curé, Wilfred Lagacé, entreprend la construction d'une église, qui est ralenti par sa démolition partielle par une tempête durant la construction[7]. L'église et le presbytère sont détruits par la foudre le [7]. Les travaux d'une nouvelle église commencent l'année même et se poursuivent l'année suivante[7]. Les religieuses de Marie-Auxilliatrice, dites Salésiennes, s'installent à Lagacéville en 1959[7]. Une chapelle est bâtie à Lavilette après 1962 pour mieux desservir Allainville et Lavilette[7].

La municipalité du comté de Northumberland est dissoute en 1966[8]. La paroisse d'Alnwick devient un district de services locaux en 1967[8].

L'école René-Chouinard est inaugurée en 1986[9].

La paroisse d'Alnwick est l'une des localités organisatrices du IVe Congrès mondial acadien, en 2009.

La caisse populaire de Lagacéville ferme en 2010, à la suite d'une vague de regroupements[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la paroisse d'Alnwick depuis 2001
2001 2006 2011
1 989 1 607 1 744

Administration[modifier | modifier le code]

Comité consultatif[modifier | modifier le code]

En tant que district de services locaux, Alnwick est en théorie administré directement par le Ministère des Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick, secondé par un comité consultatif élu composé de cinq membres dont un président. Il n'y a actuellement aucun comité consultatif.

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

La paroisse d'Alnwick fait partie de la Région 5[11], une commission de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le [12]. Contrairement aux municipalités, les DSL sont représentés au conseil par un nombre de représentants proportionnel à leur population et leur assiette fiscale[13]. Ces représentants sont élus par les présidents des DSL mais sont nommés par le gouvernement s'il n'y a pas assez de présidents en fonction[13]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, l'aménagement local dans le cas des DSL, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[14].

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: Alnwick fait partie de la circonscription provinciale de Baie-de-Miramichi—Neguac, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Serge Robichaud, du Parti progressiste-conservateur. Il fut élu en 2010.

Drapeau du Canada Canada: Alnwick fait partie de la circonscription électorale fédérale de Miramichi, qui est représentée à la Chambre des communes du Canada par Tilly O'Neill-Gordon, du Parti conservateur. Elle fut élue lors de la 40e élection fédérale, en 2008.

Chronologie municipale[modifier | modifier le code]

Situation sur une carte des paroisses civiles du comté de Northumberland (certains DSL et municipalités ne sont donc pas montrés).

Économie[modifier | modifier le code]

Vivre dans la paroisse d'Alnwick[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

L'école René-Chouinard accueille les élèves de la maternelle à la huitième année. C'est une école publique francophone faisant partie du sous-district 9 du district scolaire Francophone Nord-Est[9]. Les élèves doivent poursuivre leurs études à Néguac jusqu'en douzième année. La ville de Shippagan compte le CCNB-Péninsule acadienne et un campus de l'Université de Moncton.

Les anglophones bénéficient d'une école à Brantville accueillant les élèves de la maternelle à la huitième année. Ils doivent ensuite poursuivre leurs études à Miramichi. Les établissements d'enseignement supérieurs anglophones les plus proches sont à Fredericton ou Miramichi.

Il y a une bibliothèque publique à Tracadie-Sheila. Le bibliobus du Nord fait toutefois un arrêt à Lagacéville et à Lavilette[15].

Autres services publics[modifier | modifier le code]

Le bureau de poste et le détachement de la Gendarmerie royale du Canada les plus proches sont situés à Néguac.

Les francophones bénéficient du quotidien L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet, ainsi que de l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe. Les anglophones bénéficient quant à eux du quotidien Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean et de l'hebdomadaire Miramichi Leader, publié à Miramichi.

Religion[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Augustin de Lagacéville et l'église Saint-Dominique-Savio de Lavilette sont des églises catholiques romaines faisant partie du diocèse de Bathurst.

Liste des curés successifs de la paroisse Saint-Augustin[7]:

Curés résidents

  • 1907-1915: Wilfred Lagacé

Missionnaires (de la paroisse Saint-Bernard de Néguac)

  • 1915-1917: George Gauvin
  • 1917-1922: Joseph B. Saidon
  • 1922-1926: Alphée Babineau
  • 1926-1933: François Bergeron
  • 1933-1938: François Lamonde

Curés résidents

  • 1938-1940: L.-Michel Maillet
  • 1940-1948: Arthur Duguay
  • 1948-1958: Rodolphe Doucet
  • 1958-1960: Léandre Landry
  • 1960-1962: J.-Patrice Doucet
  • 1962-1968: Stanislas Dionne
  • 1968-1969: Étienne Chiasson
  • 1969-1971: Gervais Leblanc
  • 1971-1975: Léo Lanteigne
  • 1975-19??: René Chouinard

Culture[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

La paroisse dans la culture[modifier | modifier le code]

La paroisse est mentionnée dans le recueil de poésie La terre tressée, de Claude Le Bouthillier[16].

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Allardville Allardville, Paroisse de Saumarez, Leech Leech Rose des vents
Newcastle N Brantville
Tabusintac
Fair Isle
O    Alnwick    E
S
Newcastle, Lower Newcastle-Russelville, Oak Point-Bartibog Bridge Barryville-New Jersey Burnt Church 14
Enclave : Tabusintac 9

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au Nouveau-Brunswick, une paroisse civile est une subdivision territoriale ayant perdu toute signification administrative en 1966 mais étant toujours utilisée à des fins de recensement.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rayburn 1975, p. 36
  2. Murielle K. Roy et Jean Daigle (dir.), Démographie et démolinguistique en Acadie, 1871-1991, L'Acadie des Maritimes, Moncton, Centre d'études acadiennes, Université de Moncton, (ISBN 2921166062), p. 141.
  3. (en) [PDF] Ministère des Ressources naturelles et de l'énergie du Nouveau-Brunswick, « Bedrock Geology of New Brunswick », (consulté le 19 juin 2009)
  4. (en) Philip K. Bock et William C. Sturtevant (dir.), Handbook of North American Indians, vol. 13, t. 1, Government Printing Office, , 777 p., p. 109-110
  5. (en) J. Clarence Webster, Historical Guide to New Brunswick, Fredericton, New Brunswick Government Bureau of Information and Tourist Travel, , 119 p., p. 61-62.
  6. (en)« Great Miramichi Fire », sur http://www.gnb.ca/ (consulté le 29 août 2012).
  7. a, b, c, d, e, f et g « Lagacéville: 1907-1982 », L'Évangéline, vol. 95, no 142,‎ , p. 22 (lire en ligne)
  8. a et b Jean-Guy Finn, Bâtir des gouvernements locaux et des régions viables : plan d'action pour l'avenir de la gouvernance locale au Nouveau-Brunswick, Fredericton, , 83 p. (ISBN 978-1-55471-181-9, lire en ligne [PDF]), p. 30
  9. a et b [PDF] « Francophone Sud », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 2 novembre 2012)
  10. « Les caisses populaires acadiennes ont le vent dans les voiles », sur Radio-Canada.ca, (consulté le 18 avril 2011)
  11. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  12. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1er novembre 2012).
  13. a et b « Gouvernance des nouvelles commissions de services régionaux », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  14. « Services obligatoires », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  15. « Arrêts de bibliobus », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 4 novembre 2012)
  16. Claude Le Bouthillier, La terre tressée : poésie, Tracadie-Sheila, La Grande Marrée, , 109 p. (ISBN 978-2-349-72276-8), p. 34

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope, , 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,