Almanzor (cheval)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Almanzor
Père Wootton Bassett
Mère Darkova
Père de mère Maria's Mon
Sexe Mâle
Naissance 11 mars 2013
Pays de naissance Drapeau de la France France
Pays d'entraînement Drapeau de la France France
Éleveur Haras d'Etreham
Propriétaire Écurie Antonio Caro & Gérard Augustin-Normand
Entraîneur Jean-Claude Rouget
Jockey Jean-Bernard Eyquem
Christophe Soumillon
Rating Timeform 133
FIAH 129
Nombre de courses 11
Nombre de victoires 8 (1 place)
Gains en courses 2 906 135 
Distinction 3 ans de l'année en Europe (2016)
Principales victoires Prix du Jockey-Club
Champion Stakes
Irish Champion Stakes

Almanzor (né le ) est un cheval de course Pur-sang français, élu meilleur 3 ans de l'année l'année en 2016 en Europe. Propriété de Gérard-Augustin Normand et Antonio Caro, courant sous les couleurs de ce dernier, il était entraîné par Jean-Claude Rouget et monté en courses par Jean-Bernard Eyquem ou Christophe Soumillon.

Carrière de courses[modifier | modifier le code]

Casaque d'Antonio Caro

Passé par les ventes de yearling à Deauville, Almanzor fut acquis pour 100 000  par l'entraîneur palois Jean-Claude Rouget[1], pour le compte de Gérard-Augustin Normand, en association avec Antonio Caro. Il débuta victorieusement au mois de juillet de ses 2 ans sur l'hippodrome de La Teste, en Gironde, puis enchaîna avec deux autres succès en Aquitaine, dont le Grand Critérium de Bordeaux (listed), avant de se frotter à l'élite parisienne dans le Critérium International, en octobre. Mais il échoua nettement, terminant à la septième place, et concluant ainsi sa campagne à 2 ans par un échec.

De retour à 3 ans, Almanzor fait sa rentrée dans le Prix de Fontainebleau, un groupe 3 préparatoire à la Poule d'Essai des Poulains. Il y obtient une bonne troisième place mais, plutôt que se diriger vers la Poule d'Essai, s'essaie sur un parcours plus long dans le Prix de Guiche (groupe 3) qu'il remporte aisément devant seulement trois adversaires. Ce succès ne suffit pas à en faire l'un des favoris du Prix du Jockey-Club. Il va pourtant se montrer souverain dans le Derby français, s'imposant au prix d'un très bel effort, sous la monte de Jean-Bernard Eyquem, qui s'impose pour la première fois à ce niveau. Ce sacre, à une côte d'outsider (20/1), ne soulève guère d'enthousiasme tant cette génération de 3 ans semble relativement faible[2]. Almanzor va pourtant prouver par la suite qu'il est un grand vainqueur de Jockey-Club. Sa rentrée a lieu dans le Prix Guillaume d'Ornano à Deauville, en août, où il fait étalage de sa classe pour dominer à nouveau son dauphin de Chantilly, l'Aga Khan Zarak, le fils de la grande Zarkava.

Un mois plus tard, il se rend à Leopardstown, en Irlande, pour rencontrer pour sa première confrontation inter-générations dans les Irish Champion Stakes. Monté par Christophe Soumillon, il s'y impose, remportant ainsi son deuxième groupe 1. Mais plus que la victoire, c'est la liste des chevaux qu'il domine qui le fait changer de dimension. Cette édition 2016 de la grande épreuve irlandaise rassemble en effet un lot tout à fait exceptionnel, l'un des plus denses et les plus relevés jamais vus en compétition, hors le Prix de l'Arc de Triomphe. Ce jour-là, Almanzor devance en effet les championnes irlandaises Found (deuxième), lauréate de l'Arc trois semaines plus tard, et Minding (troisième), vainqueur de sept groupe 1 et qui sera nommée cheval de l'année en Europe en 2016, mais aussi le Français New Bay (quatrième), son prédécesseur au palmarès du Jockey-Club et qui a fini troisième derrière Golden Horn et devant Trêve dans l'Arc 2015, le globe-trotter Highland Reel (septième), vainqueur des King George et bientôt dauphin de Found dans l'Arc, en prélude à un succès dans la Breeders' Cup Turf, ou encore le classique Harzand (dixième), meilleur poulain des îles britanniques, auteur du doublé Derby-Irish Derby et d'autres vainqueurs ou futurs vainqueurs au niveau groupe 1. Cette victoire de très haut standing lui vaudra un rating Timeform de 133 (le troisième de l'année dans le monde, derrière les Américains Arrogate et California Chrome, à égalité avec l'Australienne Winx)[3] et une quatrième place aux bilans mondiaux de la FIAH, derrière les mêmes.

La voie semble alors toute tracée pour un Prix de l'Arc de Triomphe dont il est déjà, pour les bookmakers anglais, le grandissime favori. Mais, à la surprise générale, son entraîneur renonce à maintenir son engagement dans la grande épreuve parisienne, privilégiant sa récupération, les parcours sur 2000 mètres, et une participation l'année suivante, à 4 ans[4]. Le forfait à la dernière minute, sur blessure, de son autre représentante, la championne invaincue La Cressonnière, brillante lauréate du Prix de Diane et de la Poule d'Essai des Pouliches, ne fait pas changer ses plans Jean-Claude Rouget, qui a décidé de disputer plutôt les Champion Stakes en octobre à Ascot. La victoire de Found dans l'Arc, devant Highland Reel et autres New Bay et Harzand, laissera d'éternels regrets aux supporters d'Almanzor, qui les avait tous devancés à Leopardstown. Il prouvera d'ailleurs une nouvelle fois sa supériorité, du moins sur 2000 mètres, en devançant une nouvelle fois Found à Ascot, s'offrant un rare et magnifique doublé Irish Champion Stakes / Champion Stakes. La saison 2016 d'Almanzor s'arrête là et même s'il échoue pour le titre de cheval de l'année, remis à Minding qu'il avait pourtant nettement battue en Irlande, il est sacré meilleur 3 ans européen[5].

En 2017, l'objectif annoncé d'Almanzor est le Prix de l'Arc de Triomphe, mais sa préparation est retardée par le virus de rhinopneumonie qui a durement touché les écuries de Jean-Claude Rouget à Pau[6]. Sa rentrée est prévue tardivement, en juin[7],[8]. C'est seulement en août que le champion fera sa rentrée, dans le Prix Gontaut-Biron, un groupe 3 disputé à Deauville. Mais Almanzor n'est que l'ombre de lui-même, terminant cinquième des six partants. Cette cuisante défaite, qui semble démontrer que le cheval n'est plus le même que l'année passée, réduit à néant les espoirs d'Arc, et quelques jours plus tard l'entourage d'Almanzor annonce qu'il met un terme à sa carrière pour prendre le chemin du haras en 2018[9],[10].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France France

Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni

Drapeau de l'Irlande Irlande

Au haras[modifier | modifier le code]

Installé au Haras d'Etreham, en Normandie, Almanzor facture ses services pour 35 000 €[11]. Il fait également la navette avec la Nouvelle-Zélande, où il officie à NZ$ 30 000[12].

Origines[modifier | modifier le code]

Il fallait avoir l’œil pour dénicher Almanzor sur le ring de Deauville, car son pedigree n'est pas a priori de ceux qui font corner une page du catalogue de la vente. Il ressort en effet de la première production de Wootton Bassett, qui demeura invaincu à 2 ans et s'adjugea le Prix Jean-Luc Lagardère, mais ne put jamais confirmer l'année suivante. Wootton Bassett faisait alors la monte à 6 000 , et depuis les exploits de ses rejetons, il a vu son tarif passer à 40 000 [13] avant d'être recruté par la galaxie Coolmore[14].

Si l'ascendance paternelle d'Almanzor est marquée par des chevaux de vitesse (Iffraaj, Primo Dominie), on peut trouver quelques menus indices de tenue du côté maternel, qui s'appuie sur une souche Aga Khan. Sa troisième mère, Daralbayda, s'est classée en effet troisième sur les 2 500 mètres du Prix Minerve (Gr.3) avant de bien tracer au haras via sa fille Darinska (Zilzal), troisième du Prix de Royaumont et génitrice de la championne sur le mile Darjina (Zamindar), lauréate de la Poule d'Essai des Pouliches, du Prix du Moulin de Longchamp, d'Astarté, deuxième du Dubai Duty Free, des Queen Anne Stakes, des Sun Chariot Stakes ou encore du Prix d'Ispahan.

Origines de Almanzor
Père
Wootton Bassett
2008
Iffraaj
2001
Zafonic Gone West
Zaizafon
Pastorale Nureyev
Park Appeal
Balladonia
1996
Primo Dominie Dominion
Swan Ann
Susquehanna Days Chief's Crown
Gliding By
Mère
Darkova
2008
Maria's Mon
1993
Wavering Monarch Majestic Light
Uncommitted
Caralotta Maria Caro
Water Malone
Darkara
2001
Halling Diesis
Dance Machine
Daralbayda Doyoun
Daralinha (Famille: 1-e)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Lot 281 - ALMANZOR - Arqana :: Pur-sang », sur www.arqana.com (consulté le 24 septembre 2017)
  2. (en-GB) Press Association, « Almanzor on course for Irish Champion after easy Deauville victory », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 24 septembre 2017)
  3. (en-GB) « Timeform Global Horse Racing Rankings 2016 », Timeform,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2017)
  4. « Almanzor ne courra pas le Prix de l'Arc de Triomphe », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2017)
  5. (en-GB) « Cartier Racing Awards 2016: Minding named Horse of the Year », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2017)
  6. « L'écurie de Jean-Claude Rouget touchée par un virus », leparisien.fr,‎ 2017-04-21cest14:59:14+02:00 (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2017)
  7. (en) Scott Burton, « Almanzor edges towards return but Ascot appears unlikely », sur www.racingpost.com (consulté le 24 septembre 2017)
  8. Paris-Turf, « Jean-Claude Rouget : “Il n'y a pas un cheval de ce barn qui courra avant juin” », Paris Turf,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2017)
  9. « Almanzor devient étalon », L'Équipe,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2017)
  10. « Fin de carrière pour Almanzor », Equidia Live,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2017)
  11. « Haras Etreham - fiche étalon Almanzor », sur www.etreham.com (consulté le 6 novembre 2017)
  12. « Almanzor fera la navette en Nouvelle-Zélande - Jour de Galop », sur www.jourdegalop.com (consulté le 14 juin 2020)
  13. « Fiche étalon Wootton Bassett », sur www.france-sire.com (consulté le 30 septembre 2017)
  14. « Wootton Bassett rejoint Coolmore Stud », sur www.jourdegalop.com (consulté le 13 octobre 2020)