Allouaïv

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chaîne Allouaïv
Vue de l'Allouaïv.
Vue de l'Allouaïv.
Géographie
Altitude 1 051 m
Massif Massif du Lovozero
Coordonnées 67° 51′ 49″ nord, 34° 30′ 55″ est
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Oblast Mourmansk

Géolocalisation sur la carte : Oblast de Mourmansk

(Voir situation sur carte : Oblast de Mourmansk)
Chaîne Allouaïv

Géolocalisation sur la carte : Russie

(Voir situation sur carte : Russie)
Chaîne Allouaïv

L’Allouaïv (également Ēllvoueïv, Ella vouïv) est une montagne du massif du Lovozero, dans la péninsule de Kola, en Russie. Elle se situe dans l'oblast de Mourmansk.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom vient du lapon All-, « haute » (en same de Kildin, Ell se traduit par « haut »), et waïv, « sommet » (en same de Kildin, Voueïv signifie « tête »[1]).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation, topographie[modifier | modifier le code]

L'itinéraire vers le col des Géologues.

Situé au centre de la péninsule de Kola, dans le quart nord-ouest du massif du Lovozero, au sud-est du lac Oumbozero, ce chaînon montagneux est, avec les sommets Kedykvyrpahk (1 119 m), Angvoundaschorr (1 121 m), Sengischorr (1 113 m) et Parguaïv (1 149 m), un des plus élevés du massif.

Le mont Angvoundaschorr se dresse à la pointe sud-est de l’Allouaïv : on y accède par une ligne de crête, le col des Géologues, d'une altitude de 998 m. La chaîne se termine à l'est et au sud par deux grands cirques, dont le deuxième cirque Raslaka. Plusieurs torrents dévalent les pentes de la chaîne, dont le Chomiok (versant nord), le Raslak (versant nord-est), l’Allouaïv (versant ouest) et l'Azimut (versant sud).

Géologie[modifier | modifier le code]

La découverte, en 1990, d'un gisement de titane, a conduit les géologues russes à baptiser le silicate de titane de l'endroit : allouaïvite[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La colonie la plus proche, à savoir le village de Revda, est à quelques kilomètres au nord de cette chaîne. Sur le versant nord-est du massif, près du torrent Raslak, on peut voir les ruines de la colonie abandonnée d'Ilma, aménagée en 1940 pour des mineurs puis des ouvriers. En 1970, les villageois ont emménagé à Revda. Près de la source du Raslaka, les géologues et les mineurs avaient établi le camp Lovozero, mais les superstructures n'ont servi qu'entre 1937 et 1940. En 1938, 55 personnes habitaient cette colonie. Les flancs de la montagne sont percés de nombreuses entrées qui sont les anciennes galeries de mine abandonnées.

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Les paysages de l’Allouaïv sont célébrés dans le poème Ski du poète lapon Askold Bajanov[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ed. RD Kourouch, Dictionnaire sami-russe, Moscou, .
  2. « L'Allouaïvite : sa genèse, sa teneur en titane et les eudyalites de titane dans le massif de Khibiny (Аллуайвит и генетический аспект образования обогащенных титаном эвдиалитов в Хибинском массиве) », Observations de la Société russe de minéralogie,‎ (ISSN 0869-6055, [zrmo.minsoc.ru lire en ligne]).
  3. « Alluaivite », sur catalogue du site mindat.org.
  4. Askold Bajanov, Verses and poems on the Saami land, Berlin, (ISBN 978-3-932406-92-8).