Allocortex

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L’allocortex , également connu sous le nom de cortex hétérogénétique, est, avec le néocortex, l'un des deux types de cortex cérébral. Il se caractérise par trois ou quatre couches de cellules, contre six couches pour le néocortex, et occupe une surface beaucoup plus petite que de dernier. Il existe trois sous-types d’allocortex : le paléocortex, l'archicortex et le périallocortex qui est une zone de transition entre le néocortex et l'allocortex[1].

Les régions spécifiques du cerveau généralement définies comme appartenant à l’allocortex sont le système olfactif et l'hippocampe.

L’allocortex est également appelée cortex hétérogénétique en raison de l'absence d'architecture à six couches homogénétiques du néocortex au cours de son développement. Cette caractéristique le distingue du cortex hétérotypique, qui est un autre type de cortex cérébral, qui au cours de son développement prénatal, passe à travers une phase à six couches pour finalement voir ce nombre diminuer au terme du développement, comme dans l’aire 4 de Brodmann qui est dépourvue de cellules granulaires[2].

Structure[modifier | modifier le code]

L’allocortex présente seulement trois à quatre couches de corps cellulaires neuronaux contrairement au néocortex qui en possède six. Il existe trois sous-types d’allocortex : le paléocortex, l’archicortex et le périallocortex[3].

Le paléocortex est un type de tissu cortical mince, primitif qui se compose de trois à cinq couches de corps cellulaires neuronaux[4]. À titre de comparaison, le néocortex a six couches et l'archicortex a trois ou quatre couches[5].

L’archicortex est un type de tissu cortical qui se compose de trois couches de corps cellulaires neuronaux[4]. Il présente moins de couches que le néocortex ou le paléocortex. Parce que le nombre de couches qui composent un type de tissu cortical semble être directement proportionnel aux capacités de traitement des informations de ce tissu et à son âge phylogénétique, le paléocortex est considéré comme un intermédiaire entre le néocortex et l’archicortex. L’archicortex est considéré comme le type de tissu cortical le plus ancien et le plus simple[4].

Emplacement[modifier | modifier le code]

Le Paléocortex est présent dans le gyrus parahippocampique[4], le bulbe olfactif, le tubercule olfactif, le cortex piriforme, l'aire périamygdalienne[3], le noyau olfactif antérieur, la substance perforée antérieure et l'aire prépiriforme.

L’Archicortex est le plus répandu dans le cortex olfactif et l'hippocampe[6], qui sont responsables du traitement des odeurs et de la formation des souvenirs[7]. Étant donné que l'olfaction est considérée comme étant la fonction sensorielle phylogénétiquement la plus ancienne[8]et que le système limbique, dont l'hippocampe fait partie, est l'un des plus anciens systèmes dans le cerveau[9], il est probable que l’archicortex ait été l'un des premiers types de tissus des systèmes nerveux primitifs.

Les cellules précurseurs archicorticales sont également présentes dans le gyrus denté de l'embryon de mammifère en développement[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://braininfo.rprc.washington.edu/centraldirectory.aspx?.
  2. Crosby EC; Humphrey T; Lauer EW (1962) Correlative Anatomy of the Nervous System. New York: MacMillan.
  3. a et b « Paleocortex », BrainInfo, University of Washington (consulté le 5 mai 2013).
  4. a b c et d (en) Dale Purves, George J. Augustine, David Fitzpatrick et William C. Hall, Neuroscience (Looseleaf) Fifth Edition, Sinauer Associates, Inc., (ISBN 9780878936465, lire en ligne).
  5. Purves et al: Neuroscience 3rd Edition, 2004, page 617.
  6. (en) Tom J. Wills, Francesca Cacucci, Neil Burgess et John O'Keefe, « Development of the Hippocampal Cognitive Map in Preweanling Rats », Science, vol. 328,‎ , p. 1573–1576 (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, PMID 20558720, PMCID 3543985, DOI 10.1126/science.1188224, lire en ligne, consulté le 9 août 2016).
  7. Lewis B Haberly, Cerebral Cortex, 8B, , 137-166 p. (ISBN 978-1-4615-3824-0), « Comparative Aspects of Olfactory Cortex ».
  8. J. Albrecht et M. Wiesmann, « Das olfaktorische System des Menschen », Der Nervenarzt, vol. 77, no 8,‎ , p. 931–939 (PMID 16871378, DOI 10.1007/s00115-006-2121-z).
  9. V. Rajmohan et E. Mohandas, « The limbic system », Indian Journal of Psychiatry, vol. 49, no 2,‎ , p. 132–139 (PMID 20711399, PMCID 2917081, DOI 10.4103/0019-5545.33264).
  10. M. Pellegrini, A. Mansouri, A. Simeone, E. Boncinelli et P. Gruss, « Dentate gyrus formation requires Emx2 », Development (Cambridge, England), vol. 122, no 12,‎ , p. 3893–3898 (PMID 9012509).