Allison T56

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’aéronautique
Cet article est une ébauche concernant l’aéronautique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Allison T56
Vue du moteur
Turbopropulseur Allison T56 sur un C-130 en 2007

Constructeur Drapeau : États-Unis Allison Engine Company puis
Rolls-Royce plc
Premier vol 1954
Utilisation C-130 Hercules
E-2 Hawkeye
P-3 Orion
Caractéristiques
Type Turbopropulseur

L’Allison T56 est un turbopropulseur mono-arbre et de conception modulaire conçu à des fins militaires ; le moteur est conçu autour d’un compresseur axial à quatorze étages entraîné par une turbine à quatre étages. Développé dans les années 1950 par Allison Engine Company pour la propulsion de l’avion de transport militaire Lockheed C-130[1], il commence à être produit à partir de 1954. Depuis 1995, Allison Engine Company est une filiale de Rolls-Royce plc et les moteurs encore produits le sont désormais sous cette marque. La version commerciale est désignée 501-D. En raison de la rare longévité de ce moteur, produit depuis près de six décennies, plus de 18 000 moteurs sont sortis des chaînes de production et il a volé plus de 200 millions d’heures de vol cumulées.

Conception et développement[modifier | modifier le code]

Le T56 d'Allison est une évolution de la série des Allison T38/T39/T40. Il prend l'air pour la première fois en 1954, dans le nez d'un B-17 servant de banc d'essai. À l'origine conçu pour motoriser le Lockheed C-130 Hercules, le T56 est également installé sur le P-3 du même constructeur et sur les E-2 et C-2 de Grumman, ainsi que sur des avions de ligne civils tels les Lockheed Electra ou Convair 580. Une version maritime a été développée, nommée 501K, qui sert encore de générateur électrique à bord de tous les croiseurs et destroyers de la marine américaine.

À bord du C-130J Super Hercules, qui vole pour la première fois en 1996, le T56 se voit remplacé par l'AE 2100 (en) de Roll-Royce, doté d'un double FADEC (régulateur numérique de moteur à pleine autorité) qui contrôle les moteurs et les hélices courbes hexapales fournies par l'entreprise britannique Dowty Rotol.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Aéronefs militaires[modifier | modifier le code]

Aéronefs civils[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Allison T56 » (voir la liste des auteurs).

  1. « T56 », sur www.globalsecurity.org (consulté le 26 octobre 2012)
  2. Dominique Breffort, Lockheed Constellation : De l'Excalibur au Starliner, versions civiles et militaires, Histoire & Collections, coll. « Légendes du ciel », (ISBN 978-2-9152-3961-4)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]