Alligators 427

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alligators 427

Chanson de Hubert-Félix Thiéfaine
extrait de l'album Autorisation de délirer
Sortie
Durée 5 min 1 s
Auteur-compositeur Hubert-Félix Thiéfaine
Producteur Hervé Bergerat

Pistes de Autorisation de délirer

Alligators 427 est une chanson française (paroles et musique) de Hubert-Félix Thiéfaine.

Cette chanson est publiée pour la première fois sur l'album Autorisation de délirer sorti en 1979 et figure sur la plupart des albums en concert et compilations. Elle est aussi présente sur l'album Les Fils du coupeur de joints, interprétée par Matmatah.

Origine[modifier | modifier le code]

En 1975, Thiéfaine, dont la carrière débute encore, rentre chez son père dans le Jura ; le chanteur est décharné, avec des ganglions« gros comme des œufs » [1] sur les membres. Des docteurs parisiens l'ont testé pour le cancer et la tuberculose, sans rien détecter. Cette terreur du cancer lui inspire la chanson[2], qui évoque longuement les centrales nucléaires : « À l'ombre de vos centrales, je crache mon cancer ». La maladie de Thiéfaine, diagnostiquée par le médecin familial, se révèle être une carence en vitamines liée à la malnutrition.

Cependant, en au festival de la Paille à Métabief, il annonce la chanson en disant qu'il l'avait écrite au début des années 1970 après avoir manifesté contre la centrale nucléaire de Fessenheim, plus ancienne centrale de France. Il réitère cette affirmation lors d'un concert donné aux Moissons du rock le puis lors du VIXI Tour XVII le [3]. L'hypothèse est séduisante, quand on sait que le premier album de Thiéfaine, Tout corps vivant branché sur le secteur étant appelé à s'émouvoir, paru en 1978, est composé de chansons écrites pour certaines au début des années 1970[4],[5].

Devenu un incontournable, ce titre est présent sur tous les disques live de Thiefaine, du premier En concert en jusqu'à l'album 40 ans de chansons sur scène en .

Illustration[modifier | modifier le code]

En , on retrouve cette chanson illustrée dans l'ouvrage Les chansons illustrées de Thiéfaine, une bande dessinée où se côtoient de nombreux dessinateurs. Alligators 427 y est illustrée par Cromwell.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Théfaine, Hubert-Félix Thiéfaine : Jours d'orage, Fayard, (ISBN 978-2213627151), p. 79
  2. Pascale Bigot, Hubert-Félix Thiéfaine, Seghers, (ISBN 2-232-10109-6)
  3. « Hubert-Félix Thiéfaine, Alligators 427 (VIXI Tour XVII au Palais des Sports 2015) », sur YouTube, (consulté le 3 mars 2020)
  4. Paris Match, « Thiéfaine: autoportrait en 7 chansons », sur parismatch.com (consulté le 30 avril 2020)
  5. « Biographie », sur Hubert-Félix Thiéfaine | Le site officiel (consulté le 30 avril 2020)