Allie X

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir X et Hughes.
Ne pas confondre avec Alix.
Allie X
Description de cette image, également commentée ci-après
Allie X sur la scène de l’Ottawa Bluesfest, en juillet 2015.
Informations générales
Surnom Allie Hughes
Nom de naissance Alexandra Ashley Hughes
Naissance (34 ans)
Oakville (Ontario, Canada)
Activité principale Auteure-compositrice-interprète
Activités annexes Musicienne, productrice, actrice
Genre musical Indie pop, synthpop, electropop
Instruments Voix, piano
Années actives Depuis 2006
Labels Twin Music Inc, Sleepless Records, Label X / Exodus Entertainment, Universal Music
Influences Deevo
Cyndi Lauper
Kate Bush
Björk
Stevie Nicks
Tom Petty[1]
Site officiel alliex.com Signature d’Allie X
Signature d’Allie X.
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo d’Allie X.

Alexandra Ashley Hughes (née le à Oakville en Ontario au Canada), dite Allie X (prononcé [ali ɛks] en anglais), est une auteure-compositrice-interprète, musicienne, productrice et actrice canadienne. Grandissant principalement entre Oakville et Toronto, elle développe très tôt un intérêt pour le piano classique, l’opéra et la comédie musicale. Étudiante en écoles d’arts, elle fréquente l’Université Sheridan d’Oakville et le Centre pour les arts d’Interlochen, dans le Michigan, où elle obtient finalement son diplôme. Elle lance ensuite sa carrière vers le milieu des années 2000, se produisant au sein de différents bars et discothèques torontois, tout en distribuant et éditant elle-même ses propres albums. Très vite remarquée, elle effectue par la suite de multiples apparitions télévisées par le biais de séries et émissions de variétés, telles que How Do You Solve a Problem Like Maria? ou encore Ma vie de star. En , Allie décide de partir s’installer aux États-Unis, et plus précisément à Los Angeles, de manière à pouvoir mieux se concentrer sur son travail en tant qu’artiste solo. Elle fait la connaissance de divers musiciens et producteurs, dont notamment Cirkut et Billboard, puis réussît à décrocher un contrat avec les labels Universal Music et Sleepless Records.

Son premier single, Catch, sort en . Il est immédiatement remarqué par Jamieson Cox, rédacteur pour le magazine Time[2], puis attire l’attention de la chanteuse américaine Katy Perry[3], qui n’hésitent pas à en faire l’éloge et permettent à Allie de jouir d’une notoriété croissante sur Internet. Deux autres singles, Prime et Bitch, sont ensuite dévoilés[4]. Son premier maxi, intitulé CollXtion I, est distribué en . Fort de son succès critique, Allie planifie une série de concerts promotionnels en Amérique du Nord et une base de fans commence à se dresser progressivement. En fin d’année 2015, une réédition du maxi est commercialisée en parallèle avec une énième parution de Catch, cette fois-ci sous forme de mini-album incorporant un nouveau single et titre bonus, Never Enough.

À partir de , Allie propose de faire découvrir une ribambelle de chansons inédites et de maquettes inachevées à son public, ayant pour objectif de recevoir un maximum d’avis afin de savoir ce qui pourrait être le plus à même de constituer un futur projet[5]. Un troisième maxi baptisé Ʉnsolved et rassemblant la plupart de ces morceaux inédits, dont les singles Too Much to Dream, All the Rage et That’s So Us, paraît quelques mois plus tard. En , la chanteuse annonce contre toute attente la sortie prochaine de son premier album studio, CollXtion II, prévu pour juin. Le premier single choisi pour prophétiser cet opus, Paper Love, est publié en avril. En outre, une tournée nord-américaine et européenne est organisée pour l'événement.

Influencée entre autres par Björk, Grimes, Kate Bush et Lady Gaga, Allie X est identifiable au moyen de ses nombreuses apparitions publiques imbibées par le côté excentrique du théâtre, une tendance qui se traduit par son sens de la mode ou à travers ses performances scéniques et ses vidéoclips. En tant que compositrice, elle porte aide à divers artistes au cours de leurs carrières, tels que Troye Sivan, Seohyun et Lea Michele, pour leur assurer l’écriture d’une ou plusieurs chansons, sans compter le fait qu’elle participe ouvertement à l’arrangement vocal d’une multitude de pièces musicales liées à l’industrie du cinéma. En 2016, la publication éditoriale en ligne Billboard la positionne au treizième rang de son classement hebdomadaire Next Big Sound, rassemblant les artistes en vogue les plus à même de gagner une certaine popularité en un temps record[6]. Un an plus tard, le magazine Out (en) la place en évidence dans sa longue liste des « cinquante artistes féminines les plus influentes de l’époque »[7].

Biographie[modifier | modifier le code]

Alexandra Ashley Hughes[8],[9] est née le à Oakville, dans la province de l’Ontario, au Canada[9],[10]. Elle est issue d’une famille possédant des origines britanniques proéminentes[11],[12]. Pendant son cursus scolaire, elle fréquente l’école des arts Etobicoke de Toronto[13]. Puis, elle est reçue au Centre pour les arts d’Interlochen (en), dans l’État du Michigan aux États-Unis, où elle étudie fondamentalement le piano classique établi sur la voix, tout en s’intéressant de près au monde de la comédie musicale le temps d’un programme orchestré par l’Université Sheridan (en) d’Oakville[13] qui, à terme, lui délivre son diplôme. Elle est également sollicitée pour participer à un programme éducatif du Centre national des Arts d’Ottawa destiné aux jeunes artistes.

Pendant sa période d’apprentissage, elle raconte s’être avertie seule à utiliser une palette de logiciels musicaux, dont Ableton Live, estimant que les « connaissances préliminaires d’un programme informatique sont très importantes pour les artistes féminines de notre époque, qui sont souvent considérées comme n’étant qu’une simple voix »[14],[Note 1].

Débuts de carrière (2006–2012)[modifier | modifier le code]

Allie X, en compagnie des auteurs-compositeurs Chris Bartos, Jeff Morrow et Todor Kobakov, au centre culturel TIFF Bell Lightbox de Toronto, en septembre 2013.

C'est au milieu des années 2000 qu'Alexandra lance sa carrière en se produisant dans des bars et discothèques de Toronto, en compagne d’un groupe de musiciens locaux, et sous le nom de scène d’Allie Hughes. Inspirée essentiellement par l’indie pop, le baroque et le jazz, elle compose et enregistre un florilège de morceaux qui seront rassemblés dans Waiting for the Prize, un premier album studio produit et distribué de manière totalement indépendante en 2006. Deux ans plus tard, Allie est plébiscitée pour faire une courte apparition dans la série télévisée canadienne Ma vie de star, avant de participer à l’édition nationale du télé-crochet britannique How Do You Solve a Problem Like Maria? (en), visant à débusquer une comédienne pour interpréter le rôle de Maria von Trapp dans la reprise annuelle de La Mélodie du bonheur par Andrew Lloyd Webber et David Mirvish, jouée au Théâtre de la Princesse de Galles (en) à Toronto[10]. Au moment des auditions, elle improvise la chanson It's Oh So Quiet au lieu d’interpréter le classique My Favorite Things, comme convenu[13]. Malheureusement, elle se voit être éliminée de la course au bout de quatre épisodes. Désillusionnée suite à cette expérience « traumatisante et palpitante » à la fois[15], Allie ne baisse pas les bras et se résout à faire paraître un second opus, Ladies and Gentlemen, toujours sous sa patte indépendante. En 2009, elle est choisie pour figurer dans un épisode des Vies rêvées d'Erica Strange et retente sa chance dans un autre télé-crochet, Triple Sensation (en), où elle sera encore une fois rétrogradée au cours de la deuxième saison. Elle parvient ultérieurement à décrocher un rôle dans une nouvelle mise en scène de la comédie musicale The Boys in the Photograph (en) par Webber et Ben Elton. L’année suivante, son premier maxi éponyme voit le jour. Plusieurs exemplaires de cet essai sont même vendus durant certaines de ses représentations en direct[16], alors réputées pour détenir une cadence relativement théâtrale[13]. Ses talents de compositrice sont promptement décelés pour être ensuite exploités dans le milieu du cinéma et du petit écran. En effet, trois morceaux, dont un ayant pour titre Not the Stars, sont sélectionnés pour être estampillés à travers différents supports, tels que les séries télévisées Rookie Blue et Saving Hope, mais également le long métrage Love Me de Rick Bota.

Introduction avec CollXtion I (2013–2015)[modifier | modifier le code]

En juillet 2013, Allie choisit de quitter sa terre natale afin de partir s’installer à Los Angeles, aux États-Unis, de manière à pouvoir rester concentrée sur ses divers projets en tant qu’auteure-compositrice-interprète. Par la même occasion, elle abandonne la dernière partie du nom de scène dont elle s’était précédemment affublé : Allie X Andra. Devenue tout simplement Allie X, elle est hâtivement approchée par de nombreux musiciens et producteurs locaux, dont notamment Henry Walter et Mathieu Jomphe-Lepine, mieux connus sous les pseudonymes professionnels de Cirkut et Billboard, respectivement.

Projet Ʉnsolved et lancement de CollXtion II (depuis 2016)[modifier | modifier le code]

Vers le milieu du mois de février 2017, Allie X commence à émettre des messages sur toutes les plateformes numériques de type réseaux sociaux, pour mieux anticiper une quelconque annonce imminente. Elle ne communique alors qu’une seule date, le , et demande à son public de se rendre sur son site officiel afin de connaître la nature de cette déclaration. Trois jours plus tôt, une mystérieuse ligne téléphonique d’assistance est créée. Disponible uniquement en Amérique du Nord, elle permettait aux interlocuteurs d’obtenir un accès direct à des extraits de quatre nouvelles chansons. Ce fameux , la pochette de son premier album studio, CollXtion II, accompagnée de sa date de sortie fixée au et de sa liste des pistes, sont finalement dévoilés. Le lendemain, Casanova sort en tant que single promotionnel rattaché à la pré-commande de l’opus et pour la première fois sous la forme de son mixage finalisé depuis la parution antérieure de sa version acoustique. Simultanément, la chanteuse annonce qu’elle prévoit de partir en tournée aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni. En réponse à des demandes abondantes de la part du public, deux nouvelles dates en Italie et en France seront plus tard communiquées.

Le premier single extrait de l’album, Paper Love, est rendu disponible le sur toutes les plateformes de téléchargement légal.

Influences et image publique[modifier | modifier le code]

Björk (à gauche) et Lady Gaga (à droite) ont été des sources d’inspiration pour la chanteuse.

Allie X a été influencée par des musiciens et groupes aussi classiques que contemporains tels que ABBA[17], Arthur Russell[17], Björk[18],[19], Frédéric Chopin[20], Giorgio Moroder[20], Grimes[21], Janelle Monáe[22], Jens Lekman[22], Marina and the Diamonds, Mark Mothersbaugh[22], Max Martin[23], Nina Hagen[23], Petula Clark[17], Rufus Wainwright[22], Sia Furler[24], The Ark[20], Tom Petty[19] et Wendy Carlos[17], ainsi que par certaines icônes pop comme Annie Lennox[25], Céline Dion[26], Cyndi Lauper[26], David Bowie[23], Kate Bush[18], Lady Gaga[25],[27], Mariah Carey[22], Stevie Nicks[20] et Whitney Houston[19]. De plus, elle n’hésite pas à mentionner qu’Haruki Murakami[22],[20], dont les romans 1Q84 et Kafka sur le rivage lui sont chers[21], Brian De Palma[28], Sylvia Plath[24], Roman Polanski[28] et Stanley Kubrick[19] l’inspire prodigieusement. Aussi, elle mentionne que Carl Gustav Jung et son concept de psychologie analytique de l’« ombre » ont énormément influencé sa personne et son œuvre, dans le sens le plus large du terme[29]. Le « X » contenu dans son pseudonyme représenterait la variable inconnue en algèbre[30],[14]. À ce propos, elle argumente :

« En mathématiques, X peut définir n’importe quelle variable. C’est une quantité inconnue. Une fois résolue, elle n’est plus X. Avec ce concept en tête, X est devenu l’identité que j’ai choisi d’incarner le temps de ce voyage intérieur à la découverte de moi-même. C’est exactement le genre de courant auquel j’essaie d’initier la sphère publique. Si jamais je parvenais à trouver ce que je cherche réellement, ou même que j’arrive à élucider l’équation, s’il y en a bien une, alors je ne serais plus Allie X[31],[Note 2]. »

Fréquemment décriée comme étant « opératique » et « planante »[13], Allie possède la tessiture d’une soprano[32]. La structure de sa musique, régulièrement comparée à celle de la chanteuse britannique Ellie Goulding[30] mais également du groupe écossais Chvrches[33] et du duo suédois The Knife[34],[35], est inspirée de la pop des années 1980 et de la new wave des années 1990[17]. Shelby Clark Petkus de PrideSource (en) évoque que « l’interposition de rythmes pop éthériques et de métaphores littérales plus gothiques » est une des caractéristiques les plus éminentes chez Allie X[24]. Dans l'édition du mois de d’un article du magazine en ligne 1883, elle déclare que les albums A Night at the Opera de Queen, Purple Rain de Prince et The Immaculate Collection de Madonna sont ses préférés[28]. Gratifiée d’un univers visuel très sophistiqué et symbolique, elle modélise son œuvre comme étant « presque dramatique », à la manière d’un « film Disney allant crescendo », ajoutant que sa source textuelle de création a toujours été « un peu morbide »[36]. Pour mieux comprendre sa vision des choses, elle choisit d’opposer l'écriture des chansons à une « expérience scientifique » pour laquelle « on réunit les cerveaux de deux individus l’espace de quelques heures, avant d’observer tout ce qui peut se produire ensuite »[37]. En plus d’être inéluctablement inspirés par son penchant pour la médecine, la psychologie et le macabre[38], la plupart de ses projets disposent d’une parcelle multimédia singulière et reconnaissable grâce aux séries de GIFs joués en boucle dans ses vidéos postées sur YouTube[39]. D’après Seth Plattner du magazine Elle, Allie X est une artiste qui doit faire face à une certaine notion dichotomique, expliquant qu’elle est « tout à fait capable de disparaître facilement de l’environnement public, tout en se montrant impatiente de sculpter un espace dédié à ses fans dans sa vie artistique en plein essor »[40].

Allie X a confié que le sens de la mode est quelque chose d’important pour elle. Lors d’une entrevue pour la publication éditoriale en ligne Racked en , elle décrit son propre style comme un savant mélange pouvant être mieux qualifié par les termes « Harajuku, mormon, Salem et gothique »[41],[42]. Elle cite les labels et stylistes Comme des Garçons, Vivienne Westwood et Simon Porte Jacquemus comme étant ses favoris. En outre, elle fait souvent appel à l’artiste visuelle mexicaine Renata Morales (en), qui lui porte conseil sur le choix de sa garde-robe lorsqu’elle est en tournée et lui confectionne des pièces sur-mesure[41]. Allie X est également connue pour arborer presque constamment une paire de lunettes de soleil, instrument qu’elle perçoit comme un « reflet symbolique de l’anonymat qui ressurgit lorsqu’on devient X »[43].

Allie X est une personnalité soutenant activement les droits des femmes[21] et les droits LGBT[24],[44], stipulant qu’elle écrit habituellement ses chansons tout en pensant aux jeunes auditeurs issus de la communauté LGBT qu’elle a rencontré auparavant, tentant de les soutenir du mieux possible[43]. Par ailleurs, elle est adepte de l’« écologie corporelle », un régime alimentaire qu’elle promeut et défend périodiquement lors d’entrevues[12],[19],[42] et affirme avoir déjà pratiqué la méditation transcendantale pendant un temps, bien qu’elle n’ai pas trouvé ce procédé réellement « transcendant » sur elle-même[12]. Aussi, elle surnomme affectueusement ses fans les « X’s »[20]

Entre fin avril et début , la première exposition temporaire au monde consacrée à son œuvre est aménagée au Centre Phi de Montréal[45],[46]. Cette rétrospective incluait notamment une performance scénique, des installations multimédias interactives, une boutique éphémère et une expérience en annexe sur Internet.

Discographie[modifier | modifier le code]

Discographie de Allie X
Description de l'image Allie X live.jpg.
Albums studio 1
EP 3
Singles 8
Collaborations 4
Singles promotionnels 7
Clips vidéo 13
Albums indépendants 4
Autres contributions 15
Musiques de films 16

La discographie d’Allie X se résume à un album studio, trois maxis (ou EPs), quatre parutions indépendantes, huit singles, quatre collaborations, sept singles promotionnels, treize vidéoclips, quinze contributions et dix musiques de films.

Albums studio[modifier | modifier le code]

Titre Détails de l'album Liste des pistes Meilleure position
CollXtion II
NC

EP[modifier | modifier le code]

Titre Détails de l’album Liste des pistes
CollXtion I (en)
  • Sortie : (France)[48]
  • Labels : Universal Music, Label X, Sleepless Records, Twin Music Inc.
  • Formats : CD, téléchargement numérique, vinyle
Catch (en) (EP)
  • Sortie : [49]
  • Label : Twin Music Inc.
  • Format : Téléchargement numérique
CollXtion II: Ʉnsolved
  • Sortie : [50]
  • Label : Twin Music Inc.
  • Format : Téléchargement numérique

Parutions indépendantes[modifier | modifier le code]

Légende
Ce bandeau coloré indique que l’album est inédit
Titre Détails de l’album[Note 3]
Waiting for the Prize[51]
  • Nom de scène : Allie Hughes
  • Sortie : 2006
  • Formats : CD
Ladies and Gentlemen[52]
  • Nom de scène : Allie Hughes
  • Sortie : 2008
  • Format : CD, téléchargement numérique
Allie Hughes (EP)[16]
  • Nom de scène : Allie Hughes
  • Sortie : 2010
  • Format : CD, téléchargement numérique
The Hard Way
  • Nom de scène : Allie Hughes
  • Sortie : initialement prévue en 2011
Allie X Andra (EP)[53]
  • Nom de scène : ALX (groupe)
  • Sortie : 2012
  • Format : CD, téléchargement numérique

Singles[modifier | modifier le code]

Titre Année Meilleure position Album
CAN[54]
Catch (en)[55],[56] 2014 55 CollXtion I (EP)
Prime
Bitch
Never Enough 2015 Catch (EP)
Too Much to Dream[57] 2016 Ʉnsolved (EP)
All the Rage[58]
That’s So Us (démo)[59]
Paper Love 2017 CollXtion II
Need You

Collaborations[modifier | modifier le code]

Titre Année Album
One Day and One Night
(par Thomas)
2009 Self Help (EP)
Civil War
(par les FRENSHIP)
2014 Titre(s) inédit(s)
Intervention
(par les Chainsmokers)
2015
Paradise
(par Chancellor Warhol et Esthero)
2016 Until the Light Takes Me (EP)

Singles promotionnels[modifier | modifier le code]

Titre Année Album
Sanctuary 2015 CollXtion I (EP)
Old Habits Die Hard (démo)[60] 2016 Single à part entière
Purge Ʉnsolved (EP)
Casanova (acoustique)[61]
Alexandra[62]
Misbelieving[63]
Casanova[64] 2017 CollXtion II

Clips vidéo[modifier | modifier le code]

Chanson Année Réalisateur(s)
I Will Love You More[65] 2012 Jeff Scheven
Tongue Tied 2013 NC
Bitch[66] 2014 George Pimentel
Catch[67] 2015 Jérémie Saindon
Sanctuary NC
Sanctuary (acoustique)[68] Centre Phi
Bitch (Foxtrott (en) Remix)[69] 2016
Too Much to Dream[70] Jungle George
All the Rage (acoustique)[71]
Casanova (acoustique)[72]
All the Rage[73] Jungle George
Maluko Haus
Old Habits Die Hard (acoustique)[74] Taylor Heres
That’s So Us (acoustique)[75] Mitch Fillion
Too Much to Dream (acoustique)[76] NC
Paper Love (acoustique) 2017 Charlene A. Bagcal

Autres contributions[modifier | modifier le code]

Légende
Ce bandeau coloré indique que la chanson est inédite
Titre Album Artiste Année Notes
Broughtupsy Bonjay 2010 Chœurs et/ou écriture
Steven McKay (EP)[77] Steven McKay
All These Fires Huddle 2011
Coastal Lines Paradise Animals (EP) Paradise Animals 2012
Perpetual Surrender[78] Diana (en) 2013
  • However Long
  • Last Song for the Summer Hideaway
You Gots 2 Chill[79] Brendan Canning (en)
Ephemeral[80] Rich Aucoin (en) 2014
You’ll Find Your Home Moonlight[81] Katya Écriture
Don’t Wake Me Up [82] John West (en)
Coming Back Around
2015
Glamazonian Airways [Note 4] Lucian Piane Écriture et chant
Blue Neighbourhood Troye Sivan Écriture et/ou chœurs
The Baddest Bitches in Herstory [Note 5] Lucian Piane 2016 Écriture et chant
Moonlight (달빛) Don't Say No (EP) Seohyun 2017 Écriture
Heavy Love Places (en) Lea Michele
Ugly Jaira Burns
Mattress Leland

Musiques de films et projets connexes[modifier | modifier le code]

Titre Année Notes
Lay Your Hands on Me 2008 Chanson originale interprétée dans le cadre de son apparition dans Ma vie de star
2010 Bande originale du court métrage The Haymaker de Daniel D’Alimonte
  • It's Good/Yes, I Do
  • Neighbour
  • Folks
  • Meet Cute/Good Riddance
  • Boys in My Class (How to Draw a Face)
Interprétations réalisées lors du cycle de mélodies Biggish Kids, mis en scène par Bram Gielen
2012 Chanson écrite pour le court métrage Lullaby for Lucious and Sumat d’Alvin Campaña
Chanson écrite pour le court métrage Forced Fantasy de John Titley
Roll the Dice 2013 Chansons écrites pour le court métrage Megan Dirt de Daniel D’Alimonte
Broken
Chanson écrite pour le court métrage Whacked d’Alexander Asefa
Marching Song 2014 Chanson écrite pour le long métrage Bang Bang Baby (en) de Jeffrey St. Jules (en)
Bitch 2015 Chanson incluse dans la bande originale du long métrage Closet Monster de Stephen Dunn
Leila 2016 Chanson écrite pour le court métrage A Bicycle Lesson de Renuka Jeyapalan
Reborn Chanson initialement écrite pour la bande originale du long métrage Suicide Squad de David Ayer

Tournées[modifier | modifier le code]

Tête d’affiche
  • 2015 : Doing X Tour
  • 2017 : The CollXtion II Tour
Première partie

Filmographie[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Rôles à la télévision
Année Titre Rôle Notes
2008 Ma vie de star Godiva Apparition dans le cinquième épisode de la quatrième saison
How Do You Solve a Problem Like Maria? (en) Participante Émission télévisée
2009 Les Vies rêvées d'Erica Strange Seconde demoiselle d’honneur Apparition dans le sixième épisode de la première saison
Triple Sensation (en) Participante Émission télévisée[83]
2011 Jessica King Une vendeuse Apparition dans le huitième épisode de la première saison
2015 RuPaul's Drag Race Voix uniquement Chant et chœurs en présonorisation dans le deuxième épisode de la septième saison
2016 The Ellen Show Pianiste et choriste Apparition lors de la performance scénique de Youth avec Troye Sivan[44]
RuPaul's Drag Race: All Stars Voix uniquement Chant en présonorisation dans le troisième épisode de la deuxième saison[84]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Citation d’origine : « Yes I taught myself to use Ableton Live. I believe at least preliminary knowledge of one of these programs (Logic, Pro Tools, Ableton etc) is very important to artists these days, especially females, who are often considered “just a voice”. »
  2. Citation d’origine : « In mathematics, X is any possible variable. It's an unknown quantity. Once it's solved, it's no longer X. With that in mind, X is the identity that I take on as I go through my journey of self-discovery. It's these questions that I'm trying to grapple with in the public sphere. If I ever find that piece that I'm after or solve the equation, as it were, then I will no longer be Allie X. »
  3. Tous les albums présents dans cette liste ont bénéficié d’une parution indépendante à un label discographique.
  4. Ce titre a exclusivement été conçu pour l’émission télévisée RuPaul's Drag Race.
  5. Ce titre a spécialement été conçu pour l’émission télévisée RuPaul's Drag Race: All Stars. Il s’agit d’un single exclusif.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nathalie Petrowski, « Née sous X (ou presque) », sur lapresse.ca,  : « On ne fait que changer les combinaisons au gré de nos influences. Les miennes vont de Deevo à Cyndi Lauper en passant par Kate Bush, Björk, Stevie Nicks et Tom Petty. ».
  2. (en) Jamieson Cox, « Allie X Drops a Pristine Debut Single With "Catch" », Time, Time Inc,‎ (lire en ligne, consulté le 2 mars 2017)
  3. (en) Jason Lipshutz, « Who Is Allie X? 'Catch' Singer Talks Katy Perry Shout-Out, Her Pop Takeover Plan », Billboard, Prometheus Global Media,‎ (lire en ligne, consulté le 2 mars 2017)
  4. (en) David Friend, « International Star You Should Know: Allie X », Variety, Penske Media Corporation,‎ (lire en ligne, consulté le 18 avril 2017)
  5. Yohann Ruelle, « Clip "Too Much To Dream" : Allie X baigne dans le luxe et le glamour de Las Vegas », Charts in France, PureMédias,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mars 2017)
  6. (en) « Allie X - Chart history », Billboard Next Big Sound, Prometheus Global Media,‎ (lire en ligne, consulté le 18 avril 2017)
  7. (en) Justin Moran, « Women in Power-Pop: 50 Musicians Taking Over », Out Magazine, Here Media,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mars 2017)
  8. Natalia Wysocka, « L’Xpérience d’Allie X », Métro, Transcontinental Média,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mars 2017)
  9. a et b Nathalie Petrowski, « Née sous X (ou presque) », La Presse, Gesca,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mars 2017)
  10. a et b (en) David Lea, « Oakville's Allie Hughes may be the next Maria », Oakville Beaver, Metroland Media Group,‎ (lire en ligne, consulté le 15 mars 2017)
  11. (en) Allie X Interview @ British Summer Time Festival, (vidéo), Allie X (invitée), EQ Music (réalisation) (Royaume-Uni : YouTube. Consulté le .
  12. a b et c (en) « Allie X will make your head spin in this kaleidoscopic shoot exclusively for Fault Online », Fault, BB Publications,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mars 2017)
  13. a b c d et e (en) « Allie X | Dream Machine », Dream Machine, Ontario Media Development Corporation,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2017)
  14. a et b (en) « One's To Watch: Allie X », Wonderland,‎ (lire en ligne, consulté le 9 mars 2017)
  15. (en) « Allie Hughes Interview Aired on CKCU-FM for September 15, 2010 », CKCU-FM,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2017)
  16. a et b (en) « Allie Hughes – Allie Hughes », Discogs, Zink Media Inc.,‎ (lire en ligne)
  17. a b c d et e (en) Michael Mirrorcle, « Interview: Grim Pop Maven Allie X talks Tumors, Dating Advice & the letter X », PopGlitz,‎ (lire en ligne, consulté le 8 mars 2017)
  18. a et b (en) Rory Horne, « Interview: 2016 Must-Know - Allie X », Coup De Main,‎ (lire en ligne, consulté le 2 mars 2017)
  19. a b c d et e (en) Mikhael Agafonov, « 10 Things You Should Know About Allie X », Myspace,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mars 2017)
  20. a b c d e et f (en) Jennifer Lee, « Music News and Celebrity Interviews featuring Allie X », Filler Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le 8 mars 2017)
  21. a b et c (en) Shahlin Graves, « Interview: Allie X on #Xpression and 'CollXtion II'. », Coup De Main,‎ (lire en ligne, consulté le 8 mars 2017)
  22. a b c d e et f (en) Eric R. Danton, « Allie X Cultivates Air of Mystery on ‘CollXtion I’ (Exclusive Album) », The Wall Street Journal, News Corp,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2017)
  23. a b et c (en) Courtney Buck, « The 405 meets Allie X: "I just want my music to be heard by as many people as possible." », The 405,‎ (lire en ligne, consulté le 19 avril 2017)
  24. a b c et d (en) Shelby Clark Petkus, « Allie X Marks The Spot », PrideSource,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2017)
  25. a et b (en) Jason St. Amand, « Allie X Puts the 'X' in Your Music #Xperience », Edge Media Network,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2017)
  26. a et b (en) Erica Russell, « Exclusive: the unknown variable that is Allie X », Milk XYZ,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2017)
  27. Julien Delafontaine, « Allie X marche sur les pas de Lady Gaga », 20 minutes,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2017)
  28. a b et c (en) Shannon Cotton, « Allie X talks all the rage », 1883 Magazine, UNITED Management Inc,‎ (EAN 9781565924796, lire en ligne, consulté le 12 mars 2017)
  29. (en) « Singer-Songwriter Allie X Shares What the ‘X’ Stands For and the Meaning Behind Her Music », Playboy, Playboy Enterprises,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mars 2017)
  30. a et b (en) Erica Euse, « Allie X: all eyes on me », No Tofu Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2017)
  31. (en) Michael-Oliver Harding, « Allie X Is Your Friendly Neighborhood Dark-Popstar », Noisey, Vice Media,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2017)
  32. (en) Megan LaPierre, « ATP! Essential Listening: Allie X », Alter The Press!,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2017)
  33. (en) Gabriella Zicarelli, « Artist of The Week: Allie X », ANDPOP,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2017)
  34. (en) Heather Phares, « Biography & History | AllMusic », AllMusic,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2017)
  35. (en) Matthew Perpetua, « This Allie X Song Is Definitely Going To Improve Your Day », BuzzFeed, BuzzFeed Inc,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2017)
  36. (en) Ryan Porter, « Allie X explores her ‘shadow self’ in her dark radio-ready pop », Toronto Star, Torstar Corporation,‎ (lire en ligne, consulté le 2 mars 2017)
  37. (en) Marissa G. Muller, « Allie X: "I Don't Want to be Anyone's Bitch" », Noisey, Vice Media,‎ (lire en ligne, consulté le 15 mars 2017)
  38. (en) Justin Moran, « Allie X, the Future of Pop », Bullett Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le 16 avril 2017)
  39. (en) Carl Williott, « Allie X’s Journey To Dimension X: Idolator Interview », Idolator, SpinMedia,‎ (lire en ligne, consulté le 16 avril 2017)
  40. (en) Seth Plattner, « This Mysterious Pop Star Has Even Katy Perry Searching for Clues », Elle, Lagardère Active,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mars 2017)
  41. a et b (en) Elana Fishman, « Pop Star Allie X on Her ‘Harajuku-Mormon-Salem-Goth’ Style », Racked,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mars 2017)
  42. a et b (en) Shannon Carlin, « New Music to Know: Allie X Is a Mystery, Even to Herself », Radio.com,‎ (lire en ligne, consulté le 15 mars 2017)
  43. a et b (en) Francesca Dunn, « Allie X is our sweet-sounding candy crush », i-D,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mars 2017)
  44. a et b (en) Bill Baker et Dean Eastmond, « In Conversation with Allie X », HISKIND Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2017)
  45. Fadwa Lapierre, « Allie X : 48h top chrono au Centre Phi », Printemps Numérique,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2017)
  46. Quynh-Thu Nguyen, « 48h Allie X au Centre Phi », Black Milk Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2017)
  47. « CollXtion II », iTunes Store, Apple Inc.,‎ (lire en ligne)
  48. « CollXtion I (Deluxe Version) », iTunes Store, Apple Inc.,‎ (lire en ligne)
  49. « Catch - EP », iTunes Store, Apple Inc.,‎ (lire en ligne)
  50. « COLLXTION II: Unsolved », iTunes Store, Apple Inc.,‎ (lire en ligne)
  51. (en) « Allie Hughes – Waiting For The Prize », Discogs, Zink Media Inc.,‎ (lire en ligne)
  52. (en) « Allie Hughes – Ladies and Gentlemen », Discogs, Zink Media Inc.,‎ (lire en ligne)
  53. (en) « Allie Hughes – Allie X Andra », Discogs, Zink Media Inc.,‎ (lire en ligne)
  54. (en) « Allie X - Chart history », Billboard Canadian Hot 100, Prometheus Global Media,‎ (lire en ligne, consulté le 18 avril 2017)
  55. (en) « Catch - Single », iTunes Store, Apple Inc.,‎ (lire en ligne)
  56. Réédition parue en 2015 : « Catch - Single », iTunes Store, Apple Inc.,‎ (lire en ligne)
  57. « Too Much to Dream - Single », iTunes Store, Apple Inc.,‎ (lire en ligne)
  58. « All the Rage - Single », iTunes Store, Apple Inc.,‎ (lire en ligne)
  59. « That's So Us - Single », iTunes Store, Apple Inc.,‎ (lire en ligne)
  60. « Old Habits Die Hard - Single », iTunes Store, Apple Inc.,‎ (lire en ligne)
  61. « Casanova - Single », iTunes Store, Apple Inc.,‎ (lire en ligne)
  62. « Alexandra - Single », iTunes Store, Apple Inc.,‎ (lire en ligne)
  63. « Misbelieving - Single », iTunes Store, Apple Inc.,‎ (lire en ligne)
  64. (en) Justin Moran, « Alt-Pop Star Allie X Announces New Album COLLXTION II », Out Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mars 2017)
  65. (en) Sarah Murphy, « ALX - "I Will Love You More" (video) », Exclaim!,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2017)
  66. (en) BITCH: XHIBIT I, (vidéo), Allie X (artiste), George Pimentel (réalisateur) (États-Unis : YouTube. Consulté le .
  67. (en) Allie X CATCH, (vidéo), Allie X (artiste), Jérémie Saindon (réalisateur) (États-Unis : YouTube. Consulté le .
  68. (en) Allie X - Sanctuary, (vidéo), Allie X (artiste), Centre Phi (réalisateurs) (États-Unis : YouTube. Consulté le .
  69. (en) The Story of X: Bitch remix by FOXTROTT, (vidéo), Allie X (artiste), Centre Phi (réalisateurs) (États-Unis : Vimeo. Consulté le .
  70. (en) Allie X - Too Much To Dream, (vidéo), Allie X (artiste), Jungle George (réalisateur) (États-Unis : YouTube. Consulté le .
  71. (en) Allie X - All The Rage (Piano Version - Live), (vidéo), Allie X (artiste), Jungle George (réalisateur) (États-Unis : YouTube. Consulté le .
  72. (en) Allie X - Casanova, (vidéo), Allie X (artiste), Jungle George (réalisateur) (États-Unis : YouTube. Consulté le .
  73. (en) Allie X - All the Rage, (vidéo), Allie X (artiste), Jungle George et Maluko Haus (réalisateurs) (États-Unis : YouTube. Consulté le .
  74. (en) Allie X - Old Habits Die Hard (Piano Version), (vidéo), Allie X (artiste), Taylor Heres (réalisateur) (États-Unis : YouTube. Consulté le .
  75. (en) Allie X - That’s So Us (Acoustic), (vidéo), Allie X (artiste), Mitch Fillion (réalisateur) (États-Unis : YouTube. Consulté le .
  76. (en) Allie X - Too Much To Dream (Live), (vidéo), Allie X (artiste), Inconnu (réalisateur/trice) (États-Unis : YouTube. Consulté le .
  77. (en) « Steven McKay by Steven McKay », Bandcamp,‎ (lire en ligne)
  78. (en) Ro Cemm, « More Moss: Best Fit meets DIANA », The Line of Best Fit,‎ (lire en ligne, consulté le 16 avril 2017)
  79. (en) « Brendan Canning - You Gots 2 Chill », Discogs,‎ (lire en ligne)
  80. (en) « Ephemeral - Rich Aucoin | Credits », AllMusic,‎ (lire en ligne, consulté le 16 avril 2017)
  81. (en) « Moonlight - Ekaterina Shelehova », AllMusic,‎ (lire en ligne, consulté le 17 avril 2017)
  82. (en) « Don't Wake Me Up by John West », SoundCloud,‎ (lire en ligne, consulté le 17 avril 2017)
  83. (en) Personnel, « CFC Announces Participants for Slaight Music Residency », Centre canadien du film,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2017)
  84. (en) Adeel Amini, « INTERVIEW: Allie X », PressPLAY OK,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2017)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :