Allibaudières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Allibaudières
Allibaudières
Boîte de nuit à l'architecture « navale ».
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Canton Arcis-sur-Aube
Intercommunalité Communauté de communes d'Arcis, Mailly, Ramerupt
Maire
Mandat
Bruno Meunier
2014-2020
Code postal 10700
Code commune 10004
Démographie
Population
municipale
212 hab. (2016 en diminution de 19,7 % par rapport à 2011)
Densité 8,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 35′ 07″ nord, 4° 06′ 37″ est
Superficie 24,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Allibaudières

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Allibaudières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Allibaudières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Allibaudières

Allibaudières est une commune française située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

est attesté sous la forme Libauderie en 1131, Alebauderie en 1147[1], Allebalderie en 1164[1].

Le nom a longtemps été Libaudières nom dérivé de Leudobaldus propriétaire et homme franc[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des traces d'habitat romain ont été mises à jour en 1838 au lieu-dit chemin de Boulage et au lieu-dit Côtat du Rouillard un cimetière antique. Il avait un prieuré qui dépendait de l'Abbaye de Toussaint (Châlons-en-Champagne) qui semble disparaître avant 1441, une chapelle à st-Nicolas qui appartenait à l'abbaye de Chantemerle en 1487 avant d'être transformé en chapelle castrale de Dampierre .

Il existait un prieuré Masus cité en 1286 et qui appartenait à l'abbaye d'Hautvillers. Le bâtiment fut cédé au comte Thibault IV de Champagne[3]. Alix de l'Abbaye de Boulancourt y installait des nonnains de st-Benoit ; le même comte donnait au prieuré une Maison Dieu de Bar-sur-Aube[4]. En 1429, Le Mez avec ses moulins, foulons et hôpital sont déclarés ruinés par la guerre[5]. En 1487, le Mez est une possession de l'hôpital st-Nicolas de Bar-sur-Aube[6]

En 1789, le village était de l'intendance et de la généralité de Châlons-sur-Marne, de l’élection de Troyes et du bailliage de Sézanne.

En 1847, le village avait encore deux moulins.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Arlette Mackowicz - -
mars 2008 En cours Bruno Meunier[7] DVD Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9].

En 2016, la commune comptait 212 habitants[Note 1], en diminution de 19,7 % par rapport à 2011 (Aube : +1,62 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
378359370367408423426407406
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
392392341352357347379317310
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
299285259236225240257210222
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
235233221241244269254255261
2016 - - - - - - - -
212--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église, sous le vocable des « cinq plaies du Christ », a été construite de 1956 à 1958 par Michel Grandnom. Elle a remplacé une église ayant souffert des bombardements de 1940. Vaisseau unique en pierre et bois. L'édifice abrite des statues des XVe et XVe siècles.

le plan du château dans le village.

Les restes du château de Jean de Thourotte dont la construction fut concédé par le comte de Champagne en 1234. Il eut à subir deux sièges mémorable lors de la guerre de Cent Ans. Jean de Luxembourg, comte de Ligny assurait la prise du château aux partisans du Dauphin à la fin de mars 1420 le siège était mis et il tombait le 7 avril. Mais les partisans du Dauphin le remettaient en défense, le duc de Bourgogne envoyait Jean et Pierre, le Sire de Croy et le vidame d'Amiens. Pris d'assauts il fut brûlé et rasé juste avant le Traité de Troyes. Il subsistait encore les fossés et quelques maison qui servirent de réduit à un capitaine et quelques soldats qui y furent réduit et pendu en 1592 par le duc de Guise. EN 1848 il était encore connu comme le château par Camut-Chardon qui en donnait un plan.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dans le cartulaire de l'abbaye de Saint-Loup.
  2. Arbois, "Recherches sur la propriété foncière", 613.
  3. Gallia Christiana , X, col. 64.
  4. Arbois, Hist.Comtes Champ., catal. 2523.
  5. Roserot, Abbayes du département de l'Aube, 1re partie, 7-8.
  6. Archives départementales de l'Aube, G527.
  7. Conseil général de l'Aube mise à jour au 10 avril 2008
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.