Alles mit Gott und nichts ohn' ihn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cantate BWV 1127
Alles mit Gott und nichts ohn' ihn
Titre français Tout avec Dieu et rien sans lui
Liturgie Cantate profane
Date de composition 1713

Texte original

Traduction de J-P. Grivois, note à note
Traduction française interlinéaire
Traduction française de M. Seiler

Effectif instrumental
Soli : Soprano
violon I/II, alto, basse continue

Partition complète [PDF]
Partition Piano/Voix [PDF]
Informations et discographie (en)
Informations en français (fr)
Commentaires (en)

Alles mit Gott und nichts ohn' ihn (Tout avec Dieu et rien sans lui) (BWV 1127) est une ode (plutôt qu'une cantate) pour soprano, cordes et basse continue composée en 1713 par Johann Sebastian Bach.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le duc Guillaume II, pour qui l'ode a été composée.

Le manuscrit a été découvert le 17 mai 2005 à la bibliothèque de la duchesse Anna Amalia (de) à Weimar, par le chercheur Michael Maul, spécialiste de l’œuvre de Bach.

L’œuvre, intitulée Aria Soprano è Ritornello, a été écrite pour le 52e anniversaire du duc Guillaume II de Saxe-Weimar, dont Bach était l'organiste attitré de 1708 à 1717.

Chacune des douze strophes commence et se termine avec la devise du duc : Alles mit Gott und nichts ohn' ihn (Tout avec Dieu et rien sans lui), séparée par un ritournelle instrumentale. La durée totale avoisine les cinquante minutes.

C'est en 1935 qu'une œuvre vocale jusque-là inconnue de J.S Bach a été publiée pour la dernière fois : la Cantate BWV 200, découverte en 1924[1].

Édition[modifier | modifier le code]

  • Aria, « Alles mit Gott und nichts ohn' Ihn », BWV 1127. Bärenreiter, 2005 (OCLC 62273909)

Enregistrements[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(nn) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en nynorsk intitulé « Alles mit Gott und nichts ohn' ihn » (voir la liste des auteurs).

  1. Cantagrel 2010, p. 1354.

Voir aussi[modifier | modifier le code]