Allen Carr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carr.
Allen Carr
Portrait de Allen Carr
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
à MalagaVoir et modifier les données sur Wikidata
Pays de nationalité Royaume-UniVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession Essayiste (d) et écrivainVoir et modifier les données sur Wikidata

Allen Carr (né en 1934 à Londres, Royaume-Uni et mort le à Benalmádena (Malaga), en Espagne) est un auteur à succès, ancien expert comptable et inventeur d'une méthode pour arrêter de fumer et de plusieurs méthodes dérivées.

Pour Allen Carr, la principale difficulté des fumeurs est la « peur d'arrêter » plutôt que la dépendance physique à la nicotine. Selon lui, l'usage de produits pharmaceutiques compensant le manque de nicotine, renforçant cette peur et le sentiment de sacrifice, rendent le sevrage plus difficile.

Revendiquant des taux de satisfaction importants, il a décliné sa méthode dans plusieurs ouvrages concernant différentes addictions ou phobies et institué un réseau de centres franchisés encore actifs aujourd'hui[Quand ?] qui ont aidé environ 45 000 personnes en 2006[1].

Cependant, si le succès commercial est indéniable, il convient de rester prudent sur l'efficacité réelle de cette méthode qui a été remise en cause par des évaluations indépendantes[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien très gros fumeur, Allen Carr a arrêté de fumer à 49 ans[1].

Il s'est éteint le 29 novembre 2006, à 72 ans, des suites d'un cancer du poumon[1].

Méthode[modifier | modifier le code]

La méthode est décrite pour la première fois en 1983 dans le succès de librairie The Easy Way to Stop Smoking, traduit en français sous le titre « La méthode simple pour en finir avec la cigarette ». Selon son éditeur, cet ouvrage a été vendu à plus de 13 millions d'exemplaires, dont 1 million en français (2010)[réf. nécessaire].

Allen Carr estime avoir permis l'arrêt du tabagisme chez au moins 10 millions de personnes[1].

Programmes d'aide[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

De nombreux fumeurs appliquent la méthode de façon autodidacte en se basant sur le livre ; elle est aussi mise en œuvre lors de prestations organisées dans des centres[réf. nécessaire].

Le programme consiste en une séance initiale de quatre à cinq heures, d'un suivi téléphonique personnel et quelques semaines plus tard et, pour ceux qui en ressentiraient le besoin, d'une à deux séances supplémentaires de deux heures[3].

Les prestations des centres Allen Carr sont proposées en entreprise afin de mieux respecter les lois anti-tabac tout en avançant une réduction de l'absentéisme et d'accidents du travail chez les fumeurs représentant un surcoût estimé de l'ordre de 2 300 euros par an[4].

Taux de succès des prestations Allen Carr[modifier | modifier le code]

Sous contrôle des services de santé au travail des entreprises clientes, les séances Allen Carr revendiquent un taux de satisfaction de l'ordre de 60 à 70 %[réf. nécessaire].

Une étude financée par le gouvernement autrichien et confiée à une équipe médicale universitaire de Vienne a mesuré qu'un an après la participation à ce programme, 53,30 % des participants en moyenne restaient non fumeurs. Les mêmes universitaires ont confirmé ce chiffre dans une étude sur l'efficacité à 36 mois[réf. nécessaire].

Une étude par l'université de Groningue aux Pays-Bas a démontré un taux de réussite élevé et considère la méthode comme efficace. Les résultats de la recherche ont été publiés en 2014 dans la revue scientifique BMC Public Health[5],[6].

Évaluation et limites d'efficacité de la méthode[modifier | modifier le code]

Pour certains médecins et chercheurs, l'efficacité de cette méthode demeure douteuse et controversée, malgré d'intenses campagnes promotionnelles. En effet, selon le National Institute for Health and Clinical Excellence (en) (NICE, organisme britannique en charge d'évaluer scientifiquement l'efficacité des traitements), les services d'aide à l'arrêt au tabac du NHS ont commandé une synthèse au NICE sur les traitements non proposés par le NHS. La Méthode facile d'Allen Carr a donc été évaluée à l'instar d'autres méthodes comme l'acupuncture ou les méthodes aversives. Le rapport concluait qu'il n'y avait pas d'études contrôlées sur l'efficacité de la méthode de sevrage au tabac proposée par Allen Carr[2].

Un pneumologue et tabacologue influent (le Pr Bertrand Dautzenberg de l'Hôpital La Pitié Salpêtrière) considère que la Méthode facile d'Allen Carr repose plus sur une « série d'incantation que sur une méthode éprouvée ». Selon lui, si les méthodes de coaching sont acceptables, il s'inquiète qu'Allen Carr tienne pour vrai que la dépendance physique n'est pas importante et discrédite les substituts nicotiniques. En définitive, selon le Pr. Dautzenberg, les médecins devraient déconseiller la Méthode facile d'Allen Carr aux patients fumeurs désireux d'arrêter.[7].

Publications[modifier | modifier le code]

  • La méthode simple pour perdre du poids, Pocket, 2001.
  • La méthode simple pour en finir avec la cigarette, Pocket, 2004.
  • La méthode simple pour les femmes qui veulent arrêter de fumer, Pocket, 2004.
  • La méthode simple pour aider vos enfants à arrêter de fumer, Pocket, 2006.
  • La méthode simple pour avoir du succès, Pocket, 2006.
  • La méthode simple pour prendre l'avion sans avoir peur, Pocket, 2006.
  • La méthode simple pour maîtriser sa consommation d'alcool, Pocket, 2007.
  • La méthode simple pour prendre la vie du bon côté, Pocket, 2008.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) « Allen Carr dies from lung cancer », BBC, (consulté le 29 novembre 2006)
  2. a et b (en) « Evidence summary of non NHS-treatments », sur National Institute for Health and Clinical Excellence, (consulté le 25 juin 2017)
  3. Description basée sur les brochures des centres français et belges.
  4. Source : brochure des centres Allen Carr France
  5. Allen Carr France mentionne des résultats allant de 52 à 75 % dans plusieurs grandes entreprises françaises, d'après son site internet
  6. Une étude autrichienne en 2003 basée sur les déclarations de 357 participants aux sessions locales Allen Carr indique à un taux de succès après 12 mois situé entre 40 et 55 %. Source : H. P. Hutter, H. Moshammer, et al., Smoking Cessation at the Workplace: 1 Year Success of Short Seminars, International Archives of Occupational and Environmental Health, 79 (1), 2006, p. 42-48
  7. Pr Bertrand Dautzenberg, Le tabagisme : de la Clinique au traitement, Med'Com, 2010, p. 113.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Autres articles[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]