Allegro barbaro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur les redirections « Allegro barbaro » redirige ici. Pour les autres significations, voir Allegro barbaro (homonymie).

Allegro barbaro
Sz 49, BB 63
Image illustrative de l’article Allegro barbaro
Béla Bartók en 1927

Musique Béla Bartók
Effectif Piano
Durée approximative min 30 s
Dates de composition 1911
Création
Budapest
Interprètes Béla Bartók

L’Allegro barbaro pour piano BB 63 (Sz. 49) est l'une des pièces les plus célèbres pour piano de Béla Bartók, composée en 1911 — un an avant la Toccata de Prokofiev.

Présentation[modifier | modifier le code]

Bartók ne compose, sans arrière-pensée, qu'un Allegro. Le titre est absent de la partition autographe. Il apparaît dans l'édition de 1913 de Nyugat dans son numéro du 1er janvier (p. 57–69). Kodály évoque le clin d'œil humoristique de son confrère, à un critique qui, au festival hongrois de Paris le , avait parlé des « jeunes barbares hongrois »[1],[2].

Malgré la date de 1921, souvent retenue, Bartók l'a sans doute créé lui-même le , à Kecskemét, en Hongrie[2].

Le compositeur se servira ensuite de ce type de traitement rythmique, notamment dans En plein air (1926) et dans l’All'ungherese, extrait des Neuf petites pièces la même année[3].

Analyse[modifier | modifier le code]

Selon Benjamin Suchoff, l’Allegro barbaro est un amalgame d'influences folkloriques roumaine, hongroise et slovaque[4]. La musique paysanne hongroise est basée sur la gamme pentatonique, alors que la musique roumaine est largement chromatique et une influence slovaque apparaît dans la structure en 5, 5, 7, 7, du thème principal[4].

La mélodie d'ouverture de l’Allegro Barbaro est largement pentatonique (les 22 premières notes de la mélodie utilisent une cellule qui ne se compose que d'un ton et une tierce mineure, l'élément central de la gamme pentatonique). En effet, l'ouverture utilise des éléments thématiques dans le mode phrygien.

La tonalité principale est de fa dièse mineur, dans une découpe ternaire classique[5]. Malgré son titre, l'œuvre ne présente pas de caractère barbare telle que l'expression peut le laisser entendre dans son acceptation générale[6]. L'écriture en notes diésées ou double-diésées du thème, en raison de la tonalité, se joue en fait sur les touches blanches sur deux pages[7].

Alkan a composé une pièce intitulée Allegro à la barbaresca, op. 39, que Bartók ne connaissait pas. C'est lors d'un entretien avec Busoni, avant 1911, que le musicien s'est procuré la partition[8],[6]. Il ne connaissait pas plus l’Allegro barbaro, op. 35.

La première édition en 1913, note noire = 96–84 — et l'édition Universal blanche = 76–84, ce qui fit se moquer Bartók du Moderato barabaro. Dans son enregistrement, le compositeur lui-même dépasse cette marque métronomique pour atteindre blanche = 100[9].



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
upper = \relative c' {
  \clef treble 
  \key c \major
  \time 2/4
  \tempo 4 = 96
  \tempo "Allegro"

  \change Staff = "lower" \stemUp < a, cis fis a >8^\rfz \change Staff = "upper" \stemDown < a' cis fis a >8\mf
  \change Staff = "lower" \stemUp < fis, cis' fis >8 \change Staff = "upper" \stemDown < a' cis fis a >8
  \repeat unfold 3 { \repeat unfold 2 { \change Staff = "lower" \stemUp < fis, cis' fis >8 \change Staff = "upper" \stemDown < a' cis fis a >8 }}
  
  << { r4 \repeat unfold 3 { < a a' >4---> } < gis gis' >4-^-. < a a' >4~ < a a' >2~ < a a' >4 \repeat unfold 3 { < a a' >4-- } } \\ { \change Staff = "lower" \stemUp < fis, cis' fis >8 \change Staff = "upper" \stemDown < a' cis fis a >8 r8 < cis fis >[ r8 < cis fis > r8 < cis fis > r8 < cis e >] r8 < cis fis >8   \repeat unfold 2 {  r8 < cis fis >8[ r8 < cis fis >8 r8 < cis fis >8] } } >>


}

lower = \relative c {
  \clef bass
  \key c \major
  \time 2/4
    
   \stemDown < fis,, cis' fis >8 fis8\rest s4*8 < fis' fis' >8--^\ff < a cis >8 \repeat unfold 2 { < fis fis' >8-- < a cis > }
   < cis, cis' >8-^-. < e gis > < fis fis' >-- < a cis > 
   \repeat unfold 2 { < fis fis' >8--[ < a cis > < fis fis' >8-- < a cis > < fis fis' >8-- < a cis >] }
   
}

\score {
  \new PianoStaff <<
    \set PianoStaff.instrumentName = #"Piano"
    \new Staff = "upper" \upper
    \new Staff = "lower" \lower
  >>
  \layout {
    \context {
      \Score
      \remove "Metronome_mark_engraver"
    }
  }
  \midi { }
}
L'incipit de l’Allegro barbaro.

Éditions[modifier | modifier le code]

  • Universal Edition, Vienne 1919.
  • G. Henle Verlag / Editio Musica, Munich/Budapest 2016, éd. de László Somfai (OCLC 967752795)

Transcriptions[modifier | modifier le code]

Orchestre[modifier | modifier le code]

La première transcription a été réalisée, avec l'accord du compositeur, pour orchestre militaire, par le capitaine Arthur Prévost (18881967) pour le 1er Régiment des Guides à Bruxelles (Belgique)[10]. L'œuvre a été enregistré par l'ensemble en 1929 pour HMV[11].

La composition a été arrangée pour orchestre par Jenő Kenessey (eo) en 1946.

Arrangement rock[modifier | modifier le code]

Elle a également été reprise par Emerson, Lake and Palmer en 1970, sous le titre The Barbarian, présent dans leur premier album homonyme[12].

Discographie[modifier | modifier le code]

Parmi la centaine de versions enregistrées, on peut retenir les grands noms suivants :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]