Allas-les-Mines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Allas-les-Mines
Allas-les-Mines
Le village d'Allas-les-Mines.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Sarlat-la-Canéda
Intercommunalité Communauté de communes Vallée de la Dordogne et Forêt Bessède
Maire
Mandat
Jean-François Laravoire
2020-2026
Code postal 24220
Code commune 24006
Démographie
Gentilé Allacois
Population
municipale
204 hab. (2017 en augmentation de 0,99 % par rapport à 2012)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 50′ 03″ nord, 1° 04′ 23″ est
Altitude Min. 56 m
Max. 250 m
Superficie 7,04 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Sarlat-la-Canéda
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de la Vallée Dordogne
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Allas-les-Mines
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Allas-les-Mines
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Allas-les-Mines
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Allas-les-Mines

Allas-les-Mines, autrefois nommée Allas-de-Berbiguières, est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

La commune est implantée dans le Périgord noir sur les rives de la Dordogne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Allas-les-Mines est limitrophe de sept autres communes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Allas-les-Mines est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[1],[2].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Sarlat-la-Canéda, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 47 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[3],[4].

Prévention des risques[modifier | modifier le code]

À l'intérieur du département de la Dordogne, un plan de prévention du risque inondation (PPRI) a été approuvé en 2011 pour la Dordogne amont et ses rives, qui concerne donc la zone basse du territoire d'Allas-les-Mines[5],[6].

Un plan de prévention des risques (PPR) de mouvements de terrain et de retrait-gonflement des argiles a été approuvé en 2016 concernant environ 40 % du territoire communal[7],[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous sa forme occitane Alàs en 1218[9], puis sous la forme latine Alatum en 1258.

Le nom d'Allas-les-Mines peut provenir soit d'Alacius[10], personnage d'origine gallo-romaine, soit du peuple des Alains, envahisseurs de la Gaule au début du Ve siècle[11]. La seconde partie du nom s'explique par les anciennes mines de charbon situées sur le territoire communal[11].

En 1910 Allas-de-Berbiguières devient Allas-les-Mines[12].

En occitan, la commune porte le nom d'Alàs[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village était occupé à l’époque gallo-romaine puisque les fouilles de 1956 prouvent l’existence d’une exploitation vinicole[13] avec un fouloir, l’emplacement d’un pressoir, la découverte de pièces de monnaie, un bronze datant de Vespasien, un autre de Trajan, cinq antoniniens allant de Gallien à Tetricus Ier, des tessons de céramique commune[14].

La première mention écrite connue du lieu apparait en 1218 sous la forme Alas[11]. Ensuite, la commune s'est appelée Alat, Allas de Berbières puis Allas-de-Berbiguières. On trouve également en 1643 la paroisse nommée Alat de Ferrières. Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale, elle a porté le nom d'Allas-l'Égalité. En 1910, elle prend le nom d'Allas-les-Mines[12].

Sous Louis XV, selon un rapport de l'intendant de Guyenne, Me Jully en 1746, 28 maisons composent le bourg. Une épidémie frappe le village : 30 morts et 25 personnes alitées, sérieusement malades : serait-ce la peste, ou le choléra ?

Les mines de lignite ont occupé jusqu’à 1 248 employés. Jusqu’en 1956, une usine à chaux a employé jusqu'à 220 ouvriers.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 100 et 499 habitants au recensement de 2017, onze conseillers municipaux ont été élus en 2020[15],[16].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1971 mars 2008 René Magimel UMP Artisan menuisier à la retraite
mars 2008 mars 2015[Note 3],[17] Guy de Brondeau SE[18] Retraité de la banque
mars 2015 juin 2015 Jean-Louis Monribot   Adjoint faisant fonctions de maire
juin 2015 mai 2020 Jean-Louis Monribot[19]    
mai 2020 En cours Jean-François Laravoire    

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants d'Allas-les-Mines se nomment les Allacois[20].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[22].

En 2017, la commune comptait 204 habitants[Note 4], en augmentation de 0,99 % par rapport à 2012 (Dordogne : -0,67 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
474463447459466377445453461
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
491478463457467462437472470
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
451408424353416339276287290
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
290236198185203224208206204
2013 2017 - - - - - - -
201204-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[24], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 85 personnes, soit 40,5 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (seize) a augmenté par rapport à 2010 (sept) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 18,5 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte dix-huit établissements[25], dont huit au niveau des commerces, transports ou services, cinq dans la construction, trois dans l'industrie, un relatif au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, et un dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche[26].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le clocher de l'église
  • Château de Ferrières, connu également sous le nom de château d'Allas.
  • Château de Goudou : la tour centrale serait du XIIe siècle.
  • Ruines d'un monastère
  • Église Sainte-Croix, le clocher du XIIe siècle recèle un escalier en colimaçon.
  • La maison du Pêcheur à Envaux.
  • Musée « La rue du temps qui passe » (collection Boom), créé en 2017 : sur plus de 1 000 m2, reconstitution d'un véritable quartier du début du XXe siècle avec plus de vingt-cinq commerces d'antan.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Armand Augustin de Toucheboeuf-Beaumond des Junies : il fut seigneur du château de Ferrières à Allas et page du Roi en la petite écurie en 1765.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Parti ; au premier d'argent à une fasce ondé d'azur accompagnée en chef d'un pressoir à vis de sinople cerclé de sable accosté en chef de deux grappes de raisins de sinople et d'un besant de sable en pointe, au second d'azur à deux bœufs d'or passants.[réf. nécessaire]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Maurin, Etablissement vinicole à Allas-les-Mines (Dordogne), p. 209-221, Gallia, 1964, no 22-1 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Décédé en fonctions.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  2. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  5. PPR inondation - 24DDT20090002 - Dordogne Amont, DREAL Aquitaine, consulté le 13 février 2019.
  6. [PDF] Allas-les-Mines - Plan de prévention du risque inondation p. 1, DREAL Aquitaine, consulté le 13 février 2019.
  7. PPR mouvement de terrain - - 24DDT20120002 - Allas les Mines, DREAL Aquitaine, consulté le 19 mars 2019.
  8. [PDF] Allas-les-Mines - Plan de prévention des risques mouvements de terrain et retrait-gonflement des argiles, DREAL Aquitaine, consulté le 19 mars 2019.
  9. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Volume 1 - Page 423 - (id).
  10. a et b Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 29 janvier 2014.
  11. a b et c Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 27.
  12. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Louis Maurin, Etablissement vinicole à Allas-les-Mines (Dordogne), dans Gallia, 1964, volume 22, no 1, p. 209-221 (lire en ligne)
  14. Balmelle Catherine, Barraud Dany, Brun Jean-Pierre, Duprat Béatrice, Gaillard Hervé, Jacques Philippe, Maurin Louis, Petit-Aupert Catherine, Rigal Didier, Robin Karine, Roudié Philippe, Sillières Pierre, Vernou Christian, « La viticulture antique en Aquitaine », Gallia, tome 58, 2001, [1], p. 134-136
  15. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 27 août 2020.
  16. Résultats des élections municipales et communautaires 2020 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 22 octobre 2020.
  17. « La mort du maire d'Allas-les-Mines », Sud Ouest édition Dordogne, 11 mars 2015, p. 11.
  18. « Voici vos 557 maires », supplément à Sud Ouest édition Dordogne, 3 avril 2008, p. 20.
  19. « Un nouveau maire à Allas-les-Mines », Sud Ouest édition Périgueux, 8 juin 2015, p. 12.
  20. Nom des habitants des communes françaises sur le site habitants.fr, consulté le 4 décembre 2016.
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  24. Dossier complet - Commune d’Allas-les-Mines (24006) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 4 août 2018.
  25. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 4 août 2018).
  26. Dossier complet - Commune d’Allas-les-Mines (24006) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 4 août 2018.