Allan Quatermain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Allan Quatermain
Personnage de fiction apparaissant dans
Les Mines du roi Salomon.

Allan Quatermain vu par l'illustrateur Charles H. M. Kerr (frontispice du roman Allan Quatermain, 1887).
Allan Quatermain vu par l'illustrateur Charles H. M. Kerr (frontispice du roman Allan Quatermain, 1887).

Origine Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni
Sexe Masculin
Espèce Humain
Activité Chasseur de trésors

Créé par Henry Rider Haggard
Interprété par Stewart Granger
Richard Chamberlain
Sean Connery
Patrick Swayze
Films Allan Quatermain et les Mines du roi Salomon
Allan Quatermain et la Cité de l'or perdu
La Ligue des Gentlemen Extraordinaires
Romans Les Mines du roi Salomon
Allan Quatermain et la Cité de l'or perdu
Allan Quatermain et la Pierre des ancêtres
Première apparition Les Mines du roi Salomon (1885)
Dernière apparition Allan Quatermain et la Pierre des ancêtres (2004)

Allan Quatermain est un personnage de fiction créé par Henry Rider Haggard dans le roman Les Mines du roi Salomon en 1885.

Œuvres où le personnage apparaît[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Il est le héros de 18 aventures (14 nouvelles et 4 contes héroïques) dont :

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Vidéo[modifier | modifier le code]

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

  • Le personnage d'Allan Quatermain est utilisé dans le comics La Ligue des gentlemen extraordinaires (The League of Extraordinary Gentlemen). Devenu opiomane, le héros intègre un groupe d'individus hors-normes chargés de protéger le Royaume-Uni.
  • Il a aussi servi de modèle, avec James Coburn, pour la création du personnage de Martin Mystère (en 1978).
  • L'ouvrage Les Mines du roi Salomon a fait l'objet d'une adaptation en bande dessinée, dans la collection 1800 de l'éditeur Soleil Productions. Deux tomes réalisés par Dobbs et DimD doivent être publiés à compter de septembre 2010.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Patrick Brantlinger, Rule of Darkness : British Literature and Imperialism, 1830–1914, Ithaca (New York) / Londres, Cornell University Press, , XI-309 p. (ISBN 0-8014-2090-3, présentation en ligne), [présentation en ligne], [présentation en ligne].
  • (en) Patrick Brantlinger, « Victorians and Africans : The Genealogy of the Myth of the Dark Continent », Critical Inquiry, University of Chicago Press, vol. 12, no 1 « "Race", Writing, and Difference »,‎ , p. 166-203 (lire en ligne).
  • (en) Sally Bushell, « Mapping Victorian Adventure Fiction : Silences, Doublings, and the Ur-Map in Treasure Island and King Solomon's Mines », Victorian Studies, Indiana University Press, vol. 57, no 4,‎ , p. 611-637 (lire en ligne).
  • (en) Peter Berresford Ellis, H. Rider Haggard : A Voice from the Infinite, Londres / Henley, Routledge and Kegan Paul, , XIV-291 p. (ISBN 0-7100-0026-X, présentation en ligne).
  • (en) Norman A. Etherington, « Rider Haggard, Imperialism, and the Layered Personality », Victorian Studies, Indiana University Press, vol. 22, no 1,‎ , p. 71-87 (lire en ligne).
  • (en) Alan Freeland, « Versions of the Imperial Romance : King Solomon's Mines and As Minas de Salomão », Portuguese Studies, Modern Humanities Research Association, vol. 23, no 1,‎ , p. 71-87 (lire en ligne).
  • (en) Laura Hilton, « Gothic Science Fiction in the Steampunk Graphic Novel The League of Extraordinary Gentlemen », dans Sara Wasson et Emily Alder (dir.), Gothic Science Fiction 1980-2010, Liverpool University Press, , 219 p. (ISBN 978-1-84631-707-1, présentation en ligne), p. 189-208.
  • (en) Heidi Kaufman, « « King Solomon's Mines ? » : African Jewry, British Imperialism, and H. Rider Haggard's Diamonds », Victorian Literature and Culture, Cambridge University Press, vol. 33, no 2,‎ , p. 517-539 (lire en ligne).
  • (en) Robbie McLaughlan, Re-imagining the « Dark Continent » in Fin de Siècle Literature, Édimbourg, Edinburgh University Press, coll. « Edinburgh Critical Studies in Victorian Culture », , VIII-237 p. (ISBN 9780748647156 et 0748647155, présentation en ligne).
  • (en) Gerald Cornelius Monsman, H. Rider Haggard on the Imperial Frontier : the Political and Literary Contexts of his African Romances, Greensboro, ELT Press, coll. « 1880-1920 British authors series » (no 21), , IX-294 p. (ISBN 0-944318-21-5, présentation en ligne), [présentation en ligne].
  • (en) R. D. Mullen, « The Books of H. Rider Haggard : A Chronological Survey », Science Fiction Studies, Greencastle (Indiana), SF-TH Inc, vol. 5, no 3,‎ , p. 287-291 (lire en ligne).
  • (en) Richard F. Patteson, « King Solomon's Mines : Imperialism and Narrative Structure », The Journal of Narrative Technique, Journal of Narrative Theory, vol. 8, no 2,‎ , p. 112-123 (lire en ligne).
  • (en) Richard F. Patteson, « Manhood and Misogyny in the Imperialist Romance », Rocky Mountain Review of Language and Literature, Rocky Mountain Modern Language Association, vol. 35, no 1,‎ , p. 3-12 (lire en ligne).
  • (en) Rebecca Stott, « The Dark Continent : Africa as Female Body in Haggard's Adventure Fiction », Feminist Review, Palgrave Macmillan Journals, no 32,‎ , p. 69-89 (lire en ligne).
  • (en) Martin Tucker, « The African Novel : The Four Traditions », Africa Today, Indiana University Press, vol. 11, no 6,‎ , p. 7-9 (lire en ligne).