Allaines (Somme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Allaines
Allaines (Somme)
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute Somme
Maire
Mandat
Françoise Grimaux
2020-2026
Code postal 80200
Code commune 80017
Démographie
Gentilé Allainois
Population
municipale
454 hab. (2018 en augmentation de 6,32 % par rapport à 2013)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 57′ 45″ nord, 2° 56′ 44″ est
Altitude Min. 47 m
Max. 136 m
Superficie 8,36 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Péronne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Péronne
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Allaines
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Allaines
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Allaines
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Allaines

Allaines est une commune française située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village se situe dans la vallée de la Tortille, petit affluent de la Somme[1],[2].

À deux kilomètres du chef-lieu, se trouve le hameau de Feuillancourt qui compte 122 habitants en 1898[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Transports en commun routiers[modifier | modifier le code]

La localité est desservie par la ligne d'autocars no 39 (Albert - Péronne) du réseau Trans'80, Hauts-de-France, chaque jour de la semaine sauf le dimanche et les jours fériés[3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Allaines est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Péronne, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 52 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (93,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (100 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (90,3 %), zones urbanisées (6,7 %), zones agricoles hétérogènes (2,8 %), prairies (0,2 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Vieus Héléna en 486[11], Alania en 977[12], Alania, Avenia en 1170[13], Alaignes en 1219[14].

Alaine en picard.

L'origine du nom du village pourrait être liée aux Alains, barbares qui causèrent d'affreux ravages en 407[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

De grandes quantités de vases gallo-romains ont été trouvées dans le sol, près du chemin dit « voie romaine », menant de Soissons à Sangatte, près de Boulogne-sur-Mer[1].

Allaines serait le Vicus Helena où les Romains d'Aetius furent vainqueurs des Francs de Clodion le Chevelu en 448[1].

À l'époque des Templiers, des souterrains ont été creusés sous l'église actuelle et dans le « rideau » du moulin[1].

En 1653, de nombreuses escarmouches ont lieu entre les Espagnols et les troupes de M. le maréchal de la Ferté. Les ossements souvent remontés au lieu-dit la Terre des Tombes attestent de ces combats meurtriers[1].

À la Révolution, les moines de l'abbaye du Mont-Saint-Quentin possédaient une grande partie des terres du village[1].

1849 : comme dans toutes les communes de France, la population masculine majeure put, pour la première fois, aller voter grâce à l'instauration du suffrage universel. Voici la répartition (en nombre) de quelques-uns des patronymes des 334 électeurs[15],[16]

Baillet Bellier Bernard Caron Choquet Delachambre Maison Mourette Sené Théry
5 12 3 6 5 14 10 6 8 5

En 1870, lors du siège de Péronne, l'armée prussienne de Von Goeben est venue se reformer à Allaines, dans la vallée de la Tortille pour ensuite se diriger vers Saint-Quentin, après avoir été battue par le général Faidherbe[1].

L'extraction minière de phosphates s'est terminée en 1895, après avoir procuré des revenus importants dans le village[1].

Au cours de la Première Guerre mondiale, durant la bataille de la Somme, le , le village est repris par l'armée française. Les pertes sont lourdes, le 60e régiment d'infanterie est anéanti et le 44e régiment d'infanterie perd 600 soldats[17].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1844   Bricourt    
avant 1988 ? Jean Target    
mars 2001 2020 Étienne Deffontaines UMP-LR réélu pour le mandat 2014-2020[18],[19]
mars 2020[20] En cours
(au 6 août 2020)
Françoise Grimaux    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[22].

En 2018, la commune comptait 454 habitants[Note 3], en augmentation de 6,32 % par rapport à 2013 (Somme : −0,18 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8888988768409409859789831 003
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
954918899920701657665688642
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
621573573457530413402376399
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
348376375465429395428424451
2018 - - - - - - - -
454--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune n'administre plus d'école primaire.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Paul.
  • Vierge de pierre à Feuillaucourt, sur la route de Bouchavesne, mise en place en 1953, après le décès du prêtre dans un accident de circulation[25].
  • Via Francigena

La via Francigena qui part de Canterbury (Royaume-Uni) pour rallier Rome passe dans le village[26].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Clodomir Boulanger, Monographie du village d'Allaines, in-8° : Paris, Leroux ; Péronne, Loyson, 1903 : avec 23 plans, phototypies et gravures [1]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i et j Notice géographique et historique réalisée par M. Magnier, instituteur à Allaines, 1898, Archives départementales de la Somme, Amiens.
  2. http://archives.somme.fr/ark:/58483/a011261413545HZ4nox/1/1
  3. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Péronne », sur insee.fr (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Dans les écrits de Saint Sidoine Appolinaire.
  12. Dans un manuscrit de Albert 1er de Vermandois, dit « le Pieux ».
  13. Dans le cartulaire de Noyon.
  14. Dans un édit royal de Philippe-Auguste.
  15. Liste électorale d'Allaines, Archives Départementales de la Somme, Amiens, 1849
  16. http://archives.somme.fr/ark:/58483/a011335439675ngU9l3/1/1
  17. Pierre Miquel, Les oubliés de la Somme, p. 199.
  18. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le ).
  19. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le ).
  20. « Liste des maires de la Somme » [ods], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le ).
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  25. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 252 (ASIN B000WR15W8).
  26. Romain Michelot, « La via Francigena a le potentiel de Saint-Jacques : Le chemin de pèlerinage qui part de Canterbury pour rallier Rome passe par la Somme et l'Aisne. Il est maintenant référencé dans un guide. », Courrier picard,‎ , p. 8.