Allahdad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Allahdad est le nom de la violente émeute anti-juive en 1839 qui vit le meurtre et la conversion forcée des juifs de Mashhad, dans la région du Grand Khorasan en Iran.
Après la conversion forcée des juifs de Mashhad à l'islam, beaucoup pratiquèrent le crypto-judaïsme. L'incident a été important du fait qu'une communauté tout entière fut contrainte à se convertir et ce fut l'une des premières fois que des juifs européens intercédèrent au nom des juifs iraniens[1].

On dénombre entre 30 et 40 juifs tués à la suite de ce pogrom antisémite[2].

Le chef de Mashhad ordonna à ses hommes d'attaquer la communauté juive, de brûler la synagogue, de piller les maisons, et d'enlever les filles[3]. Les couteaux à la gorge, les chefs de la communauté juive furent contraint de proclamer leur «allégeance» à l'islam afin de sauver les 2400 juifs de la ville[4],[4]. La plupart des convertis sont restés dans la ville en pratiquant le même mode de vie, portant les mêmes vêtements et se donnant les mêmes noms que leurs voisins musulmans (alors qu'à la maison, ils continuaient d'enseigner l'hébreu à leurs enfants et d'allumer les bougies de Shabbat)[5]. Ceux qui ne se sentaient pas en sécurité ont quitté la ville en direction d'autres communautés juives, en Iran, à Boukhara ou en Afghanistan où les sunnites locaux étaient plus tolérants que les chiites[6].

Ce jour est resté célèbre comme le Allahdad ("la justice divine").

On dénombre aujourd'hui 20 000 juifs descendants des juifs de Mashhad, 10 000 vivent en Israël et les autres sont majoritairement aux États-Unis[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Daniel Tsadik, Between foreigners and Shi'is : nineteenth-century Iran and its Jewish minority, Stanford, Calif, Stanford University Press, coll. « Stanford studies in Jewish history and culture », (ISBN 978-0-804-75458-3), p. 35.
  2. (en) Jaleh Pirnazar, « THE "JADID AL-ISLAMS" OF MASHHAD », Foundation for Iranian Studies
  3. Narrative of a mission to Bokhara, in the years 1843-1845, to ascertain the fate of Colonel Stoddart and Captain Conolly, page 147, London, J.W. Parker, 1845.
  4. a et b (en) Daniel Tsadik, Between foreigners and Shi'is : nineteenth-century Iran and its Jewish minority, Stanford, Calif, Stanford University Press, coll. « Stanford studies in Jewish history and culture », (ISBN 978-0-804-75458-3), p. 35.
  5. (en) Raphael Patai, Jadid al-Islam: The Jewish "New Muslims" of Meshhed, Detroit, Wayne State University Press, (ISBN 0-814-32652-8)
  6. « Mashhadi Jews in New-York »,
  7. "The double lives of Mashhadi Jews", Jerusalem Post, August 22, 2007.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mehrdad Amanat, Jewish identities in Iran resistance and conversion to Islam and the Baha'i faith, London New York, I.B. Tauris, (ISBN 978-1-845-11891-4, lire en ligne), p. 47ff.
  • (en) Hilda Nissimi, The Crypto-Jewish Mashhadis : the shaping of religious and communal identity in their journey from Iran to New York, Brighton Portland, Sussex Academic Press, (ISBN 978-1-845-19160-3). Excerpts available at Google Books.
  • (en) Albert Kaganovich, The Mashhadi Jews (Djedids) in Central Asia, Berlin, Klaus Schwarz, coll. « ANOR » (no 14), (ISBN 978-3-879-97641-6, lire en ligne)