Allées de Tourny (Périgueux)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Allées de Tourny.

Allées de Tourny
Image illustrative de l’article Allées de Tourny (Périgueux)
La préfecture de la Dordogne, sur les allées de Tourny à Périgueux.
Situation
Coordonnées 45° 11′ 12″ nord, 0° 43′ 27″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Ville Périgueux
Quartier(s) La Gare / Saint-Martin
Haut Périgueux
Tenant Rue de l'Arsault
Aboutissant Place Yves-Guéna
Morphologie
Type Allées
Forme Trapézoïdale
Longueur environ 350 m
Largeur 70 m
Superficie 21 300 m2
Histoire
Création 17431748
Anciens noms Place Tourny (17431789)
Place de la Liberté, place de l'Union et place de la Réunion (Révolution française)
Monuments Cours Tourny
Monument aux morts
Protection Logo des sites naturels français Site classé (1950)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Allées de Tourny

Géolocalisation sur la carte : Périgueux

(Voir situation sur carte : Périgueux)
Allées de Tourny

Les allées de Tourny sont des allées situées dans le centre-ville de Périgueux, dans le département français de la Dordogne.

Leur histoire remonte au XVIIIe siècle, lorsque l'intendant Louis-Urbain-Aubert de Tourny les crée entre 1743 et 1748. En 1909, le monument aux morts des mobiles de la Dordogne est construit dans sa partie orientale, dénommée « esplanade du Souvenir » en 1997. Les allées sont classées comme site d'intérêt pittoresque depuis 1950. Depuis les années 1980, elles accueillent différentes manifestations.

Historique[modifier | modifier le code]

Origines et historique[modifier | modifier le code]

En 1483, les Augustins font construire un premier couvent doté d'un enclos au nord de la ville de Périgueux. Ce couvent est détruit par les protestants en 1575, lors de leur occupation de la ville[G 1].

Sur l'emplacement de la place du Plantier[G 2], correspondant à l'enclos des Vieux Augustins, les allées de Tourny sont créées de 1743 à 1748 par l'intendant Tourny[G 3] et sont d'abord appelées place Tourny[G 3]. À la Révolution, elles sont désignées sous divers noms : place de la Liberté[G 4], place de l'Union (en 1793[G 5]) et place de la Réunion[G 6]. En 1861, le boulevard, situé au sud des allées, est dénommé cours Tourny tandis que l'année suivante, la voie située au nord, depuis le bâtiment de la préfecture jusqu'à la rue de Paris (l'actuelle avenue Georges-Pompidou), prend le nom de boulevard Tourny[G 3]. Ce n'est qu'en 1890 qu'apparaît le nom des allées de Tourny, désignant à la fois le terre-plein central et la voie située au nord (l'ex-boulevard Tourny)[G 3].

La place est d'abord plantée d'ormeaux en 1747, puis d'ormeaux à feuilles moyennes en 1872[G 3]. En 1787, les premiers bancs de pierre sont installés sous l'ombre des ormeaux[1]. En 1871, des platanes remplacent les premiers ormeaux malades[1]. En 1876, dans un contexte urbain mouvementé après la construction de l'hôtel de préfecture à quelques dizaines de mètres, un square muni d'un plan d'eau est aménagé à côté du belvédère, avant la construction en 1899 du kiosque à musique, inauguré en mai 1900[2] et du boulodrome[1],[G 3]. En 1900, la partie ouest est plantée de marronniers d'Inde[G 3]. Le Monument aux morts des mobiles de la Dordogne est érigé en 1909[G 3], dans la partie orientale des allées, portant depuis 1997 le nom d'esplanade du Souvenir[G 7]. Ce monument imposant est l'œuvre du sculpteur Edmond Desca (1855-1918) et sert aujourd'hui de mémorial des différentes guerres[G 8].

En 1961, deux statues en pierre de Montaigne et de Fénelon, réalisées par Gilbert Privat sont érigées sur les allées[3]. En 1972, les platanes sont remplacés[1]. En 1983, devenue dangereuse, la toiture du kiosque à musique est enlevée[2]. En 1985, cinquante-cinq tilleuls argentés sont implantés sur les allées, en remplacement des ormeaux, des tilleuls et des platanes[G 3].

En octobre 2015, le chantier de rénovation du kiosque à musique démarre en vue de rénover entièrement le kiosque par des élèves du CFA du bâtiment et des travaux publics de la Dordogne, avec « reconstitution des colonnes, de la toiture et même du lustre central »[2] en style Belle Époque[4]. Début juin 2018[4], le chantier est terminé à temps pour l'utilisation du kiosque lors de la fête de la musique[5].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Popularité et protection[modifier | modifier le code]

Avant les années 1970, les allées de Tourny sont l'un des lieux favoris pour les promenades des Périgourdins. Les allées de Tourny sont alors classées site d'intérêt pittoresque depuis le , pour protéger les alignements d'arbres et l'ensemble des monuments historiques se trouvant autour[6].

Depuis 1971, les trois quarts du terre-plein central, côté ouest, servent de parc de stationnement, interdisant dorénavant la tenue de la Foire de Périgueux qui s'y déroulait chaque année, avant qu'elle ne migre, quelques années après, vers le quartier du Toulon, puis au parc des Expositions de Marsac-sur-l'Isle[G 3].

Les 20 et , à l'occasion des Journées européennes du patrimoine à Périgueux, plusieurs visites des allées de Tourny se déroulent, dans ce lieu qui a « complètement bouleversé le paysage de la ville » selon Martine Balout, la responsable locale du label Ville d'art et d'histoire[1].

Description[modifier | modifier le code]

Plan schématisé des allées de Tourny.
Plan schématisé des allées de Tourny.

Morphologie et accès[modifier | modifier le code]

Larges d'environ 70 mètres en moyenne pour une longueur maximale d'environ 350 mètres, les allées de Tourny présentent une forme trapézoïdale, s'étendant sur 21 300 m2[G 3].

Les allées de Tourny débutent au sud-est, à l'intersection avec la rue de l'Arsault. Se succèdent ensuite, au nord des allées, les rues Paul-Louis-Courier et du Docteur-Armand-de-Lacrousille. La voie débouche à l'ouest sur la place Yves-Guéna. Le cours Tourny est parallèle aux allées et marque leur limite sud.

Monuments[modifier | modifier le code]

Les allées sont entourées de plusieurs bâtiments remarquables. Au nord, l'hôtel de la Division, construit au XVIIIe siècle[7], a son entrée qui donne vers la façade sud — sur les allées de Tourny — depuis 1958[G 9] ; le bâtiment de la préfecture, inauguré en 1864[8], a sa façade principale qui donne sur les allées. De plus, une quinzaine d'hôtels particuliers, construits à partir des années 1870, se succèdent les uns aux autres, dont le no 9, inscrit au titre des monuments historiques[9]. Côté sud, sur le cours Tourny, le musée d'art et d'archéologie du Périgord fait face à la préfecture.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Animations[modifier | modifier le code]

Ce lieu, en bordure nord du secteur sauvegardé de Périgueux, est le siège de diverses manifestations. Tous les ans, les allées de Tourny sont le lieu de départ d'un défilé de plusieurs centaines de pilotes de la Fédération française des motards en colère[10],[11]. En avril 2012, le marché de la Clautre est déplacé sur les allées de Tourny[12]. Depuis 2005[13], au mois de juin, le kiosque des allées de Tourny accueille la fête du slip[14]. Le « National de pétanque » attire chaque année au mois d'août, depuis 1983[15], des milliers de boulistes, dont certains en provenance d'Afrique, d'Amérique ou d'Asie[16],[17]. Cependant, la 35e édition de 2017 pourrait être la dernière sur le terre-plein car des travaux d'aménagement de 120 places supplémentaires de stationnement y sont prévus en 2018, en compensation des places qui seront supprimées cours Montaigne[18]. Une fête foraine pour la période de Noël et du jour de l'an s'installe chaque année sur les allées de Tourny[19], à la place du parc de stationnement. Fin septembre 2015, les allées de Tourny et le cours Montaigne accueillent sur trois jours, selon la mairie, 30 000 visiteurs pour Péri'Meuh, une « fête agricole urbaine »[20]. Cette fête agricole a été renouvelée en septembre 2017[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. p. 54.
  2. p. 401.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k p. 560-562.
  4. p. 293.
  5. p. 569.
  6. p. 435.
  7. p. 536.
  8. p. 346.
  9. p. 179.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Thomas Brunet, « Quand Tourny changea le visage de Périgueux », Dordogne libre, no 20876,‎ , p. 4-5.
  2. a, b et c Hervé Chassain, « La rénovation du kiosque de Tourny est lancée », Sud Ouest édition Périgueux, 10 octobre 2015, p. 17.
  3. « Dordogne - Gilbert Privat ou l'exaltation Aquitaine » sur le site http://inventaire.aquitaine.fr, consulté le 29 octobre 2016.
  4. a et b Tiphanie Naud, « Kiosque : le chantier officiellement terminé », Sud Ouest édition Périgueux, 8 juin 2018, p. 18.
  5. « Baptême musical pour le kiosque du cours Tourny », Sud Ouest édition Périgueux, 22 juin 2018, p. 18.
  6. [PDF] « Allées de Tourny », sur le site du ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, (consulté le 25 avril 2014).
  7. « Hôtel de la Division », notice no PA00082731, base Mérimée, ministère français de la Culture (consultée le 4 mai 2014).
  8. « Hôtel de la Préfecture », notice no PA00082736, base Mérimée, ministère français de la Culture (consultée le 4 mai 2014).
  9. « Maison », notice no PA24000046, base Mérimée, ministère français de la Culture (consultée le 4 mai 2014).
  10. Julie Martinez, « Les motards font du bruit », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  11. Julie Martinez et Pauline Pierri, « Pour un meilleur partage de la route », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  12. Marie Gasc, « Marché à Tourny : ceux qui râlent et ceux qui rient », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  13. « Bientôt la fête du slip à Périgueux : ce sera "culte" », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  14. Mathieu Hervé, « "Slip pour tous" : c'est le thème de la fête du slip 2013 à Périgueux », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  15. Julie Martinez, « Périgueux : les finales du National de Pétanque annulées », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  16. Steven Gouaillier, « Périgueux : les boules ont fait vibrer les allées Tourny », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  17. Rafael Dubourg, « Un National au goût international », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  18. Flavien Larcade, « Y aura-t-il encore un National de pétanque à Périgueux ? », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  19. Julie Martinez, « Un bilan en demi-teinte », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  20. Émilie Delpeyrat, « 30 000 visiteurs en trois jours pour Péri'Meuh », Sud Ouest édition Périgueux, 28 septembre 2015, p. 15.
  21. Émilie Delpeyrat, « Péri'Meuh, les tops et les flops de l'édition 2017 », Sud Ouest édition Périgueux, 25 septembre 2017, p. 16.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 16 mai 2014 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 16 mai 2014 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.