Allée couverte de Saint-Eugène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Allée couverte de Saint-Eugène
Image illustrative de l’article Allée couverte de Saint-Eugène
Dolmen à couloir de Saint Eugène
Présentation
Type Dolmen
Période Chalcolithique
Fouille 1924-1928
Protection Logo monument historique Classé MH (1931)
Caractéristiques
Géographie
Coordonnées 43° 17′ 51″ nord, 2° 31′ 31″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie (région administrative)
Département Aude
Commune Laure-Minervois

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Allée couverte de Saint-Eugène

Géolocalisation sur la carte : Occitanie

(Voir situation sur carte : Occitanie)
Allée couverte de Saint-Eugène

Géolocalisation sur la carte : Aude

(Voir situation sur carte : Aude)
Allée couverte de Saint-Eugène

L'Allée couverte de Saint Eugène est un grand dolmen à couloir situé sur la commune de Laure-Minervois dans le département de l'Aude, en France.

Protection[modifier | modifier le code]

L'édifice est classé au titre des monuments historiques en 1931[1]. Il a fait l'objet d'une restauration en 1964 dirigée par Jean Guilaine.

Description[modifier | modifier le code]

L'allée couverte est orientée sud-nord. Elle mesure 16 mètres de long sur 3 mètres de largeur au maximum. Elle se compose de trois parties (couloir, antichambre, chambre), l'antichambre et la chambre étant séparée par une dalle-hublot médiane[2] :

  • la première partie est un long couloir de 4 m de long sur 1,20 m de large en moyenne surélevé d'environ 0,40 m par rapport à l'antichambre ;
  • l'antichambre mesure 5,60 m de long sur 2,50 m de large en moyenne, s'élargissant progressivement vers le fond ;
  • la chambre funéraire mesure 5 m de long sur 3,20 m de large .

L'ensemble est bordé d'une série d'orthostates. Dans le coin nord-est, l'orthostate a été doublé par un support dépassant de 0,25 m du sol. Les tables de couverture qui reposaient sur ces supports ont toutes disparues.

Selon Jean Guilaine, il ne s'agit donc pas à proprement parler d'une allée couverte, qui impliquerait une largeur sensiblement constante sur toute la longueur de l'édifice, mais d'« un grand dolmen à couloir avec rétrécissement progressif vers l'entrée »[2].

L'ensemble est renfermé dans un tumulus circulaire de 22 m de diamètre[3] consolidé sur son pourtour par 20 dalles levées.

Fouilles archéologiques[modifier | modifier le code]

L'édifice a été fouillé par Germain Sicard de 1924 à 1928, qui y a découvert des ossements humains attribués à environ 300 individus et un très riche mobilier funéraire : des objets en cuivre (1 petit poignard, 2 alènes et 3 anneaux), 1 perle en or de forme ovoïde, 2 pointes de javelots lancéolées en silex blanc, 6 pointes de javelots en silex, 3 lames en obsidienne, 10 pointes de flèches barbelées et pédonculées, 2 objets en talc, 40 petites coquilles perforées (genre porcelaine), 18 perles perforées en test de cardium, 28 pendeloques, 17 palettes en schiste vert, des dents animales (sanglier, bovidés, chevaux, cervidés et petits carnassiers), de nombreux tessons de poteries incisées[4].

Ces premières découvertes furent complétées par celles consécutives aux travaux menés par Jean Guilaine : 50 perles en calcaire et en test de coquillage, 5 perles en stéatite, 2 pointes de flèches à pédoncule et barbelure, 1 flèche foliacée et de nombreux tessons de céramique datés du Chalcolithique[2].

L'ensemble des découvertes est attribué à une période charnière entre le Chalcolithique et le début de l'Age du Bronze. Le monument ayant été violé dès l'époque romaine (débris d'amphores)[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Monument mégalithique, dit Allée couverte de Saint-Eugène, sur le domaine de Russol », notice no PA00102733, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a b et c Guilaine 1964
  3. Frédéric Lontcho, Dolmens et menhirs de France, Lacapelle-Marival, Editions Archéologie Nouvelle, coll. « Archéologie Vivante », , 216 p. (ISBN 979-10-91458-09-2), p. 161
  4. a et b Sicard 1930

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Germain Sicard, « Ossuaire de l'Allée couverte de Saint Eugène », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 27, no 9,‎ , p. 536-544 (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean Guilaine, « Restauration du dolmen de Saint Eugène (Commune de laure-Minervois, Aude) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 61, no 3,‎ , p. 71-76 (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]