Allée Brancas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Allée Brancas
Image illustrative de l'article Allée Brancas
Immeuble inscrit aux Monuments historiques.
Situation
Coordonnées 47° 12′ 49″ nord, 1° 33′ 23″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Ville Nantes
Quartier(s) Centre-ville
Tenant Allée Cassard (Cours des 50-Otages)
Aboutissant Allée de la Bourse (Place du Commerce)
Morphologie
Type Rue
Histoire
Anciens noms Quai Bouguer
Quai de Tourville
Quai Brancas
Monuments immeubles inscrits

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Allée Brancas

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Allée Brancas

Géolocalisation sur la carte : Nantes

(Voir situation sur carte : Nantes)
Allée Brancas

L'allée Brancas est une rue du centre-ville de Nantes, en France. Il s'agit d'un ancien quai de la Loire.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Il est baptisé en l'honneur de Louis de Brancas (1672-1750), Maréchal de France, Grand d'Espagne et chevalier de la Toison d'or qui est nommé gouverneur de Nantes et commandant de Bretagne le [1].

Le quai est divisé après la Révolution en deux parties de part et d'autre de l'actuel square Fleuriot-de-Langle ; sa partie orientale est nommée « quai Bouguer », du nom de l'hydrographe Pierre Bouguer (1698-1758) et, sa partie ouest, « quai de Tourville », en hommage à Charles Bertin Gaston Chapuis de Tourville (1740-1809), général[2] ; il retrouve ensuite son nom d'origine avant 1818[3].

Les travaux de comblement du « bras de l'Hôpital », qui le bordait jusque dans les années 1920, modifient la qualité de la voie, qui de « quai » devient, en 1945[4], une « allée », dédiée à la circulation automobile.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant les travaux de comblement de la Loire, dans les 1920 et 1930, cette artère constitue un quai de la rive droite du « bras de la Bourse » qui laisse place au cours Franklin-Roosevelt.

Depuis le XVe siècle, la Loire borde les remparts entre le pont de la Poissonnerie (au niveau des actuelles rue de la Paix et rue Bon-Secours) et le fossé Saint-Nicolas (au niveau de la rue La Pérouse). L'idée de profiter de la construction du quai Duguay-Trouin, au nord de l'île Feydeau, pour réduire la largeur du bras de Loire et améliorer la navigabilité fait son chemin[5].

En 1727, David Delafond, ingénieur en chef du roi en poste à Nantes de 1721 à 1734, présente le plan de trois quais successifs, séparés par l'Erdre et le fossé Saint-Nicolas. Ces quais auraient été construits en avant des remparts, réduisant la largeur du bras de la Loire. Delafond soumet un second projet reliant les quais Brancas et de la Poterne (actuelle allée Flesselles)[6].

Vient ensuite le projet de l'architecte Nicolas Portail, complété par l'ingénieur Louis-Paul Abeille, qui prévoit un pont supplémentaire au-dessus du fossé Saint-Nicolas, et la création d'une halle au blé et d'une halle au poissons le long des remparts, sur le quai Brancas. Toujours selon ce plan, une ouverture aurait été pratiquée dans la muraille pour créer une « porte de Brancas » accédant à la rue Sainte-Catherine via un portail monumental[7]. En 1750, le plan est mis en œuvre mais la perspective de l'encombrement provoqué par le trafic autour des deux halles poussent les autorités à rompre le marché de construction ; les travaux n'ayant pas avancé très vite, le seul étage qui a été monté est détruit[8].

L'architecte Pierre Vigné de Vigny réussit à convaincre de faire construire à la place une salle de spectacle et une salle de concert. Une partie des terrains est vendue pour financer le projet, accepté en 1757. La démolition des arcades des halles s'achève en 1760[8].

Vient alors le projet de Jean-Baptiste Ceineray, nouvel architecte-voyer en provenance de Paris, qui voit plus grand. La destruction des remparts ayant été acceptée, Ceineray propose un alignement des quais et des bâtiments qui s'y trouvent depuis le Port-au-Vin jusqu'au château. Le fossé Saint-Nicolas est comblé, le pont à l'embouchure de l'Erdre élargi. C'est ce projet qui voit finalement le jour[9]. Le programme d'édification des immeubles est établi en 1764, et, en 1767, les travaux sont en cours ; ils durent quelques années[10]. Le plan général prévoit la construction d'une halle aux blés, dont l'étage serait occupé par une salle de concert ; cet élément, bien qu'approuvé, n'est pas mis en œuvre[11].

Finalement, une halle aux blés située à l'emplacement du square Fleuriot-de-Langle, est construite en 1786, sur les plans de l'architecte Mathurin Crucy, puis devient, en 1884, l'« hôtel des Postes et Télégraphes », précédemment établi rue du Chapeau-Rouge[12].

Deux ponts sur la Loire, canalisée par deux quais en pierre bordés d'immeubles rectilignes.
Gravure des années 1850-1870 représentant la Loire longeant, à droite, le quai Flesselles puis, derrière le pont de la Poissonnerie, le quai Brancas.

À l'extrémité ouest du quai, à l'angle sud-est du palais de la Bourse situé sur la place du Commerce, débouche le « pont de la Bourse » (remplaçant le « pont Feydeau », mis en service en 1737), permettant le franchissement du « bras de la Bourse » pour aboutir au nord de la place de la Petite-Hollande, à l'extrémité occidentale de l'île Feydeau.

À l'est, il était prolongé par le « pont d'Erdre » qui permettait de franchir la confluence entre le fleuve et son affluent, l'Erdre, et de rejoindre le quai Flesselles. Moins large qu'il ne l'était à l'origine, ce quai est agrandi et renforcé vers les années 1850, pour permettre d'accueillir la ligne de chemin de fer vers Saint-Nazaire, prolongée depuis la gare de Nantes, en 1857.

En 1899, Maurice Schwob lance, dans le Phare de la Loire, une campagne de promotion d'un projet du directeur de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans, M. Heurteaux, qui prévoit de surélever la ligne qui traverse la ville au moyen d'un viaduc ferroviaire entre la gare d'Orléans et le quai d'Aiguillon, à la manière des tronçons aériens du métro de Paris. La voie un fois surélevée se serait située au niveau du 1er étage des immeubles du quai. Cette proposition, à laquelle le maire, Paul-Émile Sarradin, est favorable, est débattue lors du conseil municipal. Mais le projet ne voit pas le jour, bien qu'il soit de nouveau proposé deux fois, sans plus de succès, en 1904, avec des modifications apportées par l'ingénieur en chef de la Compagnie d'Orléans, M. Liébaux, puis en 1926, après un réajustement effectué par l'ingénieur des Ponts et chaussées responsable des travaux du port, M. Marcheix[13].

En 1918, la voie, jusqu'alors unique, est doublée (voir l'article sur le quai de la Fosse).

En 1941, la circulation ferroviaire est basculée au sud de l'île Feydeau, sur les terrains gagnés par le comblement du « bras de l'Hôpital », puis, après la Seconde Guerre mondiale, un tunnel est aménagé au même endroit dans l'ancien lit du fleuve[14].

Lors de la Seconde Guerre mondiale, une grande partie des immeubles du quai Brancas est détruite lors d'un bombardement, mais l'hôtel des Postes reste intact[12], alors qu'un bâtiment situé de l'autre côté de la rue Du Couëdic est éventré[15].

Depuis l'automne 2012, l'allée (à l'instar des travaux effectués sur le cours des 50-Otages) est devenue une « zone à trafic limité », où seuls les cyclistes, les bus, les véhicules en intervention et ceux des riverains, commerçants, livreurs, etc., sont autorisés à circuler[16].

Square Fleuriot-de-Langle[modifier | modifier le code]

Localisation : 47° 12′ 50″ N, 1° 33′ 26″ O

À l'endroit où se trouvait la « tour du Connétable » et le fossé la bordant, éléments de l'enceinte médiévale de Nantes, une petite place est aménagée lors des travaux entrepris par Jean-Baptiste Ceineray. Elle porte le nom de « place Thénard ». En 1786, une halle aux blés est édifiée sous la conduite de Mathurin Crucy[2], dont le premier étage est occupé, entre 1807 et 1881, par la bibliothèque municipale[17]. Ce bâtiment est remplacé, en 1884, par un hôtel des Postes[2], auparavant installé rue du Chapeau-Rouge.

Aménagé à la suite de la démolition de l'hôtel des Postes en 1972, le site devient une placette arborée, pavée et dotée d'un bassin sur une bonne partie de sa superficie. Elle mesure environ 30 mètres de large sur 60 mètres de long ; elle est située entre les rues La Pérouse et Du Couëdic[12].

Son nom rend hommage, depuis 1974[18] à Paul Fleuriot de Langle, officier de la marine royale qui embarque comme commandant en second lors de l'expédition de Lapérouse (1785-1787). Ce nom était auparavant attribué à une rue, disparue après la démolition de l'hôtel des postes[18]. Sur certains plans, elle est orthographiée : « square Fleuriot-de-L'Angle ».

En 1987, le conseil municipal décide l'aménagement d'espaces piétonniers autour du square[18].

En , doivent commencer les travaux de construction d'un nouveau bâtiment 1 132 m2 au sol, en lieu et place du bassin, proposant trois niveaux de commerces occupés par une enseigne unique, ainsi que par quelques logements. Le square sera réduit à une placette urbaine située à l'arrière de l'immeuble sur laquelle les magnolias existants auront été préservés, et qui pourra accueillir une terrasse de café. Cette construction doit être livrée à l'été 2019[19]. Les 1 200 m2 de surfaces commerciales seront occupés par un magasin de prêt à porter à l'enseigne Uniqlo[20].

Architecture et bâtiments remarquables[modifier | modifier le code]

Dans le tableau qui suit, l'immeuble au 1, allée Cassard et l'immeuble au 1, allée Brancas désignent le même bâtiment, bien que deux fiches lui soient consacrées dans la base Mérimée ; l'inscription au titre des monuments historiques concernant les façades, chaque façade a fait l'objet d'une fiche, ce qui explique ce fait.

Monument Adresse Coordonnées Notice Protection Date Illustration
Immeuble 1 allée Cassard
Allée Brancas
47° 12′ 51″ nord, 1° 33′ 21″ ouest « PA00108678 » Inscrit 1935
Immeuble
Immeuble 1 allée Brancas 47° 12′ 51″ nord, 1° 33′ 21″ ouest « PA00108682 » Inscrit 1935
Immeuble
Immeuble 2 allée Brancas 47° 12′ 51″ nord, 1° 33′ 21″ ouest « PA00108683 » Inscrit 1935
Immeuble
Immeuble 3, 4 allée Brancas 47° 12′ 50″ nord, 1° 33′ 22″ ouest « PA00108684 » Inscrit 1935
Immeuble
Immeuble 5 allée Brancas 47° 12′ 50″ nord, 1° 33′ 23″ ouest « PA00108685 » Inscrit 1935

Image manquante

Téléverser

Immeuble 6 allée Brancas 47° 12′ 50″ nord, 1° 33′ 24″ ouest « PA00108686 » Inscrit 1935
Immeuble
Immeuble 7 allée Brancas 47° 12′ 49″ nord, 1° 33′ 24″ ouest « PA00108687 » Inscrit 1935
Immeuble

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pied 1906, p. 40. L'année de naissance est 1672, Édouard Pied annonce 1711 par erreur, voir « Famille de Brancas » (consulté le 11 novembre 2014).
  2. a, b et c Pied 1906, p. 40.
  3. Plan de la ville de Nantes levé par Peccot, architecte honoraire de la ville, 1818, archives municipales de Nantes, cote 1Fi46.
  4. « Brancas (allée) », sur catalogue.archives.nantes.fr, archives municipales de Nantes (consulté le 4 novembre 2016).
  5. Lelièvre 1988, p. 83.
  6. Lelièvre 1988, p. 85-86.
  7. Lelièvre 1988, p. 87-88.
  8. a et b Lelièvre 1988, p. 89.
  9. Lelièvre 1988, p. 83-95.
  10. Lelièvre 1988, p. 89.
  11. Alain Delaval (préf. Daniel Rabreau), Le Théâtre Graslin à Nantes, Nantes, Joca seria, , 179 p. (ISBN 2-84809-021-9), p. 16.
  12. a, b et c « Le passé disparu », sur Le Point, (consulté le 5 juin 2012).
  13. Marcel Rumin, « La transformation de Nantes », Les Annales de Nantes et du pays nantais, Nantes, Société académique de Nantes et de la Loire-Atlantique, no 274 - « Nantes en 1900 »,‎ , p. 9-16 (ISSN 0991-7179).
  14. Cornet 1996, p. 70-72.
  15. Thomas 1996, p. 131.
  16. Gwenaëll Lyvinec, « Nantes : Opération ZTL : zone à trafic limité », sur nantesmertrople.fr, 15 octobre 2014 (màj).
  17. « Historique de bibliothèque municipale de Nantes », sur bm.nantes.fr
  18. a, b et c « Fleuriot de Langle (square) », sur catalogue.archives.nantes.fr, archives municipales de Nantes (consulté le 20 juin 2017).
  19. « Un nouveau bâtiment sur le square Fleuriot de Langle », Ville de Nantes,‎ (lire en ligne)
  20. « Nantes. L'enseigne Uniqlo va s'installer square Fleuriot en 2019 », Presse Océan,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chantal Cornet, Le Comblement de la Venise de l'Ouest, Montreuil-Bellay, Éditions CMD, coll. « Mémoire d'une ville - Nantes », , 92 p. (ISBN 2-909826-37-6).
  • Pierre Lelièvre, Nantes au XVIIIe siècle : urbanisme et architecture, Paris, Éditions Picard, coll. « Architectures », , 295 p. (ISBN 2-7084-0351-6).
  • Édouard Pied, Notices sur les rues de Nantes, A. Dugas, , 331 p., p. 39-40.
  • Patrick Thomas, Nantes. 3, Les bombardements 1940-1944, Éditions C.M.D., coll. « Mémoire d'une ville », , 148 p. (ISBN 2-909826-41-4).
  • Stéphane Pajot, Nantes histoire de rues, Les Sables d'Olonne, d'Orbestier, , 215 p. (ISBN 978-2-84238-126-4).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :