Alki Zei

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alki Zei
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Écrivaine, auteure de littérature d'enfanceVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Site web
Œuvres réputées
Le Tigre dans la vitrine (d), Q20973464Voir et modifier les données sur Wikidata

Alki Zei (Άλκη Ζέη, née en 1925 à Athènes) est une romancière grecque, auteure de littérature d'enfance et de jeunesse.

Alki Zei étudie la philosophie à l'université d'Athènes, puis le théâtre à l'Odeion d'Athènes, et l'écriture de scénario à l'institut de cinéma de Moscou. Militante de gauche, elle est membre actif de l' organisation clandestine des jeunes résistants grecs sous l'Occupation nazie. Elle est déportée en 1948. De 1954 à 1964 elle vit en Union soviétique comme réfugiée politique, avec son mari Geroges Sevastikoglou, qui s'est enfui en 1949 en U.R.S.S après la guerre civile en Grèce. Elle revient en Grèce en 1964 avec son mari et ses enfants, mais quitte à nouveau le pays quand la junte prend le pouvoir en 1967, partant vivre à Paris. Elle y reste jusqu'en 1980 et retourne vivre en Grèce[1].

Elle commence écrire à 17 ans des pièces pour le théâtre de marionnettes d'Athènes[1].

Son premier roman, Le Tigre dans la vitrine est semi-autobiographique et s'inspire de sa jeunesse à Samos. Il a été traduit dans de nombreuses langues et a reçu de nombreux prix littéraires, dont le Mildred Batchelder aux États-Unis et le Premio Andersen en Italie. Elle a aussi reçu le Prix national pour la littérature enfantine en Grèce, parmi d'autres distinctions dans son pays et à l'étranger.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Tigre dans la vitrine (Το Καπλάνι της Βιτρίνας, 1963) - La Farandole, 1973, 1975, 1977 ; Messidor-La Farandole, 1986 ; Syros, coll. Les uns les autres, 1996 ; Pocket, 2001 ; Syros, 2009
  • La Guerre de Petros (Ο μεγάλος περίπατος του Πέτρου, 1971) - GP, coll. Grand angle, 1979 ; Hachette jeunesse, 1984
  • Oncle Platon (Ο θείος Πλάτων, 1975) : Messidor-La Farandole, 1989
  • Un dimanche d'avril (Μια Κυριακή του Απρίλη, 1978) - Le Sorbier, 1984, 1990
  • La Fiancée d'Achille (1987) - La Découverte, 1989
  • L'Ombrelle mauve (Η μωβ ομπρέλα, 1989) - La joie de lire, coll. Récits, 2000 ; coll; Hibouk, 2012
  • Le Grand Écart - La joie de lire, coll. Récits, 2003
  • Grand-Père menteur (Ό Ψεύτης Παππούς, 1992) - Syros, 2009

Prix[modifier | modifier le code]

Documentation[modifier | modifier le code]

  • Dominique Dourjeanni, «Alki Zei. Interview », Lire au collège (CRDP de Grenoble), n° 29-30, septembre 1991, p. 27-27
  • Maguy Rayet, « Les romans d'Alki Zei la vraie vie et le regard des enfants », Lectures, la revue des bibliothèques (Centre de lecture publique de la communauté française, Belgique), n° 161, mai-juin 2009, p. 140-143
  • Ariane Tapinos et Corinne Chiaradia, « Le sourire d'Alki Zei. Entretien », Citrouille, n°53, juin 2009, p. 22-25
  • Nathalie Beau, « A la rencontre d'Alki Zei », La revue des livres pour enfants (BnF / Centre national de la littérature pour la jeunesse), n° 245, février 2009, p. 160-161 - Lire en ligne (consulté le 17 août 2016)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Alki Zei », Lisons l'Europe,‎
  2. Prix Littéraire des Jeunes Européens 2010, site officiel