Aliss

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Aliss (roman))

Aliss
Auteur Patrick Senécal
Pays Drapeau du Canada Canada
Genre Roman fantastique
Éditeur Alire
Date de parution 2000
Nombre de pages 521

Aliss est un roman fantastique québécois écrit par Patrick Senécal et publié par les éditions Alire en 2000.

Résumé[modifier | modifier le code]

Alice est une jeune fille curieuse, délurée, fonceuse et intelligente vivant à Brossard au Québec. À 18 ans, poussée par son besoin d'affirmation de soi, elle décide qu'il est temps de quitter le cégep et le cocon familial pour aller vivre sa vie là où tout est possible, c'est-à-dire dans la métropole. À la suite d'une rencontre fortuite dans le métro, Alice aboutit dans un quartier dont elle n'a jamais entendu parler et où les gens sont extrêmement bizarres. Mais c'est normal, non ? Elle est à Montréal et dans toute grande ville qui se respecte, il y a plein d'excentriques, comme Charles ou Verrue, d'illuminés, comme Andromaque ou Chess, et d'êtres encore plus inquiétants, comme Chair et Bone… Alice s'installe donc et mord à pleines dents dans la vie, prête à tout pour se tailler une place. Or, elle ne peut pas savoir que là où elle a élu domicile, l'expression être « prêt à tout » revêt un sens très particulier[1]. Durant son séjour à Montréal, elle change de nom pour Aliss.

Personnages[modifier | modifier le code]

Patrick Senécal propose au lecteur une relecture moderne et grinçante de l'œuvre de Lewis Carroll, Alice au pays des merveilles. De nombreux personnages d'Aliss présentent des similarités avec les personnages du roman de Caroll :

Michelle Beaulieu[modifier | modifier le code]

Un des personnages du roman, Michelle Beaulieu, est réapparue sous le pseudonyme de la Reine Rouge. Son précédent passage dans le roman 5150, rue des Ormes est à la fois troublant sur ses origines. Inspirée des crimes de son père, elle est devenue plus démoniaque à l'époque où elle était adolescente. Le film réalisé par Patrick Senécal, La Reine Rouge, racontant la métamorphose de Michelle Beaulieu en meurtrière sanguinaire à la suite de la libération de Yannick Bérubé par la police.

Ressemblance[modifier | modifier le code]

On remarque que dans le roman, le personnage de Charles, qui représente le lapin blanc, ressemble beaucoup à Lewis Caroll. En effet, ils portent tous les deux le même prénom, le véritable prénom de Lewis Carroll étant Charles. De plus, les deux rues principales du quartier où Aliss se retrouve après avoir suivi Charles, se nomme Lutwidge et Dodgson, second prénom et nom de famille de Lewis Caroll. Dailleurs, le quartier est aussi appelé Daresbury, ville où Lewis Carroll est né. L'auteur et le personnage se partagent plusieurs autres points communs : ils sont professeurs de mathématiques et ont tous deux enseigné à Oxford. En plus de bégayer, Charles partage une passion commune avec Carroll : ils recherchent la compagnie des fillettes. Aussi, il y a Chess, le personnage le plus loufoque du roman, qui s'inspire notablement du Chat du Cheshire, non seulement par ses apparitions et disparitions étranges mais aussi par son grand et large sourire décrit plutôt délirant et très singulier. Par ailleurs, il y a Verrue, un sexagénaire toxicomane et vendeur qui fume tous les jours, comme La Chenille. Il est particulièrement sage et insiste obstinément sur le fait qu'il soit un cocon.
Également, le nom de l'endroit où Aliss se retrouve est effacé par le temps; en effet, il ne reste plus que quatre lettres visibles, mais en ajoutant les lettres manquantes, cela donne vraisemblablement Wonderland, soit « le Pays des merveilles ».

Autre ressemblance, deux des drogues prisent par Aliss au cours de son séjour à Daresbury, appelées Micro et Macro, ressemblent grandement au gâteau que prend Alice pour grandir et diminuer de grandeur dans Alice au pays des merveilles. Par ailleurs, lors de la première rencontre d'Aliss avec la Reine Rouge, il est fait mention d'une troisième drogue, la Royale, qui procure une sensation de chaleur et une envie d'étreinte. On peut y voir, du même coup, une référence au phénomène grandissant de l'apparition des drogues de synthèse (dont une étrange ressemblance entre la Royale et la MDMA ainsi qu'entre la Macro et les amphétamines).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les éditions Alire Résumé et extrait du roman

Lien externe[modifier | modifier le code]