Alisma canaliculatum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alisma canaliculatum (plantain d'eau canaliculé) est une espèce de plantes monocotylédones de la famille des Alismataceae, originaire d'Asie orientale. C'est une plante herbacée vivace aquatique qui est souvent une mauvaise herbe des cultures. C'est notamment l'une des principales adventices des rizières au Japon.

Description[modifier | modifier le code]

Alisma canaliculatum est une plante aquatique herbacée, pouvant atteindre 80 cm de haut[2], vivace par ses racines tubérisées de 1 à 3 cm de diamètre. Les feuilles aériennes, au long pétiole de 9 à 30 cm de long, ont un limbe légèrement falciforme, lancéolé, de 6 à 45 cm de long sur 1 à 5 cm de long, comptant de 3 à 5 nervures. Le limbe est cunéiforme à la base ou s'atténue progressivement vers le pétiole, et acuminé à l'apex[3].

Les fleurs, à corolle blanche, sont groupées en panicules de 35 à 65 cm de long, composées de 3 à 6 verticilles. Les fruits sont des akènes obovoïdes de 2,5 mm environ de long, montrant un canalicule sur le dos. Floraison et fructification s'échelonnent de mai à octobre[3].

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

L'aire de répartition d'Alisma canaliculatum comprend la Chine (provinces d'Anhui, Fujian, Guizhou, Henan, Hubei, Hunan, Jiangsu, Jiangxi, Shandong, Sichuan, Zhejiang), Taïwan, le Japon et la Corée[3], ainsi que les îles Kouriles (Extrême-Orient russe)[4].

Cette plante aquatique se rencontre sur les rives des lacs, des étangs, des marais et des cours d'eau[3].

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

Cette espèce s'appelle zhai ye ze xie, 窄叶泽泻, en chinois et hera-omodaka, ヘラオモダカ, en japonais[5].

Synonymes[modifier | modifier le code]

Selon Catalogue of Life (16 mai 2016)[6] :

  • Alisma canaliculatum var. azuminoense Kadono & Hamashima,
  • Alisma canaliculatum var. harimense Makino,
  • Alisma plantago-aquatica var. canaliculatum (A.Braun & C.D.Bouché) Miyabe & Kudo,
  • Alisma rariflorum Sam.

Liste des variétés[modifier | modifier le code]

Selon Tropicos (18 mai 2016)[7] (Attention liste brute contenant possiblement des synonymes) :

  • variété Alisma canaliculatum var. azuminoense Kadono & Hamashima
  • variété Alisma canaliculatum var. harimense Makino

Propriétés[modifier | modifier le code]

Alisma canaliculatum est une plante couramment utilisée dans la médecine coréenne traditionnelle. Des études scientifiques ont montré qu'elle avait des propriétés antitumorales et diurétiques hépatoprotectrices, ainsi que des effets antibactériens[8].

Une étude coréenne récente (2014) a montré qu'une substance extraite des rhizomes desséchés d'Alisma canaliculatum, l'acétate d'alisol A 24, avait un pouvoir d'inhibition de la différenciation des ostéoclastes et du processus de résorption des os conduisant à l'ostéoporose[9].

Mauvaise herbe[modifier | modifier le code]

Une population d'Alisma canaliculatum a été signalée en 2007 au Japon comme étant résistante à deux herbicides, le bensulfuron-méthyl et le pyrazosulfuron-éthyl, appartenant au groupe B (inhibiteurs de l'ALS) de la classification HRAC des herbicides[10].

Ennemis naturels[modifier | modifier le code]

Une espèce de champignons phytopathogènes, Rhynchosporium alismatis (syn. : Plectosporium alismatis), a provoqué expérimentalement une réduction significative de différents paramètres de croissance, ainsi qu'une forte mortalité des semis, de plusieurs espèces de mauvaises herbes, dont Alisma canaliculatum, inoculées à l'aide de conidies. Ces résultats laissent espérer une utilisation potentielle de ce champignon comme mycoherbicide dans les cultures de riz tempérées[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The Plant List, consulté le 18 mai 2016
  2. « Alisma canaliculatum - A.Braun.&C.D.Bouché », sur Plants For A Future (PFAF) (consulté le 18 mai 2016)
  3. a b c et d (en) « 5. Alisma canaliculatum A. Braun & C. D. Bouché, Index Seminum Hort. Berol. 1867(App.): 4. 1867. », sur Flora of China (consulté le 18 mai 2016).
  4. « Alisma canaliculatum A.Braun & C.D.Bouché », sur An online resource for the world's plants (Kew Gardens) (consulté le 18 mai 2016).
  5. (en) « Alisma canaliculatum (ALSCA) », sur EPPO Global Database, Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes (consulté le 18 mai 2016).
  6. Catalogue of Life, consulté le 16 mai 2016
  7. Tropicos, consulté le 18 mai 2016
  8. (en) Yun-Ho Hwang, Kyung-Yun Kang, Sung-Ju Lee, Sang-Jip Nam, Young-Jin Son et Sung-Tae Yee, « The Protective Effects of Alisol A 24-Acetate from Alisma canaliculatum on Ovariectomy Induced Bone Loss in Vivo », Molecules, vol. 21, no 1,‎ , p. 74 (DOI 10.3390/molecules21010074, lire en ligne).
  9. (en) Kwang-Jin Kim, Alain Simplice Leutou, Jeong-Tae Yeon, Sik-Won Choi, Seong Hwan Kim, Sung-Tae Yee, Kyung Hee Choi, Sang-Jip Nam et Young-Jin Son, « The Inhibitory Effect of Alisol A 24-Acetate from Alisma canaliculatum on Osteoclastogenesis », International Journal of Endocrinology, vol. 2015, no 2015,‎ (DOI https://dx.doi.org/10.1155/2015/132436, lire en ligne).
  10. (en) « Herbicide Resistant Hera-omodaka Globally (Alisma canaliculatum) », sur International Survey of Herbicide Resistant Weeds (consulté le 18 mai 2016).
  11. (en) Cother, EJ ; Gilbert, RL, « Pathogenicity of Rhynchosporium alismatis and its potential as a mycoherbicide on several weed species in the Alismataceae », Australian Journal of Experimental Agriculture, vol. 34, no 7,‎ , p. 1039-1042 (DOI 10.1071/EA9941039, résumé).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :