Alioum Fantouré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alioum Fantouré
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Mohammed Alioum Fantouré, né Mohammed Touré le à Forécariah en République de Guinée, est un écrivain guinéen, compatriote de Camara Laye, Williams Sassine et Tierno Monénembo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fantouré fait des études de sciences économiques en France et en Belgique, avant de travailler en tant qu'économiste et spécialiste du développement industriel à la Communauté économique européenne (CEE) à Bruxelles en Belgique. Il s'intéressera aussi aux problèmes du développement de l'Afrique.

Par ailleurs, il se lance dans une carrière d'écrivain en publiant son premier roman très remarqué par la critique, Le Cercle des tropiques, édité chez Présence Africaine en 1972, la maison d'édition dirigée par Alioune Diop. Ce roman lui vaudra le Grand prix littéraire d'Afrique noire en 1973[1]. Il est un des premiers écrivains à se démarquer des romans qui ont immédiatement suivi les indépendances africaines et qui se penchaient pour la plupart sur les problèmes de la colonisation, son roman étant une critique virulente des présidences dictatoriales qui s'installent dans presque tous les États issus de la colonisation française, et de la violence qu'utilisent ces régimes pour se maintenir en place.

C'est dans ses textes que l'on peut voir apparaître les effets de son expertise d'économiste. Ses autres œuvres incluent : Le Récit du cirque de la vallée des morts (1975) ; L'Homme du troupeau du Sahel (1979) ; Le Voile ténébreux (1985); Le Gouverneur du territoire (1995) et L'arc-en-ciel sur l'Afrique (2001). Ces quatre derniers titres font partie d'un cycle romanesque intitulé Le livre des Cités du Termite.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Grand prix littéraire de l'Afrique noire. Liste des lauréats, [lire en ligne], consulté le 14 avril 2016

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. Mia Élise Adjoumani, « Mohamed Alioum Fantouré », dans Christiane Chaulet Achour, avec la collaboration de Corinne Blanchaud (dir.), Dictionnaire des écrivains francophones classiques : Afrique subsaharienne, Caraïbe, Maghreb, Machrek, Océan Indien, H. Champion, Paris, 2010, p. 172-176 (ISBN 978-2-7453-2126-8)
  • Carmen Husti-Laboye, La Diaspora postcoloniale en France. Différence et diversité, Limoges, Pulim, 2009.
  • Lilyan Kesteloot, « Alioum Fantouré », in Anthologie négro-africaine. Histoire et textes de 1918 à nos jours, EDICEF, Vanves, 2001 (nouvelle éd.), p. 453-455
  • Buata B. Malela, Les Écrivains afro-antillais à Paris (1920-1960) : stratégies et postures identitaires, Paris, Karthala, coll. Lettres du Sud, 2008.
  • Bernard Mouralis, L'Illusion de l'altérité. Études de littérature africaine, Paris, Honoré Champion, coll. « Bibliothèque de littérature générale et comparée », 2007.
  • David N'Goran, Le champ littéraire africain. Essai pour une théorie, préface de Bernard Mouralis, Paris, L'Harmattan, 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]