Alincourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alincourt
Alincourt
Église Saint-Hilaire.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Rethel
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Rethélois
Maire
Mandat
Joël de Carlini
2014-2020
Code postal 08310
Code commune 08005
Démographie
Gentilé Alincourtois, Alincourtoises
Population
municipale
150 hab. (2017 en augmentation de 2,74 % par rapport à 2012)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 24′ 16″ nord, 4° 20′ 45″ est
Altitude Min. 83 m
Max. 141 m
Superficie 8,62 km2
Élections
Départementales Canton de Château-Porcien
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Alincourt
Géolocalisation sur la carte : Ardennes
Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Alincourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Alincourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Alincourt

Alincourt est une commune française située dans le département des Ardennes, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Perthes Rose des vents
Neuflize N Juniville
O    Alincourt    E
S
Ménil-Lépinois Aussonce Juniville

Arrosée par La Retourne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bien que romanisé, Alincourt est un nom d'origine germanique. Il est issu du nom propre germanique Allo ou Alix devenu Allinus avec le suffixe romain cortem (domaine) : le domaine d'Allinus. Alincourt est certifié en 1219 sous l'appellation Alaincort[1] devenu Allincourt jusque fin du XVIIIe siècle puis Alincourt au début du XIXe. Jean Alexandre de Cugnon d'Allincourt (1763-1812) est le dernier de Cugnon d'Allincourt, sa descendance s'orthographie de Cugnon d'Alincourt.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la période gallo-romaine, Alincourt dépend de la république des Rèmes. Ils sont les alliés des Romains lors de la conquête des Gaules. Les villages bordant la Retourne, dont Alincourt, font montre d'une grande solidarité lors de l'inondation de 1784 ainsi que pendant les événements de la Révolution[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1800   M. Jacques Warnet [3]  
1808   M. Jean Étienne de Cugnon d'Allincourt    
1812   M. Paul Damien HAINGUERLOT    
1826   M. Alexandre de Cugnon d'Alincourt    
1831   M. Paul Damien HAINGUERLOT    
1833   M. Paul Damien HAINGUERLOT    
1834   M. Paul Damien HAINGUERLOT    
1835   M. Paul Damien HAINGUERLOT    
1836   M. Paul Damien HAINGUERLOT    
1837   M. Jean Paul HAINGUERLOT    
1838   M. Jean Paul HAINGUERLOT    
1839   M. Jean Paul HAINGUERLOT    
1840   M. Jean Paul HAINGUERLOT    
1841   M. Noêl FLANDRE    
1842   M. Noêl FLANDRE    
1983   M. Hilaire FLANDRE RPR-UMP  
mars 2001 Mars 2008 M. Claude OLETTE    
Mars 2008 En cours M. Joël DE CARLINI[4] SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6].

En 2017, la commune comptait 150 habitants[Note 1], en augmentation de 2,74 % par rapport à 2012 (Ardennes : -3,25 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
244253260266316345336355360
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
315282268229235215187198185
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
16811811712212110111411485
1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2017 -
79869178100137144150-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La mairie.
  • Église Saint-Hilaire ayant une épitaphe
    • à ...messire Regnaut feret vivant chevalier seigneur d'alincourt CAPITAINE DU REGIMENT DU MAINE DECEDE2 A BAR LE DUC ET INHUME2 EN L'EGLISE STE MACRE LE ...CHARGE DE DIRE A PERPETUITE UNE MESSE HAUTE ET VIGILES AU IOUR DE SON DECE ...ACHETER DES ORNEMENTS A LAD EGLISE D ALINCOURT LIEU DE LA SEPULTURE DES SES PERE ET AYEULS sur marbre noir au côté droit du cœur.
    • au côté gauche ...MESSIRE JEAN CLAUDE DE CUGNON CHEVALIER SEIGNEUR D ALINCOURT BRANSCOUT SORBON ET ARNICOURT A ETE INHUME DANS CETTE EGLISE LE ... sur marbre noir.
  • Le château d'Alincourt.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Alexandre de Cugnon d'Alincourt (1795 Reims-1880 Alincourt) maire d'Alincourt fils de Jean Étienne.
  • Charles Millet (1814-1884), inspecteur des Eaux-et-Forêts, vice-président de la Société Impériale d'acclimatation, vice-président de la Société Nationale d'acclimatation, auteurs de nombreux ouvrages de vulgarisation sur la pisciculture et les rivières. Il a expérimenté l'élevage du saumon dans les Ardennes et réintroduit le coq de bruyère[10],[11].
  • Charles Galmiche (1838-1894), inspecteur des Eaux-et-Forêts, membre de la Société Impériale d'acclimatation, a travaillé avec Charles Millet sur la réintroduction du coq de bruyère (ancienne forêt La Galmiche du Mont Berny)[12],[13].
  • Georges-Alfred Cugnon d'Alincourt (1823 Alincourt-1879), capitaine chevalier de la Légion d'honneur[14].
  • Hilaire Flandre (1937-2004), né à Alincourt, maire d'Alincourt, conseiller régional puis sénateur de Champagne-Ardenne.
  • Jean Étienne de Cugnon d'Allincourt (1763 Reims, 1812 Alincourt) père d'Alexandre, chevau léger de la garde du roi, écuyer de main de Sa Majesté Louis XVI[15],[16].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Th. Portagnier, Histoire du Châtelet-sur-Retourne, de Bergnicourt, Alincourt, Mondrégicourt et Epinois, depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, dans les Travaux de l'Académie nationale de Reims, Reims : P. Giret, 1872, vol. 54, no 1, p. 241-554 [1]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz, (ISBN 9782600001335, lire en ligne), P881 Alincourt, Ardennes ; Alaincort 1219
  2. Académie nationale de Reims Auteur du texte, Travaux de l'Académie nationale de Reims, P. Giret, (lire en ligne), P248 Dans les siècles historiques les plus éloignés de nous, la Retourne coulait au centre de la république des Rèmes ; P250 L'inondation du 27 février 1784...
  3. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5724498k/f551.image.r=allincourt%20en%201801alincourt
  4. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin (fichier au format PDF)
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  9. Gazette anecdotique, littéraire, artistique et bibliographique / publiée par G. d'Heylli, [s.n.], (lire en ligne)
  10. Rémi Luglia, « Pour mémoire : Le savant, le saumon et l’ingénieur. La Société d’acclimatation, l’État et le dépeuplement des cours d’eau à la fin du XIXe siècle », Revue des ministères de l'écologie, du développement durable et de l'énergie et du logement, de l'égalité des territoires et de la ruralité,‎ , P88-95 (lire en ligne)
  11. C. Millet, Les merveilles des fleuves et des ruisseaux, Paris, Hachette et cie, (lire en ligne)
  12. Société nationale de protection de la nature (France), « Bulletin de la Société zoologique d'acclimatation », sur Gallica, (consulté le 15 janvier 2016), p. 289 M. Millet lit une Note destinée à faire connaître les succès obtenus par les forestiers des Vosges, sous la direction de M. de la Bégassière, conservateur, et de M. l’inspecteur Galmiche, pour la multiplication du gibier, et notamment pour la reproduction et la domestication du Coq de bruyère.
  13. Société nationale de protection de la nature (France), « Bulletin de la Société zoologique d'acclimatation », sur Gallica, (consulté le 15 janvier 2016), p. 266 Grâce aux soins intelligents et éclairés que M. le conservateur de la Bégassière et M. l’inspecteur Galmiche donnent à toutes les parties de leur service forestier des Vosges, des œufs de ce précieux gibier ont été recueillis….. D’un autre côté, les tentatives que j’ai faites dans les Ardennes me portent à penser …on arrivera à favoriser la multiplication du Coq de bruyère, et même à introduire ce gibier dans les localités où il n’existe pas.
  14. [http://www.culture.gouv.fr/LH/LH026/PG/FRDAFAN83_OL0638081v001.htm « Minist�re de la culture - Base Léonore »], sur www.culture.gouv.fr (consulté le 6 juillet 2017)
  15. « Document d'archives: CUGNON D'ALLINCOURT (Jean-Etienne-Thomas de) brevet d'assurance de 12 000 l. en faveur de..., Ecuyer du roi », FranceArchives,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juillet 2017)
  16. Le Gaulois : littéraire et politique, [s.n.], (lire en ligne)


Liens externes[modifier | modifier le code]