Alina Bronsky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alina Bronsky
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
InconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Alina BronskyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Activités
Autres informations
Site web
Alina Bronsky à la Foire du livre de Francfort en 2015.

Alina Bronsky (née le à Sverdlovsk, aujourd'hui Iekaterinbourg, Union soviétique) est une écrivaine allemande d'origine russe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alina Bronsky est issue d'un milieu scientifique, sa mère est astronome et son père physicien. Elle grandit du côté asiatique des monts Oural. à treize ans, elle quitte la Russie avec sa famille pour s'installer en Allemagne à Marbourg, puis à Darmstadt. Son père, d'origine juive, est autorisé à y émigrer selon la politique de contingentement mise en place au début des années 1990 par l'état allemand. Après avoir interrompu des études de médecine, elle travaille comme rédactrice et éditrice pour le Darmstädter Echo. Elle publie des chroniques pour le Berliner Zeitung et le Frankfurter Rundschau.

Alina Bronsky est mère de quatre enfants. Le père de ses trois premiers enfants se tue dans un accident sur l'Allalinhorn dans les Alpes valaisannes en janvier 2012[1]. Elle vit à Berlin-Charlottenbourg avec l'acteur Ulrich Noethen. Le couple a une fille.

Son premier roman Scherbenpark suscite un grand intérêt public[2]. En 2009, il est nominé pour le prix du livre de jeunesse allemand, puis adapté au théâtre[3], ainsi qu'au cinéma avec Jasna Fritzi Bauer dans le rôle principal.

Ses romans Die schärfsten Gerichte der tatarischen et Baba Dunjas letzte Liebe figurent sur la liste longue des prix du livre allemand 2010 et 2015. Tous les deux sont publiés sous forme de livres audio, lus par l'actrice Sophie Rois[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Traductions françaises
  • Cuisine tatare et descendance[5],[6], traduit par Isabelle Liber, Actes Sud, Arles, 2012
  • Ma vie n'est pas un roman, traduit par Véronique Minder, Actes Sud Junior, Arles, 2019
  • Le dernier amour de Baba Dounia[7], traduit par Isabelle Liber, Actes Sud, Arles, 2019

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]