Alile Sharon Larkin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Larkin.
Alile Sharon Larkin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Université de Californie du Sud
Université de Californie à Los Angeles
École de théâtre, cinéma et télévision de l'université de Californie à Los Angeles (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Membre de

Alile Sharon Larkin née le 6 mai 1953 est une productrice, scénariste et réalisatrice africaine-américaine. Elle est associée à la L.A. Rebellion également connue sous le nom de Los Angeles School of Black Filmmakers.

Formation[modifier | modifier le code]

Alile Sharon Larkin est née à Chicago le 6 mai 1953. Elle obtient un bachelor of arts en sciences humaines, dans la section écriture créative à l'Université de Californie du Sud, en 1975[1]. Alile Sharon Larkin est ensuite inscrite au programme Ethno-Communications à l'UCLA, jusqu'à sa dissolution[2]. Elle poursuit ses études à l'école de cinéma de l' UCLA dans le programme de cinéma / télévision, obtenant un Master of Fine Arts en 1982. En 1991, Alile Sharon Larkin est diplômée d'un master en science de l'éducation de la l'université d'état de Californie de Los Angeles et devient institutrice pendant 25 ans[3]. Elle réalise dans le cadre de sa mission de nombreuses vidéos pour les enfants[4]. Elle fait partie de la deuxième génération des cinéastes noirs révolutionnaires, avec Julie Dash et Bill Woodbury [5],[6],[7]. En 1982, elle fonde avec Melvonna Ballenger, Julie Dash et Stormé (Bright) Sweet, le Black Filmmakers Collective dans le cadre du mouvement du cinéma noir indépendant[8].

Carrière[modifier | modifier le code]

À l'UCLA, Alile Sharon Larkin Larkin réalise deux courts métrages de 16 mm. Son premier film The Kitchen (1975), raconte l'histoire de la dépression mentale d'une femme noire. Elle compare sa vie dans un service psychiatrique à celle d'une personne en prison, en examinant les oppressions et les discriminations auxquelles elle est confrontée et qui sont à l'origine de ses troubles[9]. Son film suivant, Your Children Come Back to You en 1979, explore la question de l'assimilation des Afro-Américains dans une communauté plus large. Le film aborde les problèmes d'inégalités économiques et sociales, les présentant du point de vue d'un enfant[1]. Your Children Come Back to You est suivi du film pour lequel elle est récompensée, A different image, qu'elle termine en 1982. Ce film explore les complexités d'une relation platonique entre une jeune femme libre d'esprit et son meilleur ami[10].

Une rétrospective de ses œuvres, dont un documentaire sur la réalisation de A different image, a lieu en décembre 2011, dans le cadre de la manifestation L.A. Rebellion: Creating a New Black Cinema[4].

Après avoir obtenu son diplôme de l'UCLA, Alile Sharon Larkin produit une série de projets, y compris d'histoire pour enfants, Dredlocks and the Three Bears (1991)[4], qui est une interprétation animée ludique et à la fois politique de l'histoire de Goldilocks avec une protagoniste noire[11]. Son projet suivant est un DVD de musique pour enfants intitulé Tie Dye[1].

Alile Sharon Larkin a également publié des ouvrages. Son article Black Women Filmmakers Defining Ourselves: Feminism in Our Own Voice est publié en 1988 dans E. Deidre Pribram's Female Spectators: Looking at film and television[12]. Il fait partie d'une série de 13 livres intitulée Questions for Féminisme[13],[14]. Son scénario pour A Different Image (1982) est publié en 1991 dans un livre d'œuvres rassemblant six cinéastes indépendants, appelé Screenplays of the African American Experience[1],[15].

La réalisatrice Zeinabu Irene Davis en fait son portrait ainsi que d'autres cinéastes de L.A. Rebellion, dans le documentaire intitulé Spirits of Rebellion: Black Cinema at UCLA[16].

Style cinématographique et influence[modifier | modifier le code]

Alile Sharon Larkin utilise souvent un style narratif non linéaire dans ses films[17]. Elle est considérée comme une cinéaste qui a contribué aux progrès des femmes noires dans la lutte pour leur représentation[18]. Elle est également considérée comme l'une des cinéastes indépendantes africaines-américaines les plus influentes pour le développement d'un langage cinématographique qui exprime respectueusement la particularité culturelle et la pensée noire[19].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Les films
Année Titre Rôles Distribution Séances
1975 The Kitchen réalisatrice, scénariste, productrice, monteuse
1979 Your Children Come Back to You réalisatrice, scénariste, productrice, monteuse Women Make Movies 2011: LA Rebellion: Création d'un nouveau cinéma noir
1982 Une image différente réalisatrice Women Make Movies L.A. Rebellion : Creating a New Black Cinema
1984 My Dream is to Marry an African Prince productrice
1986 What Color is God? productrice
1987 Miss Fluci Moses réalisatrice
1991 Dreadlocks and the Three Bears réalisatrice, scénariste, productrice 2011: LA Rebellion : Creating a New Black Cinema
1998 Mz Medusa réalisatrice
2000 The Blessing Way Casting

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1982: 1er prix de la Black American Cinema Society pour A Different Image [3]
  • Meilleure production, Black Filmmaker Foundation pour A Different Image[20]
  • Prix Video in the Classroom Awards (VIC) de KLCS-TV[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Alile Sharon Larkin | UCLA Film & Television Archive », www.cinema.ucla.edu (consulté le 5 octobre 2015)
  2. Drake, Olivia Marie. "'The Wig Is Off': TheRole of the UCLA Ethno-Communications Program in the Formation of a Black Cinema Aesthetic." Howard University (2014). Print.
  3. a b et c « Alile Sharon Larkin », New York City, Women Make Movies, (consulté le 14 novembre 2011)
  4. a b et c Prime, « A Different Image (1982); Creating a Different Image: Portrait of Alile Sharon Larkin (1989); Dreadlocks and the Three Bears (1991); Your Children Come Back to You (1979) », Los Angeles, UCLA Film and Television Archives (consulté le 14 novembre 2011)
  5. Masilela, « The los angeles school of black filmmakers », Black American Cinema,‎
  6. Massood, « An Aesthetic Appropriate to Conditions: Killer of Sheep, (Neo)Realism, and the Documentary Impulse », Wide Angle,‎
  7. Ogunleye, « Transcending the Dust: African American Filmmakers Preserving the Glimpse of the Eternal », College Literature,‎
  8. « Stormé (Bright) Sweet | UCLA Film & Television Archive », sur www.cinema.ucla.edu (consulté le 8 janvier 2020)
  9. « The Kitchen | UCLA Film & Television Archive », www.cinema.ucla.edu (consulté le 5 octobre 2015)
  10. Deane, « Alile Sharon Larkin entry », Film Directors Site.Com, Visible Ink Press, (consulté le 14 novembre 2011)
  11. « Dreadlocks and the Three Bears | UCLA Film & Television Archive », www.cinema.ucla.edu (consulté le 5 octobre 2015)
  12. Larkin, « Black Women Filmmakers Defining Ourselves: Feminism in Our Own Voice », Female Spectators: Looking at Film and Television, London,‎
  13. « Questions for feminism series by Rosemary Pringle », www.goodreads.com (consulté le 5 octobre 2015)
  14. E. Deidre Pribram, Female spectators: looking at film and television, Verso, (ISBN 9780860912040, lire en ligne)
  15. Phyllis Rauch Klotman, Screenplays of the African American Experience, Indiana University Press, (ISBN 0253206332, lire en ligne)
  16. Davis, « Keeping the black in media production: one L.A. Rebellion filmmaker's notes », Cinema Journal,‎
  17. Reid, « Haile Gerima 'Sacred Shield of Culture' », Contemporary American Independent Film, Routledge,‎
  18. Heyde, « Black Women Filmmakers Forum: An Alternative Aesthetic and Vision », Black Camera,‎
  19. Marlo, « "Let It Go Black": Desire and the Erotic Subject in the Films of Bill Gunn », Black Camera,‎
  20. (en-US) « A Different Image », sur www.wmm.com (consulté le 8 janvier 2020)