Alighiero Boetti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alighiero Boetti
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Mouvement

Alighiero Boetti (né le à Turin, au Piémont et mort le à Rome) est un peintre, sculpteur et plasticien italien, lié au mouvement Arte Povera.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lors de sa première exposition personnelle en , à la galerie Stein, à Turin, Alighiero Boetti présente essentiellement des sculptures pour lesquelles il utilise des procédés de juxtaposition ou d’empilement de matériaux. En septembre de la même année, il participe, aux côtés de Mario Merz, Jannis Kounellis, Luciano Fabro, Michelangelo Pistoletto et Giulio Paolini, à l’exposition collective « Arte povera », qui donnera son nom au mouvement qui le fera connaître.

S'interrogeant sur le statut de l'artiste, il ajoute un « e » (conjonction de coordination « et », en français) entre son prénom et son nom, dans une volonté de dédoublement de la personnalité.

Expositions[modifier | modifier le code]

En 1998, une rétrospective fut consacrée à l'artiste au Museum für Moderne Kunst. Selon Stefano Moreni, directeur du département d'art contemporain de Sotheby's à Paris, cette exposition permit de cimenter la position de l'artiste sur le marché international. Michele Casamonti de la galerie Tornabuoni Art le positionne comme l'un des artistes avec le marché le plus solide et plus international parmi les protagonistes de l'Arte Povera[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Lampada Annuale créée en 1966. Une lampe constituée de métal, de verre, d'un circuit électrique et d'une ampoule. Elle mesure 78,1 × 40 × 40 cm. Le principe de cette lampe est qu'elle ne s'allume que 11 secondes par an et aléatoirement. Il est donc impossible de prévoir lorsqu'elle fonctionnera.
  • Seguire il filo del discorso (« suivre le fil du discours »), 1977, stylo à bille sur toile. Un alphabet et quelques virgules, parties non hachurées de stylo à bille, sont ordonnées sur 5 toiles accolées. Chaque virgule correspondant à une lettre de l'alphabet située sur la gauche, permettant le déchiffrement, lettre à lettre, d'une phrase. « Un jour, j'ai mis mon nom en ordre alphabétique. Je me suis rendu compte que par exemple, quelques-unes des structures fondamentales, gigantesques, de la société, s'écrouleraient, s'il manquait des petits éléments, comme l'ordre alphabétique. »[réf. nécessaire]
  • Les Mille fleuves les plus longs du monde, 1975-1982, tapisserie, 460 × 250 cm, Galerie Paludetto, Turin[2]
  • Sans titre (Senza titolo), 1966, Gallerie d'Italia, Milan
  • Mappa, 1979, Broderie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Roxana Azimi, « Boetti est entré dans toutes les grandes collections », Le Quotien de l'art,
  2. Reproduction dans Beaux Arts Magazine no 103, juillet-août 1992, p. 61