Alice Botté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alice Botté
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (61 ans)
LaxouVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Instruments
Genre artistique
Site web

Alice Botté, né Yves Botté à Laxou en Lorraine le , est un musicien, compositeur et producteur français.

Alice Botté a joué pour Pierre Éliane, CharlÉlie Couture, Jacques Higelin, Hubert-Félix Thiéfaine[1],[2], Saez[3], Peter Kingsbery , Alain Bashung, Christophe, Daniel Darc, Jad Wio, Adrienne Pauly, Jacno, Buzy, Elli Medeiros, Balbino, et Berline, son groupe formé en 2004 avec Barbara Renaudeau, sa compagne.

En 2017, il reprend son aventure en solo, jouant seul sur scène une musique principalement improvisée à l'aide de loopers, chambres d'écho, et fuzz.

Son premier album sobrement nommé .1 paraît le 2 septembre 2019 sur le label indépendant Unknown Pleasures Records.

Parcours[modifier | modifier le code]

Alice Botté commence à s'intéresser à la guitare à l'âge de 12 ans, après avoir découvert les albums Electric Ladyland de Jimi Hendrix et Harvest de Neil Young[4].

Dans son lycée, il fait partie d'un groupe appelé Sailed Jazz. Le répertoire est fait de reprises de Jacques Higelin, François Béranger et Jimi Hendrix.

Alice Botté et sa "brûlée"

Il rencontre alors Tom Novembre — qui lui présentera CharlÉlie Couture — avec lequel il monte un nouveau groupe, Les Fonctionnaires. Tom Novembre est à la basse, Christian Florentin à la batterie et Alice Botté à la guitare et au chant[5]. En 1979, le groupe enregistre une démo 4 titres réalisée et produite par CharlÉlie Couture, ce dernier ayant co-écrit les textes avec Alice Botté.

À la même époque, Alice joue de la guitare sur les démos de l'album Pochette surprise enregistrées dans la maison de CharlÉlie par Pierre Éliane, et participe aux sessions d'enregistrement au studio d'Hérouville[6].

En 2008, il devient le guitariste attitré de Jacques Higelin, jusqu'à la mort de celui-ci en 2018[7],[8],[9],[10],[11],[12].

Son principal instrument est une Stratocaster pour gaucher. La guitare ayant brûlé dans un local de répétition, Alice la surnomme ma brûlée[13].

En 2019, Alice Botté enregistre son premier album solo, intitulé .1 et paru le 2 septembre[14],[15].

Discographie[modifier | modifier le code]

Album solo[modifier | modifier le code]

Avec Berline[modifier | modifier le code]

Avec Pierre Éliane[modifier | modifier le code]

Avec CharlÉlie Couture[modifier | modifier le code]

Avec Jacques Higelin[modifier | modifier le code]

Avec Hubert-Félix Thiéfaine[modifier | modifier le code]

Autres participations[modifier | modifier le code]

Tom Novembre
  • Guitare sur l'album Version pour doublage (1982)
  • Guitare sur Faut faire avec, de l'album Bande de pions (2002)
Buzy
  • Guitare sur l'album I love you Lulu (1985)
  • Guitare sur l'album Borderlove (2005)
Richard Berry
  • Guitare sur l'album Black out (1985)
Elisabeth Anaïs
  • Guitare sur le 45 tours Canaille go with you? (1987)
Angel-Maimone
  • Guitare sur l'album Ici et là (1987)
Gérard Blanchard
  • Guitare sur le 45 tours Amour de voyou (1988)
Jakie Quartz
  • Guitare sur l'album Émotion au pluriel (1988)
Manfred Kovacic
  • Guitare sur l'album Encore une heure (1988)
Jacno
  • Guitare sur C'est pas d'l'amitié, Ça fait d'excellents Français, et Ça sera le bonheur, de l'album T'es loin t'es près (1989)
Hugues Le Bars
  • Guitare sur l'album 1789... et nous (musique originale du ballet de Maurice Béjart) (1989)
  • Guitare sur l'album J'en ai marre (1991)
Jad Wio
  • Guitare sur Fleur de métal, Automate, et Mystère, de l'album Fleur de métal (1992)
  • Guitare sur Car crash et Monstre-toi, de l'album Monstre-toi (1995)
Fred Poulet
  • Guitare et composition sur l'album Encore cédé (1996)
Penta
  • Guitare sur I'm a liar, de l'album Return to Alpha (2002)
Peter Kingsbery
  • Guitare sur Pretty Ballerina et Damage done, de l'album Pretty Ballerina (2012)
Igit
  • Guitare sur Le jardin, Marcher loin, L'hiver en printemps, et Jouons, de l'album Jouons (2017)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yannick Delneste, « Thiéfaine, le taulier », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  2. Laurent Arnold, « Thiéfaine, tout simplement », L'Est Républicain,‎ (lire en ligne)
  3. Pascal Lepoutte, « Au Zénith, Saez n’a pas perdu le nord », L'Avenir,‎ (lire en ligne)
  4. Adrien Viot, « Alice Botté, le gaucher silencieux », Gonzaï,‎ (lire en ligne)
  5. Mallis, « Rencontre avec Alice Botté », La grosse radio,‎ (lire en ligne)
  6. Miren Funke, « Entretien avec Alice Botté, un activiste de la musique », Le doigt dans l’œil,‎ (lire en ligne)
  7. Véronique Mortaigne, « A la « Philhar », Higelin l’a joué serré », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  8. Alexis Campion, « On vous raconte les obsèques de Jacques Higelin », Le Journal du Dimanche,‎ (lire en ligne)
  9. Sylvain Siclier, « A Jacques Higelin, le Printemps de Bourges reconnaissant », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  10. Marc Dazy, « Printemps de Bourges, l'hommage irradiant à Jacques Higelin », Le Progrès,‎ (lire en ligne)
  11. Nathalie Lacube, envoyée spéciale à Bourges (Cher), « Le cœur du Printemps de Bourges bat pour Higelin », La Croix,‎ (lire en ligne)
  12. Antoine Couder, « Jacques Higelin, la vie, l’amour, la mort (1940-2018) », France Culture,‎ (lire en ligne)
  13. Philippe Lacoche, « Alice Botté et sa brûlée n’ont pas vieilli », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne)
  14. Dandy Frustre, « Booty Botté », Gonzaï,‎ (lire en ligne)
  15. Yannick Blay, « Alice Botté .1 », Songazine,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]