Ali Osmane Taha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ali Osmane Taha
علي عثمان محمد طه
Illustration.
Ali Osmane Taha en septembre 2010.
Fonctions
Premier vice-président de la République du Soudan

(2 ans, 4 mois et 27 jours)
Président Omar el-Béchir
Prédécesseur Salva Kiir Mayardit
Successeur Bakri Hassan Saleh

(6 ans et 10 mois)
Prédécesseur Zoubair Mohammed Saleh
Successeur John Garang
Biographie
Date de naissance (76 ans)
Nationalité soudanaise
Parti politique Congrès national
Diplômé de Université de Khartoum
Profession Juge, diplomate
Religion Islam sunnite

Ali Osmane Taha
Vice-présidents de la République du Soudan

Ali Osmane Taha (en arabe : علي عثمان محمد طه), né le , est un juge, diplomate et homme d'État soudanais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il appartient aux Shaygiyya, une tribu riveraine du Nil, au nord de Khartoum[1].

En 1995, il devient ministre des Affaires étrangères puis en 1998, il est nommé premier vice-président du Soudan par le président Omar el-Béchir. En , il signe un accord de paix avec John Garang, chef de la rébellion au Soudan du Sud, à qui il cède son poste. À l'indépendance du nouveau pays en , il retrouve son poste de vice-président qu'il conserve jusqu'en , quand Bakri Hassan Saleh lui succède.

Le 11 avril 2019, Taha a été arrêté à la suite d'un coup d'État qui a renversé al-Bashir[2],[3] .

Le 27 mai 2020, le parquet soudanais a annoncé que Taha avait été testé positif au COVID-19 et avait ensuite été placé en quarantaine[4].

Son procès s'ouvre le 20 juillet 2020, au sujet du coup d'État du 30 juin 1989 au Soudan[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) US Embassy in Khartoum, « DENG ALOR ON NCP INTRIGUE, EGYPTIAN PRESIDENT MUBARAK'S VISIT (08KHARTOUM1657_a) », Public Library of US Diplomacy, sur WikiLeaks, (consulté le 7 octobre 2018).
  2. « More than 100 people arrested from president’s team in Sudan, including prime minister », sur TASS
  3. « Sudan's President Steps Down After Months of Protests », sur Al Bawaba
  4. « Sudan says 3 jailed members of ousted Bashir regime have coronavirus », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mai 2020)
  5. « Soudan: Béchir jugé pour coup d'Etat, risque la peine de mort », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le 21 juillet 2020).