Ali Amini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ali Amini
Ali Amini en 1961.
Ali Amini en 1961.
Fonctions
Premier ministre d'Iran
Monarque Mohammad Reza Pahlavi
Prédécesseur Jafar Sharif-Emami
Successeur Asadollah Alam
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Téhéran (Perse)
Date de décès
(à 87 ans)
Lieu de décès Paris (France)
Nationalité iranienne
Premiers ministres d'Iran

Ali Amini (en persan : علی امینی), né le à Téhéran et mort le à Paris, est un diplomate et homme politique iranien. Il est Premier ministre d'Iran du 6 mai 1961 au 19 juillet 1962.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Apparenté à la dynastie Qajar, il est le petit-fils de Mozaffaredin Shah par sa mère et de Mirza Ali Khan Amin-ed-Dowleh par son père. Il est également le neveu de Mohammad Ali Shah et le cousin d'Ahmad Shah[1].

Études[modifier | modifier le code]

Ali Amini effectue ses études à Dar-ol Fonoun puis en France, où il obtient un diplôme en droit de l'université de Grenoble ainsi qu'un doctorat en économie à Paris.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Membre du Front national, il le quitte dès 1952 et devient brièvement ministre dans le cabinet d'Ahmad Ghavam. Il est ministre de la culture dans le second gouvernement de Mohammad Mossadegh de juillet 1952 à août 1953, puis ministre des affaires économiques dans le cabinet de Fazlollah Zahedi jusqu'au 7 avril 1955.

Entre 1956 et 1958, il est ambassadeur d'Iran aux États-Unis. Ses tendances pro-américaines déplaisent au chah qui se méfie de sa popularité et de son amitié avec John Fitzgerald Kennedy. Pendant plusieurs années, la pression américaine sur le souverain pour qu'il nomme Ali Amini au poste de Premier ministre va en s'accentuant. L'arrivée de Kennedy à la Maison-Blanche en janvier 1961 amène le chah à nommer Amini le 5 mai suivant, mais il est cependant remplacé en juillet 1962 par Asadollah Alam.

À la fin des années 1970, Ali Amini revient sur la scène politique iranienne en tant que conseiller du chah lors de la période finale de la dynastie Pahlavi.

Exil[modifier | modifier le code]

En 1979, il quitte l'Iran et se réfugie à Paris, où il dirige le Front pour la libération de l'Iran, un groupe d'opposants monarchistes au régime de la République islamique.

Il meurt en 1992 à l'âge de 87 ans et est enterré au cimetière de Passy.

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 1962, il est décoré des insignes de grand-croix de la Légion d'honneur par le général de Gaulle[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Shajarehnaameh Project, Amini-Qajar », sur The Qajar Pages (consulté le 8 mars 2007)
  2. (en) "Ali Amini; Foe of Iran's Islamic Government", Los Angeles Times, 17 décembre 1992