Ali Tur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ali-Georges Tur)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Tur.

Ali Tur
Présentation
Nom de naissance Ali Georges Tur
Naissance
Tunis, Tunisie (Protectorat français)
Décès (à 88 ans)
Paris, France
Nationalité Français
Activités Architecte
Formation École des beaux-arts de Paris
Œuvre
Distinctions Prix Destors
Grand prix de décoration

Ali Tur ou Ali Georges Tur, né le à Tunis (alors sous protectorat français) et mort le à Paris (16e arrondissement), est un architecte français. Il a notamment conçu de nombreux bâtiments en Guadeloupe durant l'entre-deux-guerres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et formation[modifier | modifier le code]

Ali Georges Tur nait en 1889 à Tunis, fils d'Henri Eugène Auguste Paul Tur, polytechnicien originaire des Cévennes et d'une mère alsacienne. Ses études d'architecture à l’École des beaux-arts sont interrompues par la Première Guerre mondiale.

Après l'Armistice de 1918, il termine ses études et devient architecte diplômé par le gouvernement (DPLG). Il intègre, en 1925, la liste des architectes du ministère des Colonies.

Il épouse en 1930 Paris (9em), Jacqueline BASZANGER (1902-1933) issue d’une dynastie de joailliers

Reconstruction de la Guadeloupe après 1928[modifier | modifier le code]

Le 12 septembre 1928, le violent ouragan Okeechobee provoque de nombreux dégâts aux édifices de toute la Guadeloupe et plus de 1 200 victimes. En avril 1929, un contrat est signé entre Ali Tur et le gouverneur Tellier – un ami de longue date[1] –, prévoyant la construction de divers bâtiments publics (palais de justice, palais du gouverneur, etc.) sur une durée de quatre ans pour un montant total estimé à quarante millions de francs[2]. À ces commandes pour le compte de l’État français et la colonie de Guadeloupe, s'ajoutent des contrats passés avec les municipalités pour la construction d'hôtels de ville, d'églises ou d'écoles. Ces commandes s'inscrivent également dans le cadre du règlement des indemnité de guerre l'Allemagne à la France, pour lesquelles des « paiements en nature » ont été effectués par la fourniture de matières premières et de matériaux de construction fabriqués outre-Rhin[1].

Entre 1931 et 1937, Ali Tur réalise plus d’une centaine de bâtiments publics[3]. En 1937, un expert est nommé par le sous-secrétaire d'État aux colonies afin de régler un litige opposant Ali Tur à la colonie. L'expert est chargé d'évaluer les montants et les vices signalés lors de la réception des bâtiments[4]. Ali Tur quitte la Guadeloupe cette année-là et n'y reviendra pas.

Retour en métropole[modifier | modifier le code]

1939 : concourt pour la construction d'un hôtel en Martinique et obtient le marché qui lui est retiré à la demande de Gratien Candace, député de la Guadeloupe.
3 septembre 1939 - 13 juillet 1940 : mobilisé.
Juillet 1940 : s'établit à Nîmes avec sa fille Isabelle.
20 février - 29 mars 1943 : interné au Camp de Saint-Sulpice-la-Pointe
12 mai 1944 : arrêté à Bagnac-sur-Célé et envoyé dans les Sudètes pour le S.T.O. d'où il s'évade en 1945.
1945 : regagne Nîmes puis Paris.
1946 : nommé architecte agréé par le Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme et collabore à la reconstruction de Condé-sur-Noireau.
1950 : Grand prix d'architecture du Ministère de la France d'outre-mers.
1959 : cesse son activité professionnelle.
1972 : nommé architecte honoraire de l'Ordre des architectes.
Ali Tur meurt le 26 septembre 1977 à Paris.

Réalisations[modifier | modifier le code]

Guadeloupe[modifier | modifier le code]

Liste partielle des bâtiments de Guadeloupe selon l'Inventaire général du patrimoine culturel[5] :

Ville Bâtiments Coordonnées Ville Bâtiments Coordonnées
Anse-Bertrand « Mairie », notice no IA97102008 16° 28′ 19″ N, 61° 30′ 31″ O Le Moule Clocher de l'église Saint-Jean-Baptiste Notice no IA97102045 16° 19′ 51″ N, 61° 20′ 41″ O
Baie-Mahault « Église Saint-Jean-Baptiste », notice no IA97102009 16° 16′ 02″ N, 61° 35′ 10″ O « École Lydia-Galleron », notice no IA97102046 16° 19′ 51″ N, 61° 20′ 38″ O
Baillif « Mairie », notice no IA97102019 16° 01′ 15″ N, 61° 44′ 48″ O « Presbytère », notice no IA97102044 16° 19′ 51″ N, 61° 20′ 40″ O
« Beffroi », notice no IA97102020 16° 01′ 17″ N, 61° 44′ 43″ O « École primaire des Grands-Fonds », notice no IA97102047 16° 17′ 28″ N, 61° 25′ 18″ O
« Chambre funéraire », notice no IA97102021 16° 01′ 15″ N, 61° 44′ 43″ O Morne-à-l'Eau « Église Saint-André de Morne-à-l'Eau », notice no IA97102040 16° 19′ 51″ N, 61° 27′ 28″ O
Basse-Terre Palais de justice de Basse-Terre Notice no IA97100912 15° 59′ 31″ N, 61° 43′ 41″ O « Perception », notice no IA97102041 16° 19′ 54″ N, 61° 27′ 30″ O
Palais du conseil général Notice no IA97100913 15° 59′ 33″ N, 61° 43′ 43″ O « Presbytère », notice no IA97102043 16° 19′ 51″ N, 61° 27′ 27″ O
Hôtel de préfecture de la Guadeloupe Notice no IA97100914 15° 59′ 32″ N, 61° 43′ 21″ O « École Jeanne-de-Kermadec », notice no IA97102042 16° 19′ 45″ N, 61° 27′ 27″ O
« Chambre de commerce », notice no IA97101004 15° 59′ 53″ N, 61° 43′ 56″ O Petit-Bourg « Mairie », notice no IA97102050 16° 11′ 30″ N, 61° 35′ 27″ O
« Horloge du marché », notice no IA97100968 15° 59′ 35″ N, 61° 43′ 47″ O « Chambre funéraire », notice no IA97102052 16° 11′ 35″ N, 61° 35′ 27″ O
« Hôpital », notice no IA97100943 16° 00′ 15″ N, 61° 43′ 47″ O Église Notre-Dame-de-l'Assomption de Petit-Bourg Notice no IA97102049 16° 11′ 38″ N, 61° 35′ 30″ O
Bouillante « Chapelle de Pigeon », notice no IA97102030 16° 09′ 03″ N, 61° 46′ 29″ O « Presbytère », notice no IA97102051 16° 11′ 41″ N, 61° 35′ 30″ O
« Collège », notice no IA97102031 16° 08′ 00″ N, 61° 46′ 12″ O « Gendarmerie », notice no IA97102048 16° 11′ 48″ N, 61° 36′ 00″ O
Capesterre-de-Marie-Galante « Eglise Sainte Anne », notice no IA97102038 15° 53′ 32″ N, 61° 13′ 17″ O Petit-Canal « Eglise », notice no IA97102054 16° 22′ 44″ N, 61° 29′ 33″ O
« École maternelle », notice no IA97102037 15° 53′ 35″ N, 61° 13′ 17″ O « Mairie », notice no IA97102055 16° 22′ 43″ N, 61° 29′ 24″ O
Capesterre-Belle-Eau « Mairie », notice no IA97102034 16° 02′ 34″ N, 61° 33′ 53″ O « École primaire du Bourg », notice no IA97102057 16° 22′ 44″ N, 61° 29′ 29″ O
« Marché », notice no IA97102035 16° 02′ 33″ N, 61° 33′ 54″ O « École primaire Sainte-Geneviève », notice no IA97102056 16° 24′ 11″ N, 61° 26′ 03″ O
« École primaire Amédée-Fengarol », notice no IA97102032 16° 02′ 44″ N, 61° 33′ 47″ O Pointe-à-Pitre « Palais de Justice », notice no IA97100222 16° 14′ 18″ N, 61° 32′ 05″ O
« Église », notice no IA97102036 16° 02′ 34″ N, 61° 33′ 55″ O « Capitainerie », notice no IA97100212 16° 14′ 08″ N, 61° 32′ 09″ O
« École Beuve-Anatole », notice no IA97102033 16° 04′ 45″ N, 61° 33′ 37″ O « Collège de Kermadec », notice no IA97102059 16° 14′ 07″ N, 61° 32′ 04″ O
Gourbeyre « Presbytère », notice no IA97102039 15° 59′ 39″ N, 61° 41′ 38″ O « Banque des Antilles Françaises », notice no IA97102061 16° 14′ 13″ N, 61° 32′ 05″ O
Grand-Bourg « Palais de Justice », notice no IA97102083 15° 52′ 59″ N, 61° 19′ 01″ O Pointe-Noire Mairie de Pointe-Noire Notice no IA97102062 16° 13′ 57″ N, 61° 47′ 24″ O
« Mairie », notice no IA97102081 15° 52′ 58″ N, 61° 18′ 59″ O Port-Louis « Justice de Paix », notice no IA97102063 16° 25′ 00″ N, 61° 32′ 00″ O
« Hôpital Sainte Marie », notice no IA97102082 15° 52′ 58″ N, 61° 19′ 03″ O Saint-Claude « Presbytère et clocher », notice no IA97102069 16° 01′ 41″ N, 61° 41′ 52″ O
« École de Morne Lolo », notice no IA97102085 15° 54′ 27″ N, 61° 16′ 37″ O « Pavillon opératoire du Camp Jacob », notice no IA97102070 16° 01′ 36″ N, 61° 41′ 45″ O
« École maternelle de Faup », notice no IA97102084 15° 54′ 52″ N, 61° 18′ 34″ O Saint-François « clocher de l'Eglise », notice no IA97102071 16° 15′ 06″ N, 61° 16′ 25″ O
Lamentin « Ensemble urbain », notice no IA97102010 16° 16′ 18″ N, 61° 37′ 58″ O Saint-Louis (Marie-Galante) « Mairie », notice no IA97102073 15° 57′ 15″ N, 61° 19′ 08″ O
Église de la Sainte-Trinité, Notice no IA97102014 16° 16′ 19″ N, 61° 37′ 57″ O « École primaire de Grelin », notice no IA97102072 15° 57′ 34″ N, 61° 16′ 28″ O
« Mairie », notice no IA97102011 16° 16′ 18″ N, 61° 37′ 59″ O Saint-Martin « Palais de justice à Marigot », notice no IA97102074 18° 04′ 02″ N, 63° 05′ 08″ O
« École primaire », notice no IA97102013 16° 16′ 20″ N, 61° 37′ 59″ O Sainte Anne « Eglise », notice no IA97102067 16° 13′ 33″ N, 61° 23′ 09″ O
« Presbytère », notice no IA97102012 16° 16′ 19″ N, 61° 38′ 00″ O « Presbytère », notice no IA97102068 16° 13′ 34″ N, 61° 23′ 07″ O
« Tribunal », notice no IA97102015 16° 16′ 17″ N, 61° 37′ 57″ O « Ancienne perception », notice no IA97102066 16° 13′ 29″ N, 61° 23′ 02″ O
« Chambre funéraire », notice no IA97102018 16° 16′ 17″ N, 61° 37′ 52″ O « École maternelle des Grands-Fonds », notice no IA97102064 16° 15′ 51″ N, 61° 25′ 42″ O
« Marché », notice no IA97102017 16° 16′ 15″ N, 61° 37′ 55″ O « École primaire des Grands-Fonds », notice no IA97102065 16° 15′ 46″ N, 61° 25′ 27″ O
« Square », notice no IA97102016 16° 16′ 18″ N, 61° 37′ 58″ O Sainte-Rose « Gendarmerie », notice no IA97102075 16° 19′ 47″ N, 61° 42′ 00″ O
Les Abymes Église de l'Immaculée-Conception Notice no IA97102053 16° 16′ 16″ N, 61° 30′ 17″ O « Dispensaire », notice no IA97102076 16° 19′ 53″ N, 61° 41′ 57″ O
« Presbytère », notice no IA97102004 16° 16′ 16″ N, 61° 30′ 17″ O Trois-Rivières « Eglise », notice no IA97102077 15° 58′ 33″ N, 61° 38′ 41″ O
« Chambre funéraire », notice no IA97102005 16° 16′ 16″ N, 61° 30′ 15″ O « La Poste », notice no IA97102080 15° 58′ 30″ N, 61° 38′ 48″ O
« Hôpital Joseph-Ricou », notice no IA97102007 16° 14′ 08″ N, 61° 31′ 43″ O « Ancien Dispensaire », notice no IA97102079 15° 58′ 29″ N, 61° 38′ 49″ O
« Marché », notice no IA97102002 16° 16′ 19″ N, 61° 30′ 15″ O « École de Grand'Anse », notice no IA97102078 15° 57′ 52″ N, 61° 39′ 55″ O
« Perception », notice no IA97102003 16° 16′ 21″ N, 61° 30′ 18″ O
« Ancienne mairie », notice no IA97102006 16° 16′ 15″ N, 61° 30′ 18″ O

Paris[modifier | modifier le code]

Toulon[modifier | modifier le code]

  • Usine de la Compagnie des eaux de Toulon, Usine, 1935[9]

Monuments protégés[modifier | modifier le code]

Parmi les bâtiments réalisés par Ali Tur en Guadeloupe, cinq ont été protégés au titre des monuments historiques lors d'une campagne d'inventaire et de restauration qui lui était dédiée[10] :

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Notes sur la reconstruction de la Guadeloupe, Basse-Terre, Imprimerie Catholique, (lire en ligne)
  • « Architecture coloniale en Guadeloupe. Bâtiments gouvernementaux et communaux », dans L’Encyclopédie de l’Architecture des Constructions Modernes, Paris, Albert Morancé, (lire en ligne)
  • « L'Enseignement technique à la Guadeloupe », dans Congrès intercolonial de l'enseignement technique d'Outre-mer, Paris, Association colonies-sciences, (lire en ligne)
  • « Un ensemble de constructions en Guadeloupe (1931-1934) », L’Architecte, vol. 7,‎ (lire en ligne)
  • « Architecture et Urbanisme aux Colonies Françaises puis La Reconstruction de la Guadeloupe », L’Architecture d'Aujourd'hui, vol. 03,‎ (lire en ligne)
  • « Salon 1936 Salon des Artistes Français », La Construction Moderne, no 24,‎ , p. 758-759 (lire en ligne)
  • Ma plaidoirie,

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michèle Robin-Clerc, Note descriptive de l’œuvre d’Ali Tur, Basse-Terre, Conseil régional de Guadeloupe, , 9 p. (présentation en ligne, lire en ligne)
  • Christian Galpin, Ali Tur, architecte : 1929/1937, itinéraire d'une reconstruction, Basse-Terre, Conseil général de la Guadeloupe, , 8 p. (présentation en ligne, lire en ligne)
  • (en) Christian Galpin et Anne Hublin, « A Tradition in Transition: Ali Tur in Guadeloupe, 1929-1937 », Traditional Dwellings and Settlements Review, vol. X, no 2,‎ , p. 12 (lire en ligne)
  • Sophie Paviol, « Ali Tur,un architecte moderne en Guadeloupe », Culture et recherche, no 126,‎ 2011-2012 (lire en ligne)
  • Sophie Paviol, Ali Tur - Un architecte moderne en Guadeloupe, Infolio édition, coll. « Archigraphy », , 172 p. (ISBN 978-2-88474-460-7)
  • Michèle Robin-Clerc, Guadeloupe, années 30 : Ali Tur, l'architecte d'une reconstruction, Somogy, , 312 p. (ISBN 978-2-7572-0962-2)
  • Jean-Pierre Giordani, La Guadeloupe face à son patrimoine, Paris, Karthala, , 170 p. (ISBN 2-86537-641-9, lire en ligne)
  • Marthe Oulié, Les Antilles filles de France : Martinique, Guadeloupe, Haïti, Paris, Fasquelle Editeurs, , 324 (Guadeloupe à partir de la page 139) p. (présentation en ligne, lire en ligne)

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Glasberg, Ali Tur, architecte colonial, durée 26', Production : Amda production, RFO Guadeloupe (présentation en ligne)
  • Jean Michel Guibert, Ali Tur, durée 5', Architectes du Patrimoine (présentation en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]