Algue coralligène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Colonie de Lithothamnion sp., exemple d'algue coralligène rouge.

Le coralligène est un écosystème sous-marin caractérisé par l'abondance d'algues calcaires, dites algues coralligènes, capables de construire, par superposition d'encroûtements ou par accumulation de dépôts, des massifs comparables aux massifs coralliens. L'analogie avec les coraux est à l'origine du nom « coralligène », qui « signifie producteur de corail ». Diverses espèces animales à squelette calcaire (éponges, gorgones, etc.) peuvent également être associées à ces constructions biogéniques.

Principes biologiques[modifier | modifier le code]

Le coralligène est l’écosystème majeur de Méditerranée au-delà de 30-40 m de profondeur, où ils sont pratiquement les seuls récifs biogènes. Selon la turbidité de l'eau, on peut en trouver entre 12 et 120 m de profondeur[1].

La croissance du coralligène est très lente (entre 1 et 4 mm/an[1]). Les massifs ne se développent qu'à partir de certaines profondeurs car les algues qui les édifient craignent une trop forte lumière : ce sont des algues sciaphiles (vivant à l'ombre). S'ils ne sont pas perturbés, ces récifs peuvent ainsi perdurer plusieurs siècles[1], mais mettront aussi très longtemps à se régénérer s'ils sont détruits.

Les principales espèces constructrices sont des algues rouges qui appartiennent aux familles des Corallinaceae[1] ou des Peyssonneliaceae, mais il existe aussi quelques algues vertes parmi les Bryopsidales. Des animaux sessiles bio-constructeurs participent également à l'édification de ces récifs, comme les bryozoaires, les serpulidés, les cnidaires, des mollusques (surtout bivalves mais aussi quelques gastéropodes comme les vermets), les éponges, des crustacés ou encore des foraminifères benthiques. À l'inverse, il existe des espèces dites « érodeuses » qui consomment le coralligène (étoiles de mer, oursins, poisson-perroquet méditerranéen...) ou y creusent des galeries (éponges, annélides, mollusques, crustacés), permettant ainsi de favoriser la diversité des espèces en limitant la population des plus abondantes, ainsi que de créer un relief complexe constituant autant de niches écologiques abritant une très grande biodiversité, parfois comparée à celle des récifs coralliens tropicaux[1]. Près de 20 % des espèces méditerranéennes connues seraient ainsi inféodées à ces milieux[1].

Ces récifs sont cependant particulièrement fragiles à la pollution, au réchauffement climatique et aux méthodes de pêche destructive : les scientifiques estiment ainsi qu'ils auraient déjà énormément régressé pendant le XXe siècle, et les aires sous-marines riches en récifs sont souvent protégées et interdites de pêche industrielle[1].

Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Corallinales.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Florian Holon et Julie Deter, « Les récifs coralligènes, un habitat sous-marin riche en biodiversité mais vulnérable », sur SFEcologie.org,‎ .