Alfredo Oscar Saint-Jean

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alfredo Oscar Saint-Jean
Al.St.Jean.JPG

Alfredo Oscar Saint-Jean

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
ChascomúsVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Religion
Grade militaire

Alfredo Oscar Saint-Jean, né le à Chascomús et mort le dans la même ville, est un militaire et homme politique argentin. Il occupe de facto la présidence de la nation du 18 juin au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Ministre de l'Intérieur[modifier | modifier le code]

Saint-Jean est à la tête du secrétariat général de l'armée de terre et détient le portefeuille de l'Intérieur à partir du durant le gouvernement de Leopoldo Galtieri. C'est à ce titre qu'il se rend responsable de la répression policière de la manifestation « paix, pain et travail » du organisée par la CGT sur la place de Mai.

Président de la nation[modifier | modifier le code]

Après la chute de Galtieri le , à la suite de la défaite argentine dans la guerre des Malouines, l'armée perd de son prestige devant la faible prestation des forces terrestres dans le conflit. Les dissensions internes entre le représentant de l'armée de terre au sein de la junte militaire, le général Cristino Nicolaides, et les chefs de la marine, Jorge Isaac Anaya et de l'aviation, Basilio Lami Dozo, permettent à Saint-Jean d'occuper la charge de président intérimaire de la nation jusqu'à la nomination de Reynaldo Bignone le 1er juillet suivant.

Poursuites judiciaires[modifier | modifier le code]

Saint-Jean est inculpé de trente-trois délits commis dans l'exercice de ses différentes charges occupées, surtout en tant que chef de la sous-zone 12, centre et ouest de la province de Buenos Aires. Il demeure cependant en liberté en vertu de l'application des lois dites du « point final » et de l'« obéissance due ».