Alfredo Cristiani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Alfredo Christiani)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cristiani.
Alfredo Cristiani
Alfredo Cristiani.jpg
Fonction
Président du Salvador (en)
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Parti politique

Alfredo Félix Cristiani Burkard, né le à San Salvador, est un homme d'affaires et un homme politique salvadorien, président de la République de 1989 à 1994.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de grands propriétaires terriens, producteurs de café, il est éduqué à l'École américaine du Salvador, puis étudie l'Administration d'affaires à l'Université de Georgetown, à Washington D.C. (États-Unis). De retour au Salvador, il se consacre aux affaires de sa famille, qui comprennent aussi des entreprises pharmaceutiques.

Débuts en politique[modifier | modifier le code]

Au début des années 1980, il s'engage en politique avec l'Alliance républicaine nationaliste (ARENA), un parti conservateur associé aux milices paramilitaires d'extrême-droite fondé par Roberto D'Aubuisson.

Lorsque D'Aubuisson abandonne la direction de l'ARENA en 1985, après avoir perdu les élections face à José Napoleón Duarte, Cristiani prend la tête du parti. Aux élections législatives et municipales de 1988, il recueille plus de 45 % des voix et 31 des 60 sièges de l'Assemblée législative. Cristiani est élu député.

Présidence[modifier | modifier le code]

Désigné candidat de l'ARENA pour les élections présidentielles du , il est élu président de la République avec 53,8 % des voix.

Son mandat est marqué par la lutte très dure menée contre le Front Farabundo Martí de libération nationale (FMLN), coalition de plusieurs mouvements de guérilla d'extrême gauche. Lorsque l'armée salvadorienne assassine six prêtres jésuites, dont le recteur de l'Universidad Centroamericana (UCA), Ignacio Ellacuría, qui participe aux négociations de paix avec le FMLN, l'indignation se manifeste contre le président Cristiani. Celui-ci apaise les tensions en promettant que les coupables seront jugés. Le , il signe les Accords de paix de Chapultepec, qui mettent fin à la guerre civile du Salvador.

Il se retire de la politique à la fin de son mandat, le . En 2009, après la première défaite de l'ARENA en vingt ans, il reprend la direction du parti.

Controverses[modifier | modifier le code]

En 2008, deux organisation de défense des droits de l'homme déposent une plainte en Espagne contre Alfredo Cristiani et 14 membres de l'armée salvadorienne pour leur responsabilité dans l'assassinat des six Jésuites de l'UCA. Cette plainte est déclarée recevable en raison du principe de compétence universelle reconnu par la justice espagnole[1]. Par ailleurs, des documents de la CIA, déclassifiés en novembre 2009, font apparaître que les États-Unis étaient au courant du projet d'assassinat des six prêtres par l'état major du Salvador[2]. En 2011, le juge espagnol Eloy Velasco condamne 19 militaires et le ministre de la Défense de l'époque, Rafael Humberto Larios, à un total de 270 années de prison pour assassinat, terrorisme et crime contre l'humanité. Le président Cristiani est toutefois acquitté, faute de preuves[3].

Références[modifier | modifier le code]