Alfred van der Smissen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alfred van der Smissen
Image dans Infobox.
Baron Alfred van der Smissen, en 1895.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
BruxellesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Grade militaire
Distinctions

Le baron Alfred Louis Adolphe Graves van der Smissen est un général belge né le à Bruxelles et mort le dans la même ville.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alfred van der Smissen est le second fils de Jacques Van der Smissen, un officier d'artillerie belge qui s’enrôla en 1807 dans l’armée de Napoléon, où il obtint le grade de major[1]. Sa mère est Louise Catherine Graves, fille du vice-amiral Thomas Graves, qui participa au débarquement du corps expéditionnaire de Jean-Baptiste-Donatien de Vimeur de Rochambeau près de Yorktown[2].

On dit de lui qu’il est hautain, vaniteux, égoïste à l’extrême et qu’il n’a de considération pour quelqu’un que si cela peut lui servir à quelque chose[3]. Jules Devaux, secrétaire du roi, le décrit comme suit : « Bon officier, dévoué et courageux comme un lion, mais avec un point d'ombre : l’homme n’a pas de cervelle, il est susceptible et à besoin d’assistance et de directives »[4].

Dans la Légion étrangère[modifier | modifier le code]

En 1851, van der Smissen combat quatre mois en Kabylie dans les rangs de la Légion étrangère. Il se distingue également en Algérie par son courage et ses qualités militaires. Il y acquiert l'estime du général de Saint-Arnaud — ce même général ayant instauré une prime à la tête coupée pour donner du cœur à l'ouvrage de ses troupes[5],[3] — et reçoit la Légion d'honneur.

Militaire au Mexique[modifier | modifier le code]

De la fin de 1864 à janvier 1867, le Second Empire mexicain obtient la collaboration de deux autres forces armées étrangères. Le premier se composait de six mille cinq cents hommes recrutés dans l'empire austro-hongrois et le second de quinze cents recrutés en Belgique. Un bataillon de régiment de grenadiers participe à la campagne du Mexique.

Le roi Léopold Ier avait un grand intérêt pour l'entreprise impériale. De plus, c'était une opportunité pour l'agrandissement de la Belgique qui favoriserait la consolidation d'une économie en pleine expansion[6].

Proche du roi, Alfred van der Smissen jouit de sa confiance et, en 1859, devient aide de camp du général Chazal, ministre de la guerre dans le gouvernement belge. Celui-ci le fait nommer à la tête du corps expéditionnaire belge au Mexique avec le grade de colonel.

Le 14 novembre 1864, lors de la deuxième expédition, il n'y avait que 399 hommes et quatre cuisiniers prêts à embarquer. Seul un cinquième d'entre eux était composé de militaires. Les autres étaient des artisans sans emploi, des étudiants et des vendeurs, la plupart très jeunes et sans formation militaire. Arrivés au Mexique, Van der Smissen n'a pas caché son mécontentement et a déclaré que le détachement « est composé de petits gosses [...] ils se laissent désarmer par les Mexicains ou ils perdent les prisonniers qui leur sont confiés le long de la route »[7].

Au cours des cinq mois qu'a duré la campagne, les Belges ont participé à trois actions de guerre : Zitácuaro, Tácambaro et La Loma.

En , le corps des volontaires belges exécute sa première mission militaire sous ses ordres[8]. François Achille Bazaine ordonne à van der Smissen une expédition punitive envers la population rebelle de Zitacuaro. L'endroit est désert et les légionnaires belges ne trouvent plus personne, Il fait détruire l’église, pille et incendie les habitations. Des familles entières des villages voisins s’enfuient dans les rues, tandis, les chevaux, les mules et le bétail sont abattus. L’intervention de van der Smissen est tellement impitoyable que même sa troupe est sous le choc.

Le a lieu la bataille de Tacámbaro, où le contingent belge est attaqué par les troupes du général Nicolás Régules en supériorité numérique écrasante. Quatre compagnies de voltigeurs belges se font surprendre. Après une résistance acharnée de huit heures, les Belges sont contraints à la reddition[9]. Régulès confie les 203 prisonniers belges au colonel José Trinidad Villagómez (1838-1865)[10], avec mission de les conduire vers la petite ville de Huetamo, sur le rio de Las Balzas, à quelques lieues du Pacifique[11].

Les Belges, sous les ordres du major Constant Tydgadt, sont contraints de capituler. Le , van der Smissen, ivre de rage et de honte, arrive à Tacámbaro et couvre de reproches le major Tydgadt grièvement blessé lors des combats et qui succombe quelques heures plus tard[12],[5]. Le , van der Smissen obtient sa revanche en remportant la victoire à la bataille de la Loma, près de Tacámbaro[13].

Van der Smissen fait exécuter deux déserteurs. Dans une lettre adressée le à la légation belge de Mexico, il souligne : « [...] j’avais dans mon corps l’esprit de désertion ». Pour enrayer ce risque de contagion qui à présent l’obsédait, le chef avait déjà fait quelques exemples sans trop s’embarrasser des formes légales de la justice. Il avait en outre commandé en personne les pelotons d'exécution[9].

Une paternité mystérieuse[modifier | modifier le code]

Alfred van der Smissen serait le père présumé du général Weygand. L'historien André Castelot évoque le témoignage du roi Léopold III de Belgique qui lui aurait déclaré, lors d'une entrevue à Argenteuil « Weygand est le fils de van der Smissen »[14]. L'amitié et une certaine intimité qui liaient van der Smissen à l'impératrice Charlotte du Mexique, sœur du roi Léopold II de Belgique, peuvent laisser croire que celle-ci serait la mère de Weygand, d'autant que la date de naissance, à Bruxelles, d'un enfant inscrit à l'état-civil « né de parents inconnus », permet l'hypothèse d'une relation intime de Van der Smissen et de Charlotte. La protection exercée à distance par le roi des Belges sur cet enfant qu'il fit adopter sous le nom de de Nimal, puis, plus tard, par un Français nommé Weygand, conforte cette thèse aux yeux de beaucoup[12]. Des photos de Van der Smissen et de Weygand adulte renforcent cette thèse en révélant la ressemblance entre les deux hommes, ce qui apparut dans une émission de télévision de l'historien Alain Decaux. Ces photos ont aussi été publiées dans des articles et des ouvrages, notamment dans un livre de Dominique Paoli[15].

Retour en Belgique[modifier | modifier le code]

Le , Alfred van der Smissen rentre en Belgique, s'installe au numéro 11 de la rue du Marteau à Bruxelles et il est nommé officier d'ordonnance du roi Léopold II.

En 1879, il est commandant militaire de la place de Bruxelles et publie l'Organisation des forces nationales. En 1887, il soutiendra la nécessité d'un service militaire dans un ouvrage intitulé le Service personnel et la loi militaire. Retiré du service actif, il publiera encore Souvenirs du Mexique, livre dans lequel il met en scène sa campagne militaire à la tête du contingent belge au service de l'empereur Maximilien.

En mars 1886, des émeutes éclatent à Liège, puis dans les régions de Charleroi — notamment à Roux[16] — et du Centre. Le 26 mars, la verrerie et le château de l'industriel Eugène Baudoux à Jumet sont pillés et incendiés. Le gouvernement charge le général van der Smissen de réprimer les troubles, ce qu'il fait sans aucune retenue[17] et en faisant fi des lois en vigueur, en donnant l'ordre de tirer sur n'importe quel groupe de protestataires, sans la moindre sommation, à la seule condition que le groupe marche en direction de la troupe[5],[18].

À l'âge de 67 ans, Van der Smissen a offert sa démission du service actif au ministère de la Guerre. Cependant, il se tenait disponible autant que sa force le lui permettait.

Dans son testament, quelques mois avant sa mort, il déshérita son fils naturel et nomma son frère cadet Adolphe, avec qui il entretenait une relation étroite, comme unique héritier.

Le soir du , il se tire une balle dans la tête à son domicile bruxellois au numéro 11 de la rue du Marteau[4]. Une hypothèse explique ce geste est que van der Smissen se rendait compte que ses facultés mentales comme sa vigueur physique déclinaient avec l'âge. Il fut enterré au cimetière de BruxellesEvere) en présence de Philippe, comte de Flandre, et du fils de ce dernier, le futur roi Albert Ier.

Un mois plus tard, son frère Adolphe suit également le même destin. Ses deux autres frères William et Ernest meurent également en quelques mois d'intervalle.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Vander Mensbrugghe, « Alfred-Louis-Adolphe Vander Smissen », dans : Biographie nationale de Belgique, tome 22. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jacqueline Hons, « La légion belge au Mexique », Ami, no 26,‎ .
  • Eric Taladoire, Les contre-guérillas françaises dans les terres chaudes du Mexique (1862-1867), l’Harmattan 2016
  • Charles Daubige, Les vestes rouges au Tamaulipas, 1876
  • Modeste Loiseau, Le Mexique et la légion belge (1864-1867), Bruxelles : J. De Cocq, 1870
  • Emile Walton, Souvenirs d’un officier belge au Mexique (1864-1866), Ch. Tanera Éditeur, Paris, 1868, p. 172

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Family tree of Jacques van der SMISSEN », sur Geneanet (consulté le 28 février 2021)
  2. « 1781 - La bataille de la Chesapeake | colsbleus.fr : le magazine de la Marine Nationale », sur www.colsbleus.fr (consulté le 1er mars 2021)
  3. a et b « Le mauvais empereur et la belge folle sous le soleil de Mexico », sur Curieuses Histoires Belgique, (consulté le 28 février 2021)
  4. a et b « van der SMISSEN », sur www.ars-moriendi.be (consulté le 28 février 2021)
  5. a b et c Alain Libert, Les plus sombres histoires de l'histoire de la Belgique, Bruxelles : La Boite à Pandore, 2014.
  6. (es) « La guardia de la emperatriz Carlota su trágica aventura en México, 1864-1867 », Estudios de historia moderna y contemporánea de México, no 28,‎ /2004, p. 31–76 (ISSN 0185-2620, lire en ligne, consulté le 1er mars 2021)
  7. (es) « La guardia de la emperatriz Carlota su trágica aventura en México, 1864-1867 », Estudios de historia moderna y contemporánea de México, no 28,‎ /2004, p. 31–76 (ISSN 0185-2620, lire en ligne, consulté le 1er mars 2021)
  8. « « 54 ans après Queretaro. Quatre vingtième anniversaire. Curieux souvenirs », Article de Jean Bar publié dans La Dernière Heure du 7 juin 1920, 1920 juin | AfricaMuseum - Archives », sur archives.africamuseum.be (consulté le 28 février 2021)
  9. a et b Michel, « MICHEL PROVOST: Les déserteurs du corps des volontaires belges au Mexique », sur MICHEL PROVOST, (consulté le 1er mars 2021)
  10. « J. Trinidad Villagómez », sur valledesantiago.org.mx (consulté le 1er mars 2021)
  11. (es) José Trinidad VillagómezJardines de los Martires de urapan et MexicoNombreJosé Trinidad VillagómezNacimiento13 de mayo de 1838Valle de Santiago, « José Trinidad Villagómez - EcuRed », sur www.ecured.cu (consulté le 1er mars 2021)
  12. a et b Biographie d'Alfred van der Smissen
  13. « Download Souvenirs du Mexique, 1864-1867. [With maps.] ePub eBook @94909513CB08B005AA6C39EB30492D0A.GESSAR.ORG.AR », sur 94909513cb08b005aa6c39eb30492d0a.gessar.org.ar (consulté le 28 février 2021)
  14. André Castelot, Maximiliano y Carlotta, Mexico, 1983
  15. Dominique Paoli, Maxime ou le secret Weygand, Bruxelles : Racines, 2003
  16. Les émeutes de 1886 et leur répression
  17. Jean Bartelous (préf. Pierre Harmel), Nos Premiers Ministres, de Léopold Ier à Albert Ier, 1831-1934, Bruxelles, Collet, , 407 p. (OCLC 906464519), p. 193
  18. « Le Martinet », sur www.quartierdumartinet.be (consulté le 28 février 2021)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :