Alfred Smith (peintre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alfred Smith
Image dans Infobox.
Portrait par Alfred Roll
Naissance
Décès
(à 82 ans)
Paris
Nom de naissance
André Alfred Smith de Strasbourg
Nationalité
Activité
Mouvement
Influencé par
Distinctions
Chevalier de la Légion d'honneur (1894)
signature d'Alfred Smith
Signature

Alfred Smith, né à Bordeaux en 1854 et mort à Paris en 1936, est un peintre post-impressionniste français.

Son travail a parfois été comparé à celui de Claude Monet.

Biographie[modifier | modifier le code]

André Alfred Smith de Strasbourg est né à Bordeaux le , son père est gallois, naturalisé français, et sa mère est la fille du notaire de Saint-Ciers-sur-Gironde. En 1869 son père abandonne le domicile familial et part faire fortune aux États-Unis. Donc à l'âge de 15 ans, Alfred et son frère aîné, Emmanuel se retrouvent soutiens de famille. Alfred travaille dans une banque comme commis d'agent de change, mais il veut devenir artiste et passe tout son temps libre à peindre.

En 1877 il fait la première exposition de ses tableaux au Salon de la société des amis des arts de Bordeaux, dont le catalogue indique que son maître est Hippolyte Pradelles. Il reste fidèle à ce salon et exposera au moins un tableau chaque année, jusqu'à sa mort en 1936.

Le peintre Alfred Roll le remarquera et l'aidera à promouvoir son travail artistique. Les deux hommes deviennent amis et Alfred Smith était l'exécuteur testamentaire de Roll après son décès en 1919.

En 1880 Smith participe au Salon de Paris, obtenant la mention honorable et fréquente l'atelier de Léonce Chabry. Il devient également professeur à l'école des beaux-arts de Bordeaux.

En 1883, sa toile Le Quai de Bacalan, le Soir sera exposée au Salon de Paris et il entre dans l'atelier d'Amédée Baudit.

Dans les années 1884-1890 Smith commence d'être reconnu. Il reçoit des médailles au salons de Versailles, de Nice, des artistes français, exposition universelle de Paris, etc. C'est en 1886 qu'il peut quitter son emploi, sa peinture lui permettant de vivre.

En 1888, il obtient une récompense au Salon de Paris. La même année, il peindra la Place de la Concorde Sous La Pluie (L'Averse) et en 1889, il obtient une médaille de bronze au Salon de Paris. Il obtiendra une médaille de bronze à l'Exposition universelle de 1900 à Paris.

En 1894, il est nommé chevalier de la Légion d'honneur.

Le , Alfred Smith épouse Catherine Philippine Poix à Lyon et en 1901 le couple déménage à Paris.

En 1912, grâce à ses amis Paul Madeline et Eugène Alluaud, Alfred Smith découvre la vallée de la Creuse. Il est subjugué par les paysages ; son style change encore et évolue vers le fauvisme. Il continue à peintre les environs de Crozant jusqu'à sa mort, devenant un des représentants de l'école de Crozant.

Sa femme Catherine meurt en , puis Alfred Smith meurt à Paris le . Il est enterré à Lyon auprès de sa compagne.

Œuvres d'Alfred Smith[modifier | modifier le code]

Alfred Smith a adopté plusieurs styles pendant sa carrière. Il était connu d'abord pour sa maitrise des effets atmosphériques dans ses tableaux de Bordeaux. Ces tableaux étaient exécutés dans son atelier. Par conte, d'autres étaient peints en plein-air, qui lui a valu le surnom du « peintre des sous-bois ».

Après une visite à Venise il adopté un style plutôt impressionniste et à partir de 1912, il évolue vers le fauvisme.

Bordeaux[modifier | modifier le code]

Alfred Smith a peigné une série de quatre tableaux représentant les quais de Bordeaux sous diverses conditions métrologiques.

Il a également peint la « modernité » et l'activité de Bordeaux avec une série de tableaux ou il capte encore les scènes de pluie et du brouillard à Bordeaux.

Extérieurs[modifier | modifier le code]

Venise[modifier | modifier le code]

C'est à l'hiver 1896-1897 qu'il se rend pour la première fois à Venise, ville où il séjournera de nombreuses fois.

En 1896, Alfred Smith avait eu une première « révélation » en séjournant à Venise : ses œuvres italiennes sont déjà marquées par l'impressionnisme.

Smith devint en fait un des spécialistes de l’Italie entre 1900 et 1910. Les œuvres italiennes sont marquées par une intensification de la luminosité qui frappa les contemporains de l’artiste.

Crozant[modifier | modifier le code]

En 1912 Alfred Smith arrive à Crozant, qui fut popularisé par George Sand et attira de nombreux artistes de 1864 à 1920 dont Claude Monet et Armand Guillaumin, aiguillé notamment par Paul Madeline et Eugène Alluaud, ses amis du salon de la société moderne. Ces colonies d'artistes en résidence en Creuse constitue ce qu'on appelle l'école de Crozant, qui s'étire des années 1850 jusqu'aux années 1920.

À partir de son arrivée, et jusqu'à sa mort en 1936, Alfred Smith reviendra chaque année séjourner plusieurs semaines, voire en différentes saisons, dans les gorges de la Creuse. Sa peinture va évoluer vers le fauvisme.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

  • Bordeaux, Musée des beaux-arts :
    • Tramway devant la place des Quinconces (II), 1892
    • Venise matin brumeux, 1912[3] ;
    • Bord de la Creuse à Crozant[4] ;
    • Martigues[5] ;
    • Un Arbre à l'automne[6] ;
    • La Gondole, 1905[7] ;
    • La Meule, 1905[8] ;
    • Bord de rivière[9] ;
    • L'Été, sous-bois, 1891[10] ;
    • Le Père Boyreau au printemps dans la lande brédoise, 1894[11] ;
    • Vue de la Bastide, 1883[12] ;
    • Les Quais de Bordeaux, 1892[13] ;
    • Le Quai de la Grave à Bordeaux (1884)[14].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Mirande, Alfred Smith : le peintre de Crozant, Saint Amand, , 15 p..
  • (en) « Alfred Smith », extrait de la notice dans le dictionnaire Bénézit, sur Oxford Art Online, (ISBN 9780199773787).
  • Olivier Le Bihan (dir.), Alfred Smith 1853-1936 : Un regard sur la vie moderne, Bordeaux, Somogy éditions d'Art et Musée des Beaux-Arts de Bordeaux, , 192 p. (EAN 9782757201602).
  • Musée des beaux-arts de Limoges, La Creuse, une vallée-atelier : itinérances artistiques : Allan Osterlind (1855-1938), Charles Bichet (1863-1929), Eugène Alluaud (1866-1947), Alfred Smith (1854-1936), Limoges, Les Ardents Éditeurs, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Dossier de présentation de l'Exposition : Peinture et société au temps des impressionnistes », sur Musée des beaux-arts de Bordeaux, (consulté le ).
  2. Musée d'art et d'archéologie de Guéret, 2008.0.205
  3. « Venise matin brumeux : Alfred Smith », sur Musée des beaux-arts de Bordeaux (consulté le ).
  4. « Bord de la Creuse à Crozant : Alfred Smith », sur Musée des beaux-arts de Bordeaux (consulté le ).
  5. « Martigues : Alfred Smith », sur http://www.musba-bordeaux.fr/fr (consulté le ).
  6. « Un arbre à l'automne : Alfred Smith », sur http://www.musba-bordeaux.fr/fr (consulté le ).
  7. « La gondole : Alfred Smith », sur Musée des beaux-arts de Bordeaux (consulté le ).
  8. « La meule : Alfred Smith », sur Musée des beaux-arts de Bordeaux (consulté le ).
  9. « Bord de rivière », sur Musée des beaux-arts de Bordeaux (consulté le ).
  10. « Sous bois : Alfred Smith », sur Musée des beaux-arts de Bordeaux (consulté le ).
  11. « Le Père Boyreau au printemps dans la lande brédoise : Alfred Smith », sur Musée des beaux-arts de Bordeaux (consulté le ).
  12. « Vue de la Bastide : Alfred Smith », sur Musée des beaux-arts de Bordeaux (consulté le ).
  13. « Les quais de Bordeaux : Alfred Smith », sur Musée des beaux-arts de Bordeaux (consulté le ).
  14. « Le Quai de la Grave à Bordeaux : Alfred Smith », sur Musée des beaux-arts de Bordeaux (consulté le ).
  15. (en) « Alfred Smith », sur Telfair Museum of Art
  16. (en) Hollis Koons McCullough (dir.), Telfair Museum of Art : Collection Highlights, Savannah, 312 p. (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]