Alfred Gérente

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alfred Gérente
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 47 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Fratrie
signature d'Alfred Gérente
signature

Alfred Gérente (1821-1868) est un sculpteur et peintre verrier parisien.

Notes biographiques[modifier | modifier le code]

Alfred Gérente - frère d’Henri Gérente (peintre verrier) - est né le à Paris, et mort dans cette même ville le . Alfred Gérente apprend la sculpture avec Jean-Jacques Feuchère et Adolphe-Victor Geoffroy-Dechaume, tout en pratiquant occasionnellement la peinture sur verre avec son frère. A la mort de ce dernier, en 1849, il reprend son atelier et élabore, en 1854, sur commande de l’impératrice Eugénie, une verrière pour la chapelle Sainte-Theudosie à la cathédrale d’Amiens. Ce vitrail illustre, en 74 médaillons, la vie de la sainte et montre aussi les donateurs, à savoir l’empereur Napoléon III et son épouse[1].

En 1855, il expose à Paris, dans le cadre de l’Exposition universelle, des projets dans le style du XIIIe siècle. Poursuivant les tâches de son frère Henri, défunt, il restaure des verrières à la basilique Saint-Denis, ainsi que celles de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Alfred Gérente réalise en 1867-1868 pour la cathédrale de Lausanne, dans le bas-côté sud, cinq grands vitraux à médaillons héraldiques évoquant les grandes familles associées à l'histoire du Pays de Vaud[1].

On peut mentionner encore le vitrail de la Résurrection de l’Église Saint-Louis-en-l'Île, toutes les fenêtres de l’église Notre-Dame de Bergerac, vingt-trois fenêtres pour le transept la cathédrale Saint-Front de Périgueux, les fenêtres hautes de la cathédrale Saint-Pierre d'Angoulême.

Alfred Gérente a aussi beaucoup travaillé en Angleterre (Londres, Oxford, Canterbury, Scarborough, Preston, Stafford, Birmingham, Ely, Filby, Bury, Wellington), ainsi qu'en Allemagne (Église Saint-Nicolas de Hambourg) [2]. On trouve de ses œuvres également en Espagne et même aux États-Unis (Baltimore, Philadelphia) et en Russie[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Ulrich Thieme et Felix Becker, Allgemeines Lexikon der bildenden Künstler : von der Antike bis zur Gegenwart, t. 13, Leipzig, W. Engelmann : [puis] E. A. Seemann, 1907-1950 (ISBN 978-3-86502-177-9), p. 290.
  2. Chronique des arts de la curiosité, no 47, 22 novembre 1868, p. 1 (notice nécrologique, par Adolphe Lance).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]