Alfred Drury

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un sculpteur
Cet article est une ébauche concernant un sculpteur.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Alfred Drury
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Mouvement
New Sculpture (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Alfred Drury, né à Islington, borough de Londres, le , et mort à Wimbledon le [1], est un sculpteur britannique, représentatif du mouvement de la New Sculpture (en).

Biographie[modifier | modifier le code]

Bas-reliefs ornant le plein-cintre du fronton du Victoria and Albert Museum à Londres.

À la fin du XIXe siècle, la sculpture anglaise connait un âge d'or avec le mouvement appelé New Sculpture (en), initié par le sculpteur français Jules Dalou, alors réfugié à Londres, qui forme de nombreux élèves à la National Art Training School. Parmi ceux-ci se trouve Alfred Drury, également élève d'Édouard Lanteri. Alfred Drury suit Dalou lorsque celui-ci retourne en France et devient son assistant entre 1881 et 1885, avant de devenir celui de Joseph Boehm, tout en menant sa propre carrière avec succès.

En 1898, il répond à une commande pour le City Square à Leeds : la statue équestre d'Edouard, prince de Galles, dit « le Prince noir » de Thomas Brock, au centre, devait être entourée de statues-lampadaires. Drury réalise deux figures : Le Matin et Le Soir. Le buste Spirit of the night (l'Esprit de la nuit), conservé à Paris au musée d'Orsay, est une reprise tardive d'une première étude pour Le Soir. Les traits du visage rappellent l'art de Dalou, mais les yeux fermés, l'expression concentrée, intérieure, sont typiques du courant symboliste et Art nouveau.

Quatre des huit statues du Vauxhall Bridge à Londres, représentant L'Agriculture, L'Architecture, La Science de l'Ingénieur et La Poterie, sont l'œuvre d'Alfred Drury[2].

Il a été élu membre de la Royal Academy le [3].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chamot, p.157.
  2. Les autres sont de Frederick William Pomeroy.
  3. (en) Fiche sur le site de la Royal Academy of Arts.
  4. (en) «  Griselda, 1896  », notice de la Tate Gallery.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mary Chamot, The modern British paintings, drawings, and sculpture, Londres, Oldbourne Press, 1965, (OCLC 512918)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :