Alfred Cyril Lovesey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Lovesey.

Alfred Cyril Lovesey était un ingénieur anglais qui joua un rôle clé dans le développement des programmes des moteurs Rolls-Royce Merlin[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Lovesey est né le à Hereford. Il est le fils d'Alfred et de Jessie Lovesey[2]. En 1923, Lovesey obtient un Baccalauréat universitaire ès sciences de l'Université de Bristol.

Carrière[modifier | modifier le code]

Cyril Lovesey rejoint le Département Expérimental de Rolls-Royce en 1923, sous la direction d'Ernest Hives et travaille à la fois sur les moteurs de voiture et d'avion.

Lors des courses de 1929 et 1931 de la Coupe Schneider, il est le représentant de la société comme ingénieur pour le moteur Rolls-Royce R lors des essais à Calshot (en).

Lovesey est l'un des promoteurs des essais en vol et créé un centre à cet effet à l'aérodrome de Hucknall où il officie comme ingénieur de développement en vol. Malcolm Campbell utilise également ses services lors de sa tentative de record de vitesse sur terre au volant de sa Bluebird. En 1930, Lovesey décroche son brevet de pilote d'avion.

À la fin des années 1930, il travaille avec d'autres sur le nouveau moteur Rolls-Royce Merlin et juste avant le début de la Bataille d'Angleterre, il est nommé responsable du programme de développement. Il double la puissance de sortie du Merlin tout en augmentant sa fiabilité. Après la guerre, Lovesey adapte le Merlin pour une utilisation civile et se tourne vers le développement du turboréacteur avec son travail sur le Rolls-Royce Avon.

En 1957, Lovesey devient Chef de projet, puis Directeur technique adjoint et membre du directoire de la Aero Engine Division. Il se retire en 1964, mais il est rappelé plus tard avec Arthur Rubbra et Stanley Hooker pour régler les problèmes de développement du turboréacteur Rolls-Royce RB211.

Lovesey meurt en 1976[3],

Honneurs et récompenses[modifier | modifier le code]

Références et sources[modifier | modifier le code]

  1. Alec Lumsden 1994, p. 10.
  2. Recensement de 1901, RG13/2481 Folio 99 Page 5 Hereford
  3. Peter Pugh 2000, p. 310
  4. (en) The London Gazette, (Supplement) no 37412, p. 281, 9 janvier 1946. Consulté le 2014-02-19.
  5. (en) The London Gazette, (Supplement) no 44004, p. 6539, 11 juin 1966. Consulté le 2014-02-19.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Alec Lumsden, British piston aero-engines and their aircraft, Shrewsbury, England, Airlife Publishing, (réimpr. 2003) (ISBN 1-853-10294-6).
  • (en) Peter Pugh, The magic of a name : the Rolls-Royce story, the first 40 years, Cambridge England New York, Icon Books Totem Books, (ISBN 1-840-46151-9)

Autres lectures[modifier | modifier le code]

  • A. A. Rubbra, Rolls-Royce piston aero engines : a designer remembers, Derby, England, Rolls-Royce Heritage Trust, coll. « Historical Series » (no 16), (ISBN 1-872-92200-7 et 9781872922003)

Liens externes[modifier | modifier le code]