Alfred Bäumler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bäumler.
Alfred Bäumler
Otto Wirsching - Porträt Dr. Albin Alfred Bäumler. 1914.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
Alfred BaeumlerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Membre de

Alfred Bäumler, né le à Neustadt an der Tafelfichte (Bohême, aujourd'hui République tchèque) et mort le à Eningen unter Achalm (Bade-Wurtemberg) est un philosophe et pédagogue allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

À partir de 1924, il enseigne à l'université technique de Dresde, d'abord comme maître de conférences non rémunéré. Il devient professeur associé en 1928 et professeur titulaire un an plus tard. À partir de 1933, il enseigne la philosophie et l'éducation politique à Berlin, en tant que directeur de l'Institut de pédagogie politique.

Il déclarait entre autres : « Le juif international usant de la pensée monétaire, s'étant hissé à la domination mondiale, menaçait de détruire tout pouvoir créatif en devenir; le bolchevisme était également sur le point d'anéantir physiquement les nations ou Le combat du Führer contre Versailles était un combat contre le mythe démocratique juif »[1].

Alfred Bäumler est l'un des rares philosophes influents pendant l'ère du Troisième Reich. Il utilise ainsi la philosophie de Friedrich Nietzsche pour légitimer le nazisme. Ses travaux concernant le philosophe ont été après-guerre remis en cause. Ses livres ont été republiés en Italie dans les années 1990 par Edizioni di Ar, une maison d'édition d'extrême-droite.

Références[modifier | modifier le code]

  1. A. Bäumler: 1943 : Alfred Rosenberg und des Mythus des 20.Jahrhunderts, Hoheneichen-Verlag, cité in Max Weinreich et Samuel Kassow (avant-propos) (trad. Isabelle Rozenbaumas, préf. Martin Gilbert.), Hitler et les professeurs : le rôle des universitaires allemands dans les crimes commis contre le peuple juif, Paris, Les Belles lettres, , 393 p. (ISBN 978-2-251-44469-7, OCLC 874842517)

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 1923 : Kants Kritik der Urteilskraft, ihre Geschichte und Systematik, 2 tomes, Halle (Saale), Niemeyer.
  • 1929 : Bachofen und Nietzsche, Zurich, Verlag der Neuen Schweizer Rundschau.
  • 1931 : Die Unschuld des Werdens. Der Nachlass, ausgewählt und geordnet von Alfred Baeumler, Leipzig, Kröner (collection d'écrits de Nietzsche non publiés auparavant).
  • 1931 : Nietzsches Philosophie in Selbstzegunissen. Ausgewählt und herausgegeben von Alfred Baeumler, Leipzig, Reclam.
  • 1931 : Nietzsche, der Philosoph und Politiker, Leipzig, Reclam.
  • 1934 : Männerbund und Wissenschaft, Berlin, Junker und Dünnhaupt.
  • 1937 : Politik und Erziehung. Reden und Aufsätze, Berlin, Junker und Dünnhaupt (discours et essais collectés).
  • 1937 : Studien zur deutschen Geistesgeschichte, Berlin, Junker und Dünnhaupt.
  • 1943 : Alfred Rosenberg und des Mythus des 20.Jahrhunderts, Hoheneichen-Verlag

Sources[modifier | modifier le code]