Alfred Angot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alfred Angot
Charles-Alfred Angot.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activité
Père
Jean-Baptiste Augustin Angot (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Camille-Elisabeth Bacon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Distinctions
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Angot.

Charles Alfred Angot (Paris, -Paris, ) est un physicien, météorologiste et climatologiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Reçu à Polytechnique et à l'École Normale supérieure en 1868, il choisit cette dernière. En 1872, il obtient l'agrégation de physique puis, en 1874 un doctorat de physique et devient professeur de météorologie à l'Institut national astronomique. Il est alors choisi par l'Académie des sciences pour une mission d'observation du passage de Vénus devant le Soleil en Nouvelle-Calédonie.

Parti en compagnie de l'astronome Charles André, de Marseille le 10 juillet 1874 sur le Tigre avec un important matériel des plus perfectionnés fourni par l’École normale, l'Institut de France et le Dépôt de la marine, il arrive à Nouméa le 2 octobre où il est accueilli par le gouverneur Louis Eugène Gaultier de La Richerie qui lui procure des crédits et une main-d’œuvre de forçats.

Angot et André construisent leur observatoire sur un petit plateau au sud de Nouméa qu'ils baptisent Mont Vénus. Après de nombreuses difficultés dues à une importante couche nuageuse, ils parviennent enfin à prendre deux cent quarante clichés.

Lors de son voyage de retour vers la France, Angot passe par les États-Unis où il visite et étudie plusieurs observatoires astronomiques et météorologiques, ce qui lui fait constater le retard de la France dans ce domaine. En 1878, il repart pour les États-Unis et dans les Montagnes Rocheuses observe avec André et Philippe Eugène Hatt le passage de Mercure devant le Soleil.

Nommé professeur au Bureau central météorologique de France en 1879, il en devient directeur en 1908.

On lui doit de nombreuses recherches sur la météorologie et la climatologie de la France.

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Recherches expérimentales d'électricité statique (thèse), 1874
  • L'Astronomie pratique et les observatoires en Europe et en Amérique depuis le milieu du 17e siècle jusqu'à nos jours, 5 vols., 1874-1881
  • Éléments de physique, 1881
  • Traité de physique élémentaire, 1881
  • Origine du ligament noir dans les passages de Vénus et de Mercure, et moyen de l'éviter, 1881
  • Instructions météorologiques, 1891
  • Les Aurores polaires, 1895
  • Premier catalogue des observations météorologiques, faites en France, depuis l'origine jusqu'en 1850, 1895
  • Traité élémentaire de météorologie, 1898
  • Études sur le climat de la France, 1900-1921
  • Abrégé des instructions météorologiques, 1902

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. Mascart, A la mémoire d'Alfred Angot, Bulletin de l'Observatoire de Lyon, vol. 6, p. 41-42 (Lire en ligne)
  • Grand Larousse encyclopédique, vol.1, 1960, p. 414
  • Numa Broc, Dictionnaire des Explorateurs français du XIXe siècle, T.4, Océanie, 2003, p. 47-48 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]