Alfred Agostinelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Agostinelli.
Alfred Agostinelli
Alfred Agostinelli et sa famille vers 1905.jpg
Alfred, debout à droite, avec son père et son frère Émile, vers 1905
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 25 ans)
AntibesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Alfred Agostinelli, né le à Monaco, mort le (à 25 ans) à Antibes, fut le secrétaire de Marcel Proust et l'un des modèles du personnage d'Albertine dans À la recherche du temps perdu.

Le rapport avec Proust[modifier | modifier le code]

La première rencontre entre Proust et Agostinelli a lieu en août 1907 à Cabourg. Agostinelli est chauffeur de taxi, et emmènera Proust visiter la Normandie durant l’été, ainsi que l’été suivant.

En 1913, les deux hommes se retrouvent. Agostinelli a perdu son emploi, et sollicite Proust pour être son chauffeur. L’écrivain ayant déjà un chauffeur, en la personne d’Odilon Albaret, le mari de Céleste, il propose plutôt au jeune homme d’être son secrétaire et lui fait dactylographier ses manuscrits. Agostinelli et sa compagne, Anna Square, s’établissent alors chez Proust.

Les sentiments qu’éprouve Proust pour son secrétaire ne semblent pas payés de retour, et Agostinelli s’enfuit à Monaco, chez son père, en décembre 1913. L’écrivain envoie son ami (et conseiller financier) Albert Nahmias pour lui faire dire qu’il est prêt à payer n’importe quoi pour qu’il revienne. La transaction n’aboutit pas. Sachant Alfred féru d’aviation, Proust envisage de lui acheter un aéroplane, sur lequel il ferait graver les vers d'un sonnet de Stéphane Mallarmé : "Le vierge, le vivace et le bel aujourd'hui...". Mais c’est précisément en avion, le 30 mai 1914, qu’Agostinelli s' écrase pendant son deuxième vol indépendant, au large d’Antibes[1]. La tristesse de Proust s’étale alors dans ses lettres, puis dans son œuvre - il écrira par exemple à son ami Henry Bordeaux : « un être que j’aimais profondément est mort à 26 ans, noyé »[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernd-Jürgen Fischer: Handbuch zu Marcel Prousts "Auf der Suche nach der verlorenen Zeit", p. 24 (en ligne).
  2. Marcel Proust, Lettres, Plon, p. 1172

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]