Alexis de Monicault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alexis de Monicault
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Administrateur, homme politiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

Alexis-Aimé-Joseph de Monicault (né le à Lyon - mort le à Paris), est un haut fonctionnaire et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Petit-neveu du diplomate Jacques-Jean de Monicault de Villardeau et neveu d’Alexis-Antoine Régny, il suit ses études aux collège Henri-IV, au lycée Louis-le-Grand et à la Faculté de droit de Paris[1].

Sous-préfet de Trévoux en 1830 et maître des requêtes au Conseil d’État en 1832, il est nommé préfet de l'Ariège de 1833 à 1835, des Vosges de 1835 à 1838, de l’Eure de 1838 à 1841. Il est également président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure en 1839[1],[2].

De 1841 à 1848, il est préfet de Seine-et-Marne[1],[2]. À ce titre, il est le témoin le 16 avril 1846 d'un attentat sur le roi Louis-Philippe Ier : accompagné de quelques militaires, il suivait la voiture dans laquelle se tenait la famille royale, dans le parc de Fontainebleau lorsque les coups de feu sont tirés. Il participe aux poursuites, à l'arrestation et aux interrogatoires de l'auteur de l'attentat, l'ancien garde forestier Pierre Lecomte[3].

En août 1846, trois députés d'opposition sont élus en Seine-et-Marne, sur les cinq mandats de député de ce territoire, dont deux au nom illustre, Georges Washington de La Fayette, fils du général Lafayette et Oscar du Motier de La Fayette petit-fils de ce même général. À la suite de la révolution de 1848, Louis-Philippe Ier doit abdiquer et fuir en Angleterre. La Deuxième République est proclamée le 24 février 1848. Alexis de Monicault est révoqué et le ministre de l'intérieur du gouvernement provisoire, Alexandre Ledru-Rollin, désigne, pour lui succéder à la tête de ce département sensible, Oscar du Motier de La Fayette[4]. Alexis de Monicault quitte, quant à lui, la capitale pour les terres de ses ascendants dans l'Ain, et, provisoirement, la vie publique.

Durant le Second Empire, installé à Versailleux[5], il reprend un mandat local et devient membre puis vice-président du conseil général de l'Ain[6]. Il est également actionnaire et administrateur d'une compagnie de chemins de fer privée, la Compagnie de Lyon à Genève, en plein essor[7],[8].

Son petit-fils Pierre de Monicault sera maire de Versailleux puis député de l'Ain.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Annuaire historique et biographique des souverains, des chefs et membres des maisons princières, des autres maisons nobles, et des anciennes familles, et principalement des hommes d'État, des membres des chambres législatives, du clergé, des hommes de guerre, des magistrats et des hommes de science de toutes les nations, vol. 1, Parties 1 à 5, (lire en ligne), p. 100.
  • Louis Pierre D'Hozier, Armorial général de France, t. 7 partie 2, imprimerie de Jacques Collombat, , p. 251.
  • Pierre Henry, Histoire des préfets: Cent cinquante ans d’administration provinciale 1800-1950, Nouvelles éditions latines, , p. 153.

Articles connexes[modifier | modifier le code]