Alexis Presse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alexis Presse
Fonction
Abbé
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion
Ordre religieux

Mathurin Presse, en religion dom Alexis Presse, né le à Plouguenast (Côtes-d'Armor) et décédé le à Saint-Brieuc, est un moine cistercien qui fut abbé de Tamié (Savoie) et restaurateur de l'ancienne abbaye de Sainte-Marie de Boquen (Plénée-Jugon, Côtes-d'Armor) en 1936.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une année passée au grand-séminaire de Saint-Brieuc, il entre à l'abbaye de Timadeuc (Morbihan), en février 1903, et fait profession solennelle, cinq ans plus tard, en février 1908. Envoyé à Rome en 1910, il y conquiert un doctorat en Droit canon. Il est ensuite nommé professeur à l'abbaye de Bonnecombe (Aveyron), puis supérieur et abbé de l'abbaye de Tamié (Savoie), à partir de 1923. Il y contribue très efficacement au développement matériel et spirituel du monastère, mais les difficultés rencontrées dans son ministère, compte tenu de ses idées réformatrices — il préconise en effet le retour à l'observance pure et simple de la Règle de saint Benoît et critique sévèrement les observances trappistes qu'il juge « adventices » —, amènent le chapitre général de l'Ordre des Cisterciens réformés (trappistes) à lui retirer sa charge, en septembre 1936.

Prévoyant sa destitution, dom Alexis avait, dès 1934, fait l'acquisition, avec l'aide de sa famille, des ruines de l'abbaye de Boquen (Bod gwenn en breton, « buisson blanc », ou « buisson ardent », c'est-à-dire l'aubépine), envisageant de rebâtir ce lieu et de renouer ainsi avec l'authenticité de la vie monastique de son Ordre. Il s'y installe, d'abord seul, en octobre 1936. D'autre part, très attaché à la culture bretonne, il souhaitait faire de Boquen une sorte de "Solesmes breton", un haut lieu de spiritualité où l'on prierait et chanterait non seulement en latin mais aussi en breton, comme ç'avait été, à l'origine, le projet de l'abbaye de Landévennec, dans le Finistère. C'est dans ce sens qu'il intronise des reliques de saints de Bretagne dans l'abbatiale reconstruite[1].

En 1950, la communauté de Boquen est incorporée au Saint Ordre de Cîteaux (commune observance, l'autre branche de la famille cistercienne), et dom Alexis récupère son titre d'abbé. Après trente années de dur labeur, l'église abbatiale est finalement reconsacrée en 1965.

Durant toutes ces années, la modestie et la bonté de dom Alexis Presse rayonnent dans toute la Bretagne et même au-delà, attirant à Boquen de nombreux visiteurs. Parmi eux, l'écrivain et historien Henri Daniel-Rops, que dom Alexis connaît depuis Tamié, le docteur Alexis Carrel, prix Nobel de médecine, le philosophe Gabriel Marcel, l'aviateur américain Charles Lindbergh, etc., avec lesquels il entretient une intéressante correspondance.

La mauvaise santé de dom Alexis l'oblige cependant à se retirer à Saint-Brieuc en 1964. Lui succède alors le père Bernard Besret, moine de l'abbaye, qui donne une tout autre orientation à la réforme voulue par son abbé. Les moines quittent Boquen l'un après l'autre, et le prieur, qui s'est entre-temps déclaré franc-maçon (Grand Orient de France), transforme le monastère en une espèce de phalanstère autogéré s'inspirant des idées de Mai 68. Il est finalement déposé de sa charge par les autorités de l'Ordre en 1969. L'abbaye de Boquen est elle-même dissoute en 1973.

Dom Alexis Presse était, depuis 1932, membre non-résidant de l'Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon et, depuis 1935, membre de la Société d'histoire ecclésiastique de la France.

La réforme de Boquen a directement inspiré celle de l'abbaye féminine de Sainte-Marie de Boulaur (Gers), restaurée à partir de 1948 par un groupe de moniales bénédictines provenant de l'abbaye de Kergonan (Morbihan), et conduites par la mère Pia Le Thomas (1920-2009), prieure puis abbesse. Ces religieuses s'étaient placées sous la direction spirituelle de dom Alexis Presse. Le monastère de Boulaur, ainsi que sa filiale, le prieuré de Sainte-Marie de Rieunette (Aude), fait aujourd'hui partie du Saint Ordre de Cîteaux.

Travaux publiés[modifier | modifier le code]

1927 : « Un manuscrit des "Fragmenta Gaufridi" », in Saint Bernard et son temps, Dijon, Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, t. 1.

1927 : « La filiation de Clairvaux et l'influence de saint Bernard au XIIe siècle », in Saint Bernard et son temps, Dijon, Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, t. 2.

1927 : Tableau des anciens monastères de l'Ordre de Cîteaux situés en France (réalisation graphique par le père Anselme Dimier), Paris, Art Catholique (reproduit par Marcel Aubert, L'architecture cistercienne en France, t. I, Paris, 1943, p. 18-19, fig. 7).

1927 : « L'église de Tamié », in Mémoires et documents de l'Académie salésienne, Annecy, t. XLV, 1927, p. 1-12.

1928 : L'église de Tamié, Annecy, Impr. commerciale, 14 p., ill.

1929 : Étude sur l'institut juridique du "Père Abbé" ou Père Immédiat, dans l'ordre de Cîteaux, Annecy, Impr. commerciale, 68 p.

1929 : « Le Martyrologe cistercien. Simples notes historiques », Revue Mabillon, Abbaye Saint-Martin de Ligugé, p. [57]-67.

1930 : « Les Observances adventices dans l’Ordre de Cîteaux », Revue Mabillon, Abbaye Saint-Martin de Ligugé, [225]-241.

1931 : « L'Abbé de Rancé a-t-il voulu fonder une observance particulière ? », Revue Mabillon, Abbaye Saint-Martin de Ligugé, p. [49]-60.

1932 : La Réforme de Cîteaux. Discours de réception du Très Révérend Père Dom Alexis Presse, Abbé de Tamié, Dijon, Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon.

1932 : « Une école de sainteté chez les Cisterciens », La Vie Spirituelle, Supplément, t. 32, p. [94]-106.

1933 : Bernard Ier de Maurienne, Belley, Impr. de A. Chaduc, 15 p.

1934 : « Les Moniales cisterciennes réformées », Revue Mabillon, Abbaye Saint-Martin de Ligugé, t. 24, 1934, p. [1]-42.

1934 : Les Moniales cisterciennes réformées, Rodez, Impr. Carrière, 42 p.

1934 : « Notes sur le culte liturgique rendu à S. Étienne Harding dans l'Ordre de Cîteaux », Cistercienser Chronik, t. 46, p. [105]-108.

1934 : « Saint Étienne Harding », Collectanea Cisterciensia, p. [21]-30, [85]-94.

1936 : « La misère et nous », La Vie Spirituelle, t. 47, nº 2, p. 189-192.

1936 : « Le métier de contemplation », Chronique de Tamié.

1936- : Chronique de Boquen (N° 1, Noël 1936 ; n'a pas paru entre le n° 15 [Trinité 1940] et le n° 16 [Noël 1945] ; n'a pas paru en 1960).

1937 : L'Abbaye de Boquen de l'Ordre de Cîteaux en Plénée-Jugon (Côtes-du-Nord), Rennes, Imprimerie de L'Ouest-Éclair, 44 p., ill.

1938 : « Le métier de contemplation », La Vie Spirituelle, t. 54, nº 1, p. [5]-29.

1947 : Esquisse de l'Ordre cistercien, Saint-Brieuc, Les Presses bretonnes.

1947 : Les plus beaux écrits de Saint Bernard, introd. historique de Daniel-Rops, Paris, La Colombe-Éditions du Vieux Colombier, 219 p.

1947 : Une école de sainteté chez les Cisterciens (ad usum privatum), 50 p.

1954 : A l'école de saint Benoît, Paris, Le Rameau, 64 p.

1954 : « Notes et documents sur les derniers temps de l’Abbaye de Cîteaux », Analecta SOC, t. 10, p. [169]-207.

1954 : « Un prieur de Cîteaux au XVIIe siècle : Dom Moreau », Dijon, Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, p. [74]-84.

1956 : « Aperçu sur les derniers temps de l’Ordre cistercien en France avant la Révolution », Revue Mabillon, Abbaye Saint-Martin de Ligué, p. [183]-199.

1957 : Abbaye de Boquen en Plénée-Jugon (Côtes-du-Nord), Chateaulin, Éditions d'art Jos Le Doaré, 15 p., ill.

1958 : « Une abbaye vieille de huit siècles », in Le message des moines à notre temps. Mélanges offerts à dom Alexis abbé de Boquen, Paris, Fayard, p. [33]-42.

1958 : « Histoire d'une résurrection », in Le message des moines à notre temps. Mélanges offerts à dom Alexis abbé de Boquen, Paris, Fayard, [43]-48.

1958 : « Le métier de contemplation », in Le message des moines à notre temps. Mélanges offerts à dom Alexis abbé de Boquen, Paris, Fayard, [121]-138.

1959 : En la escuela de san Benito ; presentación por Dom Edmundo Garreta, abad de Poblet, [Espluga de Francolí], Abadía de Poblet.

1960 : Boquen en Plénée-Jugon (Côtes-du-Nord), Paris, Imprimerie Jeanbin, 31 p., ill.

1960 : « La « Restauration » de la Semaine Sainte au Rite cistercien réformé », Revue Mabillon, Abbaye Saint-Martin de Ligugé, p. [173]-183.

Outre ses travaux proprement historiques ou doctrinaux, dom Alexis Presse a rédigé diverses préfaces (voir catal. de la Bnf), notamment celle, en 1949, de l'édition posthume d'un ouvrage d'Alexis Carrel : Le Voyage de Lourdes.

Dom Alexis Presse est aussi l'auteur d'une étude sur l'abbaye bretonne de Notre-Dame de Coatmalouen, à laquelle il s'était intéressé avant Boquen : Koad-Maloen : abati sistersiat : notenn war an abati gant abad Tamie / brezhoneg gant J. Kergrist ; [luc'hskeudennoù A. Garandel],  [Tréguier] (J. Lec'hvien), 1993 (avec la collab. d'Albert Loyer)[2].

Hommage[modifier | modifier le code]

Plusieurs villes de Bretagne ont donné le nom de dom Alexis Presse à une voie publique ; on peut citer notamment Plénée-Jugon (Boquen), Quintin, Rohan (Timadeuc) et Saint-Brieuc[3].

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « DOM ALEXIS PRESSE, MOINE DEFRICHEUR, MOINE BATISSEUR », sur AR GEDOUR MAG, (consulté le 23 mars 2015)
  2. Notice de la Bibliothèque nationale de France : Koad-Maloen : abati sistersiat : notenn war an abati gant abad Tamie / brezhoneg gant J. Kergrist ; [luc'hskeudennoù A. Garandel]. - [Tréguier] : An Tour-Tan, DL 1993. - 1 vol. (32 p.) : ill., couv. ill. ; 21 cm.
  3. Les noms qui ont fait l'histoire de Bretagne

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Salmon-Legagneur (dir.) et al. (préf. Yvon Bourges, anc. ministre, prés. du conseil régional de Bretagne), Les noms qui ont fait l'histoire de Bretagne : 1 000 noms pour les rues de Bretagne, Spézet, Coop Breizh et Institut culturel de Bretagne, , 446 p. (ISBN 978-2-84346-032-6), p. 25-26.
  • Daniel-Rops, L'âme obscure, Paris, Plon, 1929.
  • Augustin-Jean Maydieu, « La contemplation à l'école de saint Bernard », La Vie Spirituelle, t. 49, nº 1, 1936, p. [328]-332.
  • Béla Just, Les illuminés : roman, Paris, Éditions du Seuil, 1948.
  • Collectif, Le message des moines à notre temps. Mélanges offerts à dom Alexis abbé de Boquen, Paris, Fayard, 1958 (articles de Daniel-Rops, Thomas Merton, dom Jean Leclercq, Louis Bouyer, Bernard Besret, Gustave Thibon, Jean Guitton, etc.).
  • Boquen, consécration de l'église abbatiale, 22 août 1965. Hommage à Dom Alexis, 1er novembre 1965, 26 décembre 1883, Rennes, Association de Boquen, 1966.
  • Marc Dem, lI faut que Rome soit détruite, Albin Michel, 1985.
  • André Fracheboud, « PRESSE (ALEXIS), cistercien, 1883-1965 », Dictionnaire de Spiritualité, t. 12, Paris, Beauchesne, 1986, col. 2168.
  • François Lancelot, Boquen, 1936-1965. Réponse à une question, s.l. (Bannalec), 1987.
  • Gérard Leroux, « A propos de Boquen », Cîteaux. Commentarii cistercienses, t. 41, 1990.
  • Xavier Henry de Villeneuve, Boquen. Dom Alexis Presse, Saint-Brieuc, Les Presses Bretonnes, 1996.
  • Tony Ballaster, François Gorin, Bruno Vienne, Dom Alexis, le chant des pierres, 1 DVD vidéo : coul. (PAL), son, [Rennes] : Candela productions, 2015.
  • Béatrice Lebel, Boquen entre utopie et révolution 1965-1976, Rennes, PUR, coll. « Histoire », préface d’Étienne Fouilloux, postface de Bernard Besret, 2015, 394 p.
  • Frédéric Le Moigne, « Boquen entre utopie et révolution 1965-1976 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 123-1, 2016, p. 221-223.

Liens externes[modifier | modifier le code]