Alexis Lacroix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lacroix.
Alexis Lacroix
Description de cette image, également commentée ci-après
Alexis Lacroix en 2014, par Hannah Assouline.
Naissance 23 février 1973
Nationalité Française
Profession
Journaliste
Activité principale
Essayiste

Alexis Lacroix est un journaliste, éditorialiste, essayiste et historien des idées français.

Il a été directeur adjoint de la rédaction de l'hebdomadaire Marianne et responsable des Séminaires de La Règle du jeu.

Depuis novembre 2016, il est directeur délégué de la rédaction de l'Express, chargé de la culture (Livres, Arts-spectacles, "Styles de") et des Idées.

Biographie[modifier | modifier le code]

Germaniste de formation, critique littéraire auprès de Michel Field au sein de l'émission Field dans ta chambre sur la chaîne de télévision Paris Première, journaliste aux pages « Débats » du Figaro de 2000 à 2007, chroniqueur sur RCJ où il anime aussi, depuis début 2009, une émission d'histoire avec Alexandre Adler (Planisphère), il a publié un premier essai intitulé Le Socialisme des imbéciles et sous-titré Quand l'antisémitisme redevient de gauche, paru aux éditions La Table Ronde en 2004, réédition Biblio-Essais.

Il a ensuite dirigé le service culturel puis les pages Idées et « Cartes blanches » de l'hebdomadaire Marianne tout en occupant les fonctions de rédacteur en chef adjoint[1], puis de conseiller éditorial, du Magazine littéraire. Auteur d'un livre d'entretiens avec la philosophe Blandine Kriegel (Querelles françaises, Grasset, 2008), il a collaboré régulièrement aux émissions Tout arrive et Jeux d'épreuves sur France Culture et présenté une chronique Idées dans le 6-7 de France Culture, Pas la peine de crier.

Le 30 août 2011, il a rejoint France Inter, dans l'émission Les Affranchis présentée par Isabelle Giordano et, depuis le , dans l'émission Clara et les chics livres, présentée par Clara Dupont-Monod.

Il a par ailleurs créé avec Bernard-Henri Lévy, au printemps 2011, les Séminaires de La Règle du jeu, qui se tiennent chaque semaine, à Paris, au Cinéma Saint-Germain, et sont retransmis sur le site de la revue, www.laregledujeu.org.

Libéral affirmé, voire « aronien » selon des observateurs (Emmanuel Lemieux dans son livre Pouvoir intellectuel, Denoël), Alexis Lacroix préparerait entre autres un essai sur la pensée de son ami, le philosophe Alain Finkielkraut[réf. nécessaire].

À partir de mars 2013, il anime sur RCJ avec Alexandre Adler un panorama hebdomadaire de l'actualité internationale (Géopolitiquement incorrect). Également sur RCJ, il intervient chaque semaine aux côtés de Josyane Savigneau dans la Chronique des livres. Il écrit régulièrement dans L'Arche, le magazine du judaïsme français, et, un temps, dans les pages Idées du Point.

De 2011 à 2014, il a été l'un des conseillers du président du CNL (Centre national du livre).

Il intervient régulièrement sur BFM-TV (Week-end Direct) ainsi que sur France Info et France Culture (Avis critique) et, depuis juin 2017, sur le FigaroLive et sur i24news.

Il est membre du comité de rédaction de la revue Le Droit de Vivre, éditée par la LICRA. Il anime le cycle de débats consacré à l'histoire de l'immigration au Musée de l’histoire de l’immigration de la Porte dorée, en partenariat avec la Fondation Jean-Jaurès.

Lié au criminologue Alain Bauer[réf. nécessaire], il préside le jury 2017 du prix de la Laïcité aux côtés de l'ancien Grand maître du Grand Orient de France, Patrick Kessel, président du Comité Laïcité République.

Prises de position[modifier | modifier le code]

En 2017, il prépare aussi un essai aux éditions de l'Observatoire sur la signification philosophique de l'affaire Dreyfus, où il salue le courage de l'ancien premier ministre, Manuel Valls, face au « néo-antisémitisme », à ses « agitateurs » et ses « entrepreneurs de haine ». Il s'y réclame d'une triple fidélité, « républicaine, clémenciste et sioniste ».

Évoquant, toujours dans ce livre, une nouvelle "drumontisation des esprits", il retrace l'influence considérable du polémiste Edouard Drumont, à la fin du XIXe siècle[2], et il le qualifie d'"artificier des passions atroces" (J'accuse, éditions de l'Observatoire, janvier 2018, p. 33).

Publications principales[modifier | modifier le code]

  • Le socialisme des imbéciles, biblios-essais 2007.
  • Querelles françaises, avec Blandine Kriegel, Grasset, 2008.
  • J'accuse!... 1898-2018, permanences de l'antisémitisme, éditions de l'Observatoire, 2018.
  • La Règle du Jeu, no 61, 2016, « Dossier Elie Wiesel », avec les contributions de Manuel Valls, Émilie Frèche, Bernard-Henri Lévy…
  • Postface au Dictionnaire Rosenzweig, sous la direction de Salomon Malka, éditions du Cerf, 2016.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]