Alexis Jacques André Grüss

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alexis Grüss et Alexis Grüss.
Alexis Jacques André Grüss
Alexis Jacques André Grüss (2010).jpg
Alexis Jacques André Grüss en 2010.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (75 ans)
BartVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions

Alexis Jacques André Grüss , né le , à Bart, est un artiste et directeur de cirque français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alexis Grüss est le fils de Théophile dit André (Dédé) Grüss (né le à Lunéville et mort le à Paris), artiste de cirque, et de Hélène dite Maud Lautour (né le et morte le à Paris)[1].

Alexis Grüss est un artiste de cirque qui a été formé dès l'âge de sept ans par son père André et son oncle Alexis au cirque familial.

Au cours de sa carrière, il s'est essayé à toutes les disciplines des arts du cirque : trapéziste, écuyer voltigeur, clown, musicien.

Directeur de cirque dès l’âge de 27 ans, il créé sa compagnie en montant un spectacle le dans la cour de l'Hôtel Salé (devenu par la suite le Musée Picasso) à Paris, afin de fêter le bicentenaire de l’arrivée dans la capitale de Philip Astley, l’inventeur du cirque. Le Cirque à l'ancienne qui mélange deux traditions, celle des arts équestres et celle des saltimbanques, est accueilli par la comédienne Silvia Monfort, alors directrice du centre culturel du Carré Thorigny, a été élevé, en 1982, au statut de Cirque National[2].

La même année, il est le cofondateur avec Silvia Monfort de la première école de cirque en France, l'École au Carré, qui ouvre le .

En 1981, il obtient le Grand Prix national du cirque, décerné par le ministère de la Culture en France.

Il est également le créateur de la Biennale du cirque, à Lyon, en 1995.

En 2001, le Clown d'Or, distinction suprême du Festival international du cirque de Monte-Carlo, lui est attribué.

Alexis Gruss, Maître Ecuyer internationalement reconnu, est un artiste aux talents multiples : clown (blanc), il a été entre autres partenaire de son père, le célèbre auguste Dédé Gruss. Musicien, c’est un saxophoniste qui forme un jazz band avec ses fils Stephan à la trompette, et Firmin au trombone, et ses petits fils Alexandre à la guitare, Charles à la batterie, Louis au saxophone et Joseph à la trompette.

Famille[modifier | modifier le code]

Il s'est marié le à Camilla dite Gipsy Bouglione, fille du dompteur Firmin Bouglione, et elle-même artiste de cirque aux multiples talents (fil-de-fériste, jongleuse, etc.). Alexis et Gipsy ont eu quatre enfants : Stephan (né le ), Armand (-), Firmin (né le ) et Maud (née le ).

Stephan Grüss est marié à Nathalie Figuier, et le couple a quatre garçons : Charles et Alexandre (nés le ), Louis (né le ) et Joseph (né le ).

Firmin Grüss a deux filles : Jeanne, née le , et Célestine, née le .

Maud Grüss s'est mariée, le avec Tony Florees. Le couple a deux filles: Gloria, née le et Venicia, née le .

Il est le cousin d'Arlette Gruss.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le Cirque National Alexis Grüss[modifier | modifier le code]

Alexis Grüss est le créateur de nombreux spectacles dont des représentations ont été données hors de la capitale française dans divers pays européens.

Depuis 1994, le Cirque national Alexis Grüss s'installe au Château de Crochans à Piolenc pendant tout le printemps et l'été.

Spectacles[modifier | modifier le code]

  • 1974 : la première du « Cirque à l'ancienne » dans la cour de l'Hôtel Salé à Paris, le
  • de 1975 à 1979 : les créations ne portent pas de titre. En 1976, le chapiteau est installé sur le parvis du Centre Georges-Pompidou à Paris.
  • 1980 : Le Cirque commence à cheval
  • 1984 : Hommage aux banquistes
  • 1985 : Paris-Pékin
  • 1986 : De Lautrec à Picasso
  • 1987 : La Merveilleuse histoire du cirque
  • 1988 : 1789-1989
  • 1989 : Le Cirque et la chanson française
  • 1990 : Paris-Varsovie
  • 1991 : Vénerie et clownerie
  • 1992 : Génération Grüss
  • 1993 : 20 ans déjà
  • 1994 : Instants de cirque
  • 1995 : Le Cirque fait son cinéma
  • 1996 : L'Héritage du savoir-fer
  • 1997 : Circassiens
  • 1998 : Traits, nobles et banquistes
  • 1999 : Viens voir les équestriens
  • 2000 : Impulsion
  • 2001 : Impulsion 2
  • 2002 : Cheval et Musique sur tous les airs
  • 2003 / 2004 : Tel maître tel cirque
  • 2005 : Impressions sur la sciure
  • 2006 : Allegro Sportissimo
  • 2007 : Orchestra
  • 2008 : Gipsy
  • 2009 : Pampa
  • 2010 : Melody
  • 2011 : Empreintes
  • 2012 : Ellipse
  • 2013 : Silvia
  • 2014 / 2015 : Pégase et Icare
  • 2016 / 2017 : Quintessence
  • 2018 / 2019 : Origines

Représentations à l'étranger[modifier | modifier le code]

  • 1978 : au Festival d'automne de Berlin (Allemagne)
  • 1981 : à la Biennale du théâtre de Venise (Italie)
  • 1984 : à Furwick (Suède)
  • 1986 : au Circus Krone Bau de Munich (Allemagne)
  • 1989 : au Festival d'Avignon
  • 1997 : au Cirque Royal de Bruxelles

Cinéma[modifier | modifier le code]

Alexis Grüss a aussi participé au film de Claude Lelouch Itinéraire d'un enfant gâté en 1988.

Drame en 2001[modifier | modifier le code]

Le réalisateur de télévision Claude Santelli est mort le , trois mois après un accident survenu sous le chapiteau du Cirque National Alexis Grüss en , lors d'une des dernières répétitions de La Flûte enchantée. Une éléphante, Synda, attrapa Claude Santelli d'un mouvement habituel et joueur par le bas de son manteau de cuir ouvert. Le réalisateur, n’ayant pas vu le socle de bois sur lequel reposait l'animal (socle le protégeant de l'humidité et du froid), a manqué la marche. Sa chute, engendrant une brusque poussée vers le bas, a provoqué une réaction instinctive de l'éléphante qui a tiré vers le haut, accentuant de la sorte la violence de la chute[3].

Auteur[modifier | modifier le code]

  • 2017: Ex Ducere, avec Firmin Gruss, publié aux Éditions universitaires d'Avignon, collection Entre-Vues.
  • 2018: Se Ducere, avec Firmin Gruss, publié aux Éditions universitaires d'Avignon, collection Entre-Vues.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Robert Levy, Les clowns et la tradition clownesque, La Gardine, , p. 311
  2. « Gruss, cirque national », Jean-Pierre Thiollet, Le Quotidien de Paris, 18 avril 1982.
  3. Récit rapporté par Alexis Grüss dans l'émission Tête à Tête du 1er janvier 2012 de Frédéric Taddeï.

Liens externes[modifier | modifier le code]