Alexis II de Trébizonde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alexis II de Trébizonde
Alexios II of Trebizond cropped.png
Fonction
Empereur de Trébizonde (d)
-
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
Αλέξιος Β΄ Μέγας ΚομνηνόςVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
DirigeantVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Fratrie
Conjoint
Jiajak Jaqeli (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Arms of the emperors of Trebizond (A).jpg
blason

Alexis II de Trébizonde (en grec : Αλέξιος Β΄ Μέγας Κομνηνός, Alexios I Megas Komnēnos ; né en 1282, mort le ) est empereur de Trébizonde du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Alexis II Comnène est le fils aîné de Jean II de Trébizonde et de son épouse Eudoxie Paléologue. Il succède à son père le sous la tutelle de son oncle maternel, l’empereur Andronic II Paléologue.

Le jeune Alexis II se libère rapidement de l’emprise byzantine en refusant l’épouse grecque, fille de Nicéphore Choumnos, qu’Andronic II lui destine, et épouse une princesse géorgienne de son choix.

Les Turcs sont défaits en 1302 puis repoussés en 1319-1320 lorsqu’ils viennent assiéger Cérasus et Sinope. Alexis II entre également en conflit avec Gênes en refusant d’accorder aux marchands génois les exemptions de taxes sur les marchandises qu’ils avaient obtenues de l’Empire byzantin. L’affaire dégénère en un conflit sanglant au cours duquel les établissements commerciaux des Génois sont brûlés; ce conflit se termine par la signature en 1314 et 1316 d’accords avec Gênes.

Sous le règne d’Alexis II Comnène, Trébizonde connaît une grande prospérité. Sa disparition le , de la peste bubonique, inaugure une période de lutte pour le pouvoir, rythmées par de nombreuses usurpations pendant une vingtaine d’années. Son oraison funèbre est prononcée par Constantin Loukitès.

Famille et descendance[modifier | modifier le code]

Alexis II Comnène a épousé Djiadjak, une fille de Bekha Ier Djakeli, « atabeg » du Samtskhé, et a eu six enfants :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Diehl, René Grousset, Rodolphe Guilland et Lysimaque Oeconomos, L'Europe orientale de 1081 à 1453 (Histoire générale, histoire du Moyen Âge, IX/1.) Presses Universitaires de France, Paris, 1945.
  • (de) Jakob Philipp Fallmerayer, Geschichte des Kaiserthums von Trapezunt, Munich, 1827 [lire sur Google Livres].