Alexeï Souvorine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alexeï Souvorine
A s suvorin.jpg

Souvorine à la fin de sa vie

Biographie
Naissance
Décès
Pseudonymes
Василий Марков
А. И—н
А. Бобровский
НезнакомецVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjoint
Anna Ivanovna Souvorine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Boris Alexeievitch Souvorine (d)
Mikhail Suvorin (d)
Alexei Suvorin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
signature d'Alexeï Souvorine

signature

Alexeï Sergueïevitch Souvorine (en russe : Алексей Сергеевич Суворин), né le 11 septembre 1834 ( dans le calendrier grégorien) dans le village de Korchevo dans le gouvernement de Voronej et mort le à Tsarskoïe Selo, est un éditeur, critique théâtral et journaliste russe d'opinion libérale qui exerça une profonde influence sur la vie littéraire de l'Empire russe au tournant du siècle.

Fils d'un capitaine russe[1], blessé à Borodino, Alexeï est l'aîné d'une fratrie de neuf enfants, trois garçons et six filles. Il entre dans le Corps des cadets de Voronej jusqu'en 1851, puis, sera élève de l'École d'artillerie Constantin. Après une brève carrière dans les sapeurs, il passe le concours d'enseignants et travaille dans les écoles de Bobrov et de Voronej.

Souvorine collabore avec la revu Birzhevye vedomosti («Биржевые ведомости») à partir de 1875, puis devient le propriétaire du quotidien Novoïé Vrémia (Temps nouveau), avec Vladimir Likhatchiov, en 1876. Il évolue graduellement vers des opinions patriotiques qui se reflètent sur les pages du périodique. Sous sa direction Novoïé Vrémia acquiert une réputation du journal réactionnaire. Les articles de Victor Bourénine qui se livre aux attaques antisémites, notamment concernant l'affaire Dreyfus, y contribuent grandement.

En 1901, Souvorine participe à la fondation du groupe nationaliste et monarchiste Rousskoe sobranie (Русское собрание) dont les idées plus tard sont reliées par l'Union du peuple russe.

Mort à Tsarskoïe Selo, il est enterré au cimetière Saint-Nicolas de Saint-Pétersbourg.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Noblesse personnelle, assimilée en 1832 à la citoyenneté d'honneur héréditaire.

Liens externes[modifier | modifier le code]