Alexeï Orlov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Orlov.

Alexeï Grigorievitch Orlov
Alexeï Orlov

Naissance 5 octobre 1737
Décès 5 janvier 1808
Origine Russe
Allégeance Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Commandement Commandant des forces navales russes
Conflits guerre russo-turque de 1768-1774
Distinctions Ordre de Saint-André,
Ordre impérial et militaire de Saint-Georges

Le comte Alexeï Grigorievitch Orlov, ou Orloff selon la transcription d'avant 1960, (24 septembre 1737 ( dans le calendrier grégorien)-24 décembre 1807 ( dans le calendrier grégorien)) était le commandant des forces navales russes. Il participa, avec son frère Grigori Orlov, au complot contre Pierre III de Russie, en 1762 (peut être étranglé par Alexeï Orlov dans des circonstances mystérieuses). Son frère, Fiodor, était haut-procureur du sénat.

Il enlève en 1775 à Livourne sur l'ordre de l'impératrice Catherine II, la princesse Tarakanova, qui prétendait être la fille de l'impératrice Élisabeth Ire et de son amant Alexis Razoumovski.

Biographie[modifier | modifier le code]

Officier[modifier | modifier le code]

Il fait partie des plus fidèles partisans de l'impératrice Catherine II. Avec ses frères, il a pris une part déterminante au coup d'État qui l'a menée au trône. On suppose que c'est lui qui s'est empressé d'informer Catherine de l'arrestation d'un des conspirateurs, Piotr Passek (ru)[1], ce qui a conduit celle-ci à agir immédiatement. En récompense, la nouvelle impératrice le gratifie de 800 serfs, du grade de lieutenant-colonel dans le régiment Préobrajenski, de l'Ordre de Saint-Alexandre Nevski, et, conjointement avec ses frères, du village d'Obolenskoïe (Ilinskoïe) dans l'ouïezd de Serpoukhov, avec 2 929 serfs, ainsi que du titre de comte de l'Empire russe. Par la suite, les frères Grigori et Alexeï reçoivent encore d'autres propriétés, et, après avoir échangé l'ensemble contre des villages du domaine de la cour, ils deviennent propriétaires de 9 571 serfs[2]. Grigori Orlov est alors le favori officiel de l'impératrice, et Alexeï exerce par son intermédiaire une grande influence sur les affaires de l'État.

Pendant la guerre russo-turque de 1768-1774, Alexeï Orlov remporte une victoire décisive lors de la bataille de Tchesmé, et participe aux négociations de Focșani, qui sont rompues (selon certains témoignages, en raison de son impatience et de son impétuosité, selon d'autres, parce que les Turcs cherchent à gagner le temps nécessaire pour réarmer et pour préparer une nouvelle offensive)[3],[4]. Il est à partir de 1769 à l'étranger, commandant l'expédition des frères Orlov en Méditerranée. Il participe ensuite au congrès de Bucarest, qui doit discuter des conditions de la paix, mais qui, à nouveau, se termine sans résultat. L'escadre russe arrive à Livourne en 1771, où une base pour la flotte russe a été créée. Orlov continue son action militaire, et se rend de temps en temps à Moscou et à Saint-Pétersbourg. En 1772, après que son frère Grigori a perdu la place de favori, son influence à la cour diminue significativement. Quand Grigori Potemkine succède au faible Aleksandr Vassiltchikov, elle devient pratiquement nulle. Les ennemis d'Orlov, reprenant immédiatement l'offensive, s'efforcent de s'en débarrasser définitivement. Ils dénoncent à l'impératrice les dangers que représentent pour elle les trois frères, mécontents d'avoir perdu leur influence. Leurs intrigues vont jusqu'à envoyer plusieurs fois à Orlov des provocateurs le poussant à intervenir contre l'impératrice ; ainsi, quelque temps avant l'arrivée de la princesse Tarakanova, une certaine dame de Paros, ne donnant pas son nom dans sa lettre, s'efforce de le pousser à la trahison.

Enlèvement de la princesse Tarakanova[modifier | modifier le code]

Éleveur[modifier | modifier le code]

Gravure du XIXe siècle représentant le comte Orlov et son cheval Bars Ier

Le comte Orlov était un grand passionné de chevaux et d'élevage dans ces domaines.

  • Il croise en 1777 son étalon arabe avec une jument flamande et obtient ainsi un poulain qu'il nomme Polkan. Celui-ci croisé à son tour, avec une jument flamande noire, donne naissance à Bars Ier, que l'on considère comme le fondateur de la race des trotteurs Orloff.
  • Il est aussi à l'origine de la poule Orloff et de là race de chevauxOrlov-Rostopchin.

Famille[modifier | modifier le code]

Le comte Orlov épousa la princesse Eudoxie Nikolaïevna Lopoukhine (1761-1786) qui lui donna:

  • Anne (1785-1848)
  • Ivan (1786-1787)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (ru) И. Курукин (I. Kouroukine), Княжна Тараканова [« La Princesse Tarakanova »], Moscou, Молодая гвардия, coll. « Жизнь замечательных людей (Vie des hommes remarquables) »,‎ , 262 [10] p. (ISBN 978-5-235-03405-1). 


Références[modifier | modifier le code]

  1. (ru) « Пассек Петр Богданович - Биография » [« Passek Petr Bogdanovitch - Biographie »], sur biografija.ru (consulté le 21 juin 2018).
  2. Курукин (Kourikine) 2011, p. 156-157.
  3. « Орлов-Чесменский Алексей » [archive du ], 2/18 (consulté le 21 octobre 2012)
  4. (ru) « Биографии - Орлов-Чесменский Алексей (1737-1807) » [« Biographie - Orlov-Tchesmenski Alekseï (1737-1807) »], sur wars175x.narod.ru (consulté le 21 juin 2018)