Alexandru Roman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alexandru Roman
Alexandru Roman.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Aușeu (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de

Alexandru Roman, né le à Aușeu dans la principauté de Transylvanie et mort en septembre 1897 à Sebeș, est un homme politique, enseignant, académicien et journaliste hongrois d'origine roumaine.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Alexandru Roman a fait ses études à Beiuș et à Oradea, villes situées dans la principauté de Transylvanie sous le contrôle de l'empire des Habsbourg. Le territoire est peuplé de Hongrois et de Roumains. Il a fréquenté l'université de Vienne, où il a étudié la philosophie, les mathématiques et la théologie. Il a été professeur à l'école secondaire roumaine de Beiuș. Il fut le premier professeur à enseigner en langue roumaine dans le territoire hongrois de la Transylvanie.

En 1851, il devint professeur de l'Académie roumaine de droit à Oradea, et de 1862 jusqu'en 1867, il fut professeur de langue roumaine à l'Université de Budapest. Roman d'Alexandre a été l'un des fondateurs du Département de langue et littérature roumaine à l'Université hongroise.

Sociétés savantes[modifier | modifier le code]

Alexandru Roman fut membre de plusieurs sociétés savantes. En 1851, il a été parmi les organisateurs de la « Société roumaine Junimea Leptura Studioase », puis en 1862, d'organisateur de la « Société Petru Maior ».

En 1866, il a été parmi les membres fondateurs de la « Société littéraire roumaine », qui devint plus tard l'Académie roumaine.

Journalisme[modifier | modifier le code]

Il a été rédacteur en chef du journal Concordia (fondée à Budapest en 1861) et fondateur du journal Federațiunea (1868-1876).

Politique[modifier | modifier le code]

Alexandru Roman a subi de nombreuses persécutions politiques des autorités hongroises pour avoir ouvertement défendu la cause des Roumains de Transylvanie. Il publie des articles polémiques contre le régime de l'Autriche-Hongrie. En 1868, un article particulièrement virulent le fait condamner en 1870 à un an de prison au centre pénitentiaire de Vác.

Entre 1865 et 1888, il a été membre du Parlement hongrois de Budapest où il a défendu les droits des Roumains de Transylvanie.

Liens externes[modifier | modifier le code]