Alexandre de Sève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alexandre de Sève est un magistrat et administrateur français, né vers 1605, mort à Saint-Germain-en-Laye le . Il a été enterré dans l'église de Saint-Germain-l'Auxerrois.

Il est le fils de Guillaume de Sève, seigneur de Saint-Julien, maître des requêtes au Parlement de Paris, trésorier de l'Épargne, et de Catherine Catin dont il eut Claude, Antoine, Alexandre et Jean. Antoine fut abbé de Notre-Dame des Îles en Barrois. La famille de Sève est originaire de Chasselais, dans le Rhône, et dont une branche, après s'être installée à Lyon au XVe siècle, est venue à Paris.

Il est seigneur de Chatignonville (91) et de Châtillon-le-Roy, dans le Loiret.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est maître des requêtes ordinaire de l'Hôtel du roi le , secrétaire du Cabinet du roi (1626-1628), conseiller au Grand Conseil, colonel de la garde bourgeoise du quartier de Saint-Germain-des-Prés le , intendant du Dauphiné dès le , conseiller d'État le , conseiller d'honneur au parlement en 1653.

Le , il est élu prévôt des marchands de Paris pour l'année 1655-1656, puis réélu ensuite à trois reprises pour 1657-1658, 1659-1660 et 1661-1662. Dans ses fonctions, il fait réparer le pont de la Tournelle en 1656 et reçoit la reine Christine de Suède en . Il est représenté sur un tableau de Philippe de Champaigne se trouvant au Musée du Louvre[1].

Il est conseiller au Conseil royal des finances le .

Descendance[modifier | modifier le code]

Il s'est marié le avec Marie-Marguerite Guillemette de Rochechouart (branche de Chandeniers en Loudunais-Jars et Bréviande en Berry ; décédée en ), dame de Châtillon-le-Roy, fille unique de Guy II de Rochechouart, seigneur de Châtillon-le-Roi, et de Louise d'Estampes, dont il eut Guillaume, Guy, Jean, Claude-Marguerite, de la branche des Sève de Rochechouart[2].

  • Guillaume de Sève (1638-)[3], seigneur de Châtillon-le-Roy, Izy et Grigneville, conseiller au Châtelet puis au Grand Conseil, maître des requêtes de l'Hôtel du roi en 1665, il a été intendant de Haute-Guyenne (1669-1672), intendant de Guyenne, commissaire départi pour l'exécution des ordres du roi dans la généralité de Bordeaux et pays de Béarn (1673-1678), premier président au parlement de Metz le , enfin intendant à Metz où il meurt en charge. Il s'est marié avec Anne Leclerc de Lesseville (décédée le ), dont il a eu :
    • Nicolas-Claude de Sève, docteur de Sorbonne, chanoine de l'église cathédrale d'Arras, mort en 1709[4] ;
    • Guillaume de Sève, capitaine de carabiniers ;
    • Guy de Sève d'Izy, docteur de la maison et société de Sorbonne, il ne put succéder à son oncle comme évêque d'Arras ;
    • Alexandre de Sève de Châtillon, né en 1665, conseiller au parlement de Metz le , et remplacé en 1697 ;
    • Marie-Anne de Sève, épouse Pierre Alleman (décédé le ), comte de Montmarin ;
  • Guy de Sève de Rochechouart, a été évêque d'Arras (1640-) ;
  • Jean de Sève, seigneur de Chatignonville, capitaine au régiment des Gardes-Françaises, marié à Marie de Bernage, dont il eut :
    • Marie-Madeleine de Sève, s'est mariée en 1700 à François Briçonnet, marquis d'Oysonville ;
  • Claude-Marguerite de Sève (décédée le ) s'est mariée le à Henri Testu (décédé le ), seigneur de Balincourt et seigneur de Margicourt et seigneur de Menouville et seigneur d'Arronville et seigneur d'Héréville et seigneur de Launay et baron de Bouloire, dont elle a un fils :
    • Claude Guillaume Testu de Balincourt (-), premier maréchal de France[5], président du tribunal des maréchaux de France. Marié le avec Marguerite-Guillemette Alleman de Montmarin, fille de Pierre Alleman, comte de Montmarin, et de Marie-Anne de Sève. Sans postérité.

Remarque : Plusieurs membres de la branche lyonnaise de la famille ont été présidents du Parlement de Dombes et prévôts des marchands de Lyon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Musée du Louvre: Le Prévôt des marchands et les échevins de la ville de Paris de Philippe de Champaigne
  2. Racines et histoire : De Sève de Rochechouart
  3. Emmanuel Michel, Histoire du Parlement de Metz, p. 237-239, Paris, 1845 Texte
  4. Emmanuel Michel, Biographie du Parlement de Metz, p. 501, Metz, 1853 Texte
  5. Remarque : le titre de premier maréchal de France est donné au maréchal de France président du tribunal des maréchaux de France.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Pernetti Recherches pour servir à l'histoire de Lyon, ou les Lyonnois dignes de mémoire, Tome 1, p. 264-274, Lyon, 1757 Texte

Lien externe[modifier | modifier le code]